1. //
  2. //
  3. // Lyon/Saint Etienne (2-0)

Lyon a su attendre

Dominés en première période, les Lyonnais ont attendu d'être à 10 pour sortir les griffes. Vainqueurs 2-0 de leur deuxième derby de la semaine, les hommes de Rémi Garde collent aux basques du PSG.

Modififié
0 0
Lyon - Saint-Etienne : 2-0

But : Briand (81eme) et Gourcuff (91eme) pour Lyon



Le derby du Rhône à guichets fermés, diffusé sur OrangeSport. De quoi rendre furax une région entière. De quoi filer le sourire aux patrons de bars du 42 et du 69. Revanche oblige après la rencontre de Coupe de la Ligue du début de semaine, la rencontre a tenu toutes ses promesses. Consommateurs de bières, clients du marché noir ou pique-assiettes de la présidentielle de Gerland, tout le monde en a eu pour son argent.

Grand soir de football dans le Rhône, Gerland affiche complet. Comme souvent dans ces cas-là, mieux vaut ne pas arriver en retard. Revanchards et désireux de poursuivre leur bonne série sur la pelouse lyonnaise (aucune défaite en trois ans), les joueurs de l’AS Saint-Etienne rentrent dans le match le pied au plancher. Huitième minute de jeu, Aubameyang, bien lancé en profondeur, donne une leçon de vitesse à Lovren, et envoie une énorme demi-volée sur le poteau de Lloris. L’OL est prévenu, les Verts ne sont pas là pour déconner. Deux minutes plus tard, Lloris se troue sur un corner stéphanois qui échoue finalement sur la tête de Paulao, qui ne peut mettre le ballon dans le but vide. Rémi Garde et sa chemise lavande gueulent un coup, puis se calme. Sûr des forces de son équipe et sûr de lui, il apprécie sa première victoire sur l’ennemi Galtier. Celle sur le terrain du look. Il faut dire que l’entraîneur stéphanois, avec son col plus grand que son cou, partait avec un handicap certain. Motivé par les cris de son coach, Aly Cissokho tente un improbable rush. Récupération dans les pieds de Nicolita, crochet sur Marchal, frappe lointaine, pas encore de quoi faire suer une goutte sur le crâne chauve de Stéphane Ruffier. A la demi-heure de jeu, les Lyonnais mettent peu à peu le pied sur le ballon, le moment choisi par Marchal pour sécher Lovren et lancer les hostilités d’un derby propre, qui va changer du tout au tout après la mi-temps. Les dernières tentatives stéphanoises sont vaines, même la jolie tentative de corner direct de Sako est repoussée sur sa ligne par Réveillère. Mi-temps, Gerland est en émoi. Les proprios d’OrangeSport aussi.

Les Lyonnais sortent des vestiaires avec les crocs qui égratignent la pelouse. Surmotivés, les joueurs de Garde vont voir leurs velléités sensiblement refroidies à la 52ème minute, quand Dabo taquine les tibias de Nicolita. Carton rouge, le début d’une belle partie de foot en folie. Pas déboussolés pour un sou, les Gones semblent jouer en supériorité numérique. Et pendant que Paulao déballe toute sa poésie sur chacune des offensives lyonnaises, Jimmy Briand, lui, confirme son retour en bonne forme. De retour dans le cœur des supporteurs, l’ancien rennais s’y fait une place définitive lorsqu’à la 81ème minute, il claque un jump jordanesque pour aller chercher de la tête, une balle perdue suite à un corner de Gourcuff, et la catapulte dans les buts de Ruffier. Gerland exulte, quelques supporteurs envahissent la pelouse et fêtent ça avec l’intéressé. Et si l’ASSE se relève d’emblée avec une belle reprise d’Aubameyang qui pousse Lloris à l’exploit de la soirée, c’est bien l’OL qui a mis la main sur ce derby. L’erreur de Paulao en toute fin de match, qui offre le piqué du K.O à Gourcuff, remue le couteau dans une plaie ouverte. Deuxième derby perdu pour les Verts en une semaine. Ca vaut bien une reconversion chez Bayrou.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0