Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 6e journée
  3. // PSG/Lyon (1-1)

Lyon attrape le nul au Parc des Princes

Au terme d'une drôle de rencontre, les Lyonnais sont allés chercher un nul mérité au Parc des Princes (1-1). Le PSG a encore été trop banal ce soir.

Modififié

PSG - Lyon
(1-1)

E. Cavani (19') pour PSG , S. Umtiti (85') pour Lyon.


Il avait critiqué le TFC la saison passée, il a remis ça avec le Stade rennais. « Le problème, c'est qu'il n'y a qu'une équipe qui joue » , s'est-il gaussé au stade de la route de Lorient la semaine dernière. « Mais vous avez vu comment Toulouse a joué... Si, un jour, nous jouons comme ça, tout le monde va nous critiquer. (...) C'est ça, le problème. C'est malheureux de voir des équipes qui viennent au Parc et qui attendent de prendre le premier but pour se livrer... » , avait-il lâché il y a de cela une année. Lorsqu'il est coincé, Laurent Blanc aime bien se défausser. Il aime les schémas figés et les scénarios écrits à l'avance. Laurent Blanc est un type qui va voir des blockbusters parce qu'il sait qu'il en repartira satisfait. Le bon aura tué le méchant, sauvé la planète et skié la jolie fille. Il n'apprécie donc pas que les moches tentent des coups de poker et jouent en fonction d'une équation banale : beaucoup moins de talent + sauve-qui-peut = tous derrière. Ce qu'il ne sait visiblement pas faire. Alors, ça l'agace.

Un PSG rentable


Le PSG affronte un OL 17e qui joue avec Steed Malbranque numéro 10. En réponse, Laurent Blanc pose son 4-3-3 classique. Comme prévu, les Parisiens se font des passes dans le camp adverse. En face, les hommes d'Hubert Fournier survivent. C'est-à-dire qu'ils s'appliquent à ressortir les ballons proprement. On verra pour le reste. Sur une remise de la tête d'Ibrahimović dans la surface, Cabaye manque le cadre à bout portant. Ibrahimović bute sur le bras de Tolisso et se laisse tomber dans la surface. Ça ne prend pas. Le PSG ouvre le score quelques minutes plus tard. Digne dépose la balle sur la tête de Cavani. 1-0. Le match retrouve son train-train. La réponse vient d'un coup franc de Mvuemba qui claque la barre transversale. Puis une frappe contrée de Fekir passe juste au-dessus. Les Lyonnais se retrouvent à la mi-temps dans une drôle de situation : se dire qu'ils pourraient être devant tout en sachant qu'ils ne gagneront jamais.

45 minutes banales puis Umtiti


Un rush tête baissée de Lavezzi se finit par une tête en retrait de Cavani. Une jolie reprise de Matuidi sur une ouverture de Motta passe de peu à côté. Ce soir, le PSG n'est pas stellaire, mais tient son avance. Le tempo retombe, ce qui permet aux Lyonnais de placer quelques séquences, même inoffensives. Une claquette de Lopes sur une tête en retrait d'Umtiti sort la rencontre de l'anecdotique. Pas pour longtemps. Pastore entre et place un exter pour déconner quand Ibra, complètement absent, vendange. Sur un cafouillage dans la surface et une frappe contrée, Umtiti égalise à dix minutes du terme. Quelques minutes plus tard, Tolisso manque même la balle du 2-1. Verratti croit donner la victoire au sien d'une tête à bout portant en toute fin de rencontre, mais une faute de Lucas est sifflée sur Lopes. Les Lyonnais tiennent leur exploit. En conférence de presse, Laurent Blanc pourra évoquer les ambitions lyonnaises ou les états de forme hétérogènes de ses joueurs. Personne n'oubliera que lors du match le plus important de sa carrière d'entraîneur, en quart de finale de l'Euro 2012 contre l'Espagne, il avait fait débuter Mathieu Debuchy milieu droit.

Résultats et classement de L1

Par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25