En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es
  3. // Monaco-Lyon (2-3)

Lyon bouffe un petit Monaco

Plus déterminés et plus talentueux, l'Olympique lyonnais et ses pépites offensives ont tranquillement dévoré l'ASM pour se qualifier en huitièmes de finale de la Coupe de France. Mariano s'est offert un doublé.

Modififié

Monaco 2-3 Lyon

Buts : Jovetić (14e) et Lopes (71e) pour Monaco // Traoré (22e) et Mariano (26e et 55e) pour Lyon


Les médias se répètent sans doute souvent, mais beaucoup de matchs de l'Olympique lyonnais les invitent à le faire : cette saison, les éléments composant la ligne offensive rhodanienne s'avèrent extrêmement plaisants à regarder. Ce mercredi soir, et alors que Fekir manquait à l'appel dans le onze, les attaquants de Bruno Génésio ont encore régalé. C'est simple : avec eux, il se passe très souvent quelque chose. Qu'ils s'appellent Bertrand Traoré, Memphis Depay ou Mariano Díaz, que leur arme principale respective se nomme créativité, inspiration, instinct, technique ou spontanéité, l'ensemble forme un trident brillant. Un trio qui, en plus, fait gagner les Gones.

Dix minutes de flottement, et c'est parti


Autant le dire cash : les premières minutes de ce choc font un peu peur. L’intensité n'est pas eu rendez-vous, la justesse technique non plus, et Lyon, frêle dominateur, manque de précision. Sauf que les apparences sont parfois trompeuses. Très vite, Monaco ouvre le score contre le cours du jeu grâce à un coup franc de Fabinho déposé sur la tête de Jovetić. Ce qui fait immédiatement réagir les Rhodaniens, lesquels reprennent les choses en main en moins de six minutes. D'abord par l'intermédiaire de Traoré, déjà dangereux en début de partie, qui enrhume Raggi pour égaliser. Puis par le duo Depay-Mariano, le second étant au rebond (quel crochet intelligent sur l'action !) après une barre transversale du premier pour donner l'avantage à son équipe. Le match étant définitivement lancé, les contacts se font plus physiques. Lopes rate étrangement le cadre, Falcao a du mal à exister et son pointard ressemble davantage à une passe de poussin qu'à une frappe.

Monaco trop en retard


Après la pause, Benaglio ne réapparaît pas sur la pelouse. Avec deux pions mangés dans la tronche et une blessure subie en 45 minutes, le portier remplaçant a gagné sa soirée. Sy, son suppléant, va-t-il subir le même genre de cauchemar pour son premier match de la saison ? Pas sûr, les Monégasques revenant des vestiaires avec une détermination affichée. Comme d'habitude hyper offensif, Sidibé touche beaucoup de ballons. Mais les offensives rouges ne font pas flipper Lopes. Il faut dire que les locaux ne peuvent pas franchement compter sur l'enthousiasme de Louis-II, loin d'être dingue. Les cris les plus bruyants entendus dans le stade sont en effet ceux des entraîneurs... Voilà pour l'ambiance. Résultat : la mini-révolte de l'ASM ne dure que quelques minutes, et Mariano, parfaitement servi par Traoré, s'offre un doublé. Sur le coup, Sidibé, totalement à l'ouest, ramasse tranquillement ses champignons. Après une petite colère de Depay envers l'arbitrage, l'attaquant espagnol est même tout proche du triplé. Mais pas besoin d'une raclée pour prouver qu'une victoire est méritée. C'est au contraire Lopes, servi par Baldé, qui réduit la marque à la suite d'une bonne action collective. Et son homonyme rhodanien doit quant à lui s'interposer pour éviter une prolongation surprise. Sans parler du poteau de Glik dans le temps additionnel. Qu'importe : l'OL est en huitièmes de finale, et son adversaire peut aller se coucher.


Monaco (4-2-3-1) : Benaglio (Sy, 46e) - Touré, Glik, Raggi (Tielemans, 62e), Sidibé - N'Doram, Fabinho - Baldé, Jovetić, R. Lopes - Falcao (Ghezzal, 69e). Entraîneur : Jardim.

Lyon (4-3-3) : Lopes - Tete, Marcelo, Diakhaby, Marçal - Ndombele, Ferri, Tousart - Traoré (Cornet, 75e), Mariano (Aouar, 86e), Depay. Entraîneur : Génésio.


Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 jeudi 22 février Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
À lire ensuite
Arsenal chante le Blues