En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 25e journée
  3. // Lyon/Ajaccio (3-1)

Lyon a sorti les griffes

Qu'on se le dise, le stade de Gerland n'a pas vu son équipe franchement galérer pour venir à bout du dernier de Ligue 1. Vainqueur d'un Ajaccio trop faible pour rivaliser (3-1), l'Olympique lyonnais fait le boulot et enchaîne un douzième succès en seize rencontres toutes compétitions confondues. Costaud.

Modififié

Lyon - AC Ajaccio
(3-1)
G. Fofana (44'), J. Briand (70'), B. Gomis (88') pour Lyon , D. Oliech (79') pour AC Ajaccio.


Quand un candidat à la Coupe d'Europe reçoit le dernier de la classe, il y a toujours deux alternatives possibles : gagner sans trop de peine face à un adversaire qui a la tête dans le seau, ou se faire accrocher et retourner chez soi à broyer du noir, en se disant qu'on ne mérite pas mieux que de rentrer dans le rang. Le ventre mou du classement, l'Olympique lyonnais l'a trop connu ces derniers mois. Désormais, Lyon souhaite bouffer tous les adversaires qui se mettent en travers de sa route. Et l'AC Ajaccio, tel un buffle qui n'a pas vu arriver ce félin affamé derrière lui, s'est fait croquer à l'heure du goûter.

Fofana 1, Ajaccio 0

Le match des Lyonnais démarre bizarrement face à des Ajacciens qui n'ont plus rien à perdre avec neuf points de retard sur le premier non-relégable. On croit qu'un coup franc va être sifflé aux abords de la surface, mais Alexandre Lacazette ne se débine pas et sert Miguel Lopes. Sa frappe déviée oblige Guillermo Ochoa à la claquette. Au quart de la rencontre, les 59% de possession de balle sont bien sympas pour les statistiques, mais dans la pratique, le score n'est toujours pas favorable aux Gones. Le une-deux entre Lacazette et Gueïda Fofana se termine par une frappe de ce dernier, mais l'inspiration géniale n'est pas encore d'actualité pour l'international Espoirs. Gomis, d'une frappe peu tranchante et Biševac sur corner tentent bien de bouger leur opposant, mais le bloc corse fait front. La fierté des visiteurs n'est pas non plus inquiétée sur la transformation du sosie de Tracy Chapman, qui aurait pu donner trois points au LOU. Frustrés de ne pas mettre à mal la lanterne rouge, les Rhodaniens commencent à se ruer à l'attaque. Vénère, le collectif de Rémi Garde prouve qu'il en a encore dans le coffre : juste avant la mi-temps, Alexandre Lacazette combine avec Gueïda Fofana, qui profite de l'apathie de la charnière Dielna-Tonucci-Perozo pour enrouler son ballon sous la barre de Memo Ochoa (43e). « Il faut souligner la première mi-temps de l'équipe, on a été très solides et je pense que c'est ce comportement qui nous permet de mener au score. » Nets et précis, les mots du buteur résument parfaitement ce premier acte.

L'OL plie, mais ne rompt pas

« On recule au lieu de défendre en avançant... Maintenant qu'on a pris ce but, il faut persévérer. » Le capitaine ajaccien Johan Cavalli associe la parole aux actes en servant bien Junior, mais au vu de sa conduite de balle, on voit clairement que l'attaquant Ivoirien n'est pas en confiance. Face à la pauvreté du jeu des visiteurs, la physionomie de la rencontre laisse à penser que c'est Ajaccio qui a joué en coupe cette semaine. De l'autre côté, Biševac se fait ceinturer dans la surface de réparation, mais rien d'anormal pour le corps arbitral. On arrive vers l'heure de jeu lorsque la belle percée de Henri Bédimo offre à Briand la balle du break, qu'il foire à deux mètres des cages. Pas un souci pour l'ancien Montpelliérain : deuxième démarrage et deuxième service pour Briand, qui trouve cette fois les filets de la tronche (69e). Autant dire que le Lion indomptable mérite bien de célébrer sa passe décisive comme un but. Sur les rythmes de Ménélik, Lyon est dans la place, tout baigne. Mais Ajaccio n'aime pas franchement les lyrics du rappeur : Cavalli trouve le tout frais Dennis Oliech, qui ajuste Lopes et entretient le suspense (82e). Christian Bracconi lâche ses dernières cartouches, ce qui ne perturbera pas le sang-froid de Gomis, qui plie l'affaire avec son dix-septième pion en 29 matchs cette saison. En attendant le choc entre Marseille et Saint-Étienne ce soir, Lyon revient dans la course à l'Europe, à un point de la quatrième place.

par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40