1. // CdL
  2. // 8e
  3. // ASSE/OL (1-2)

Lyon allume le Chaudron

Rien de tel qu’un derby pour transformer un huitième de finale de Coupe de la Ligue en match fumant et pétaradant. Tout ce qui fait le sel des rencontres entre Lyonnais et Stéphanois était une fois de plus au rendez-vous. Jusqu’au résultat final, avec la désormais rituelle victoire des Gones dans le Chaudron (1-2).

Modififié
0 5
Saint-Etienne – Lyon : 1-2

Buts : Briand (40eme) et Bastos (72eme sp) pour Lyon. Aubameyang (84eme) pour Saint-Etienne


En temps normal, le Derby est bien ce match entre deux voisins que tout oppose. D’un côté, l’ASSE et son Chaudron chaud comme un étalon en rut chaque fois qu’il est question de ramener Lyon à la place que lui avait attribuée le président Rocher, quelque part dans la « banlieue de Saint-Étienne » . De l’autre, des Lyonnais qui auraient pu reprendre à leur compte un autre aphorisme, au moins sur ces dernières années : « Le Derby est un match qui se joue à onze contre onze et à la fin, c’est toujours l’OL qui gagne. » . Sauf que ce premier Derby de la semaine est un tour de coupe. Et cette seule différence suffit à rendre Gones et Stéph’ plus proches qu’on ne l’aurait pensé. Dans les intentions du moins, comme celles formulées avant match par Christophe Galtier : « Nous n'avons pas les moyens de viser le podium en championnat, alors les coupes nationales sont des objectifs importants » . Le même genre de constat qui amène le coach stéphanois à aligner une équipe de titulaires – seul Lemoine prenant la place de Battles. Le genre de constat que les Lyonnais ne sont pas encore prêts à faire de leur côté, mais que d’autres se sont chargés de formuler à leur place. La faute à ces deux dernières prestations qui les ont révélés un cran en-dessous dès qu’il a fallu se mesurer d’abord à l’un des prétendants en Ligue des Champions à Madrid, puis à un autre prétendant au titre, en Ligue 1 cette fois, du côté de Lille. Du coup, Rémi Garde n’apporte que quelques retouches à son 4-2-3-1 du moment, avec Ederson à la place de Gourcuff pour assurer l’animation au milieu et Lacazette à qui il revient de confirmer les attentes de tout un club à la pointe de l’attaque.

Lyon récite

L’entame de match est conforme aux intentions des uns et des autres. Les Stéphanois se lancent à corps perdu dans la bataille, sautant sur tous les ballons et bousculant des Lyonnais plus fragiles dès qu’ils sont mis sous pression. A défaut de pouvoir compter sur les certitudes techniques des Madrilènes ou des Lillois, les Verts profitent dans un premier temps de la vitesse d’Aubameyang ou de Gradel sur les côtés pour mettre la défense lyonnaise à la faute et semer la confusion autour du premier quart d’heure sur les quelques coups de pied arrêtés qui suivent. De leur côté, les joueurs de Rémi Garde s’emploient surtout à réciter ce jeu qu’ils n’ont pu pratiquer ces derniers temps : lancements depuis l’arrière, circulation de balle sur toute la largeur, accélération dans l’un des deux couloirs. Et surtout, ce jeu en première intention depuis le milieu, celui qui fait pour l’instant défaut à Gourcuff et qu’Ederson cherche davantage à mettre en pratique. C’est sur l’un de ces mouvements modèles que l’OL se crée sa première occasion lorsque Lacazette, lancé dans la profondeur par Jimmy Briand, décoche une frappe dans le petit filet de Ruffier depuis le côté droit (9ème minute).

Mais ce match reste un Derby et l’âpreté du combat imposé par les Verts oblige les Lyonnais à revenir sur leurs bonnes intentions. D’autant que les deux duos alignés dans l’axe par Rémi Garde, Gonalons-Källström au milieu et Cris-Lovren en défense, finissent par prendre la mesure des tentatives stéphanoises. La moindre récupération sert alors à envoyer le plus vite possible Lacazette dans la profondeur, enfin à son aise dès qu'il s'agit de secouer une défense adverse plutôt à la peine devant tant de vitesse et d’activité. A cinq minutes de la pause, le kid de Mermoz parvient même à récolter une faute aux abords de la surface, seul au milieu de trois défenseurs. Le coup franc tiré par Källström est dévié par le mur stéphanois revient sur Briand qui aligne Ruffier d’une belle reprise (40ème minute).

Pétards


Au retour des vestiaires, les deux équipes repartent sur le même rythme : aux Verts l’énergie qui doit leur permettre de revenir au score et aux Lyonnais ce qu’il faut de maîtrise technique pour renvoyer au loin les tentatives stéphanoises. En direction de Lacazette, toujours aussi seul au milieu de la défense adverse, mais avec ce bout de talent en plus pour la mettre à nouveau à la faute. A la 64ème minute, son contrôle orienté provoque un pénalty que Bastos doit transformer. Sauf que le kop stéphanois a décidé de transformer la surface de Ruffier en champs de mines à coups de projectiles en tous genres, fumants et pétaradants de préférence. Clément Turpin interrompt la partie quelques minutes, convoquant les deux capitaines dans son vestiaire. Cinq minutes plus tard, Bastos peut enfin tirer le pénalty qui lui est promis et tromper Stéphane Ruffier. Avant de venir alimenter à son tour la chronique déjà bien fournie du Derby en ambiançant un peu plus des tribunes de Geoffroy-Guichard qui le lui rendent bien.

De quoi réveiller les dernières ardeurs de Stéphanois auxquels il reste une bonne vingtaine de minutes pour entretenir l'espoir d'un retour aussi fou que ce Derby. A la 75ème minute, Sako signe son entrée sur le terrain par un centre flottant depuis le côté droit et oblige Vercoutre à dévier le ballon du bout des gants. Avant de lui revenir côté gauche sur un tir de Gradel qui trouve le poteau. Cinq minutes plus tard, sur un nouveau déboulé, Sako prend Dabo de vitesse et envoie un centre en bout de course qui trouve cette fois Aubameyang. Ce dernier se jette et parvient enfin à marquer (81ème). Un geste qui a quelque chose à voir avec l’énergie du désespoir, celle qui permet aux Stéphanois de sauver les apparences à défaut de pouvoir réellement sauver l’issue de ce 106ème Derby. En attendant le 107ème, samedi prochain.


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Sako a réussit à prendre de vitesse Réveillère", ce dernier étant sur le banc il a pas opposé beaucoup de résistance.
Sinon on en est qu'au 102ème derby...sauf peut être si on ajoute ceux de la CFA et des moins de 20...
Euh les gars, Réveillère il a même pas joué hein...
Et puis il me semble que c'était le 102e derby. Le 100e l'année dernière ayant accouché d'une victoire stéphanoise 0-1 si je ne m'abuse.
@ mx69 et Uniks :

Il semblerait qu'il y ait une bataille de chiffres sur le nombre de derbys...

Bonnes lectures,

PM
Une victoire explosive des lyonnais face à des stéphanois fumants...
fab le coach Niveau : District
Bastos m'a bien fait marrer lorsque au micro de france 4 il dit que sa célébration de but était pour sa femme. =)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Napoli dépanne la Juve
0 5