1. //
  2. // Marseille/Lyon

Lyon a les crocs

Superbe affiche entre les deux Olympiques. Prélude évident aux 8èmes de finale de Ligue des Champions... Un Marseille décevant bien décidé à repartir en reconquête au sommet. Mais en face, c'est un Lyon blessé qui a vu la mort de très près et emmené par un Lisandro plus winner que jamais. Faîtes vos jeux !

0 5
Les émissaires du Real et de Manchester-U seront forcément dans les tribunes. Les deux futurs adversaires des Meringues et des Diables Rouges disputent un match qu'ils pourront analyser sous toutes les coutures : même avec des défenses remaniées, Sir Alex et surtout Mourinho décèleront les quelques « faiblesses » de leur adversaire français qui nous échappent, nous, simples observateurs. Ils verront bien... Voilà pour le Real et pour MU. Et pour Canal + ? Important, ce match, pour la chaîne Krypton. Dimanche dernier, le Bordeaux-Rennes (0-0) de sinistre mémoire a provoqué le désengagement de tous les abonnés !... Naaaan, c'est pas vrai. N'empêche : après la purge de Bordeaux-Rennes, le rendez-vous nocturne dominical de ce soir suscite beaucoup d'attentes. Des attentes qui devraient être satisfaites. On devrait assister encore à un bon match ce soir, avec deux équipes qui veulent gagner. Pourquoi aussi un bon match ? Parce qu'avec Lyon, y'a jamais eu de 0-0, cette saison. Idem pour Marseille. Sauf une fois : le 0-0 contre Rennes au Vélodrome, un match en retard, en milieu de semaine. Bon, de là à croire que les deux équipes vont nous remettre un 5-5 comme l'an passé, à Gerland, faut pas rêver. Ni le souhaiter : Puel et Deschamps gardent un mauvais souvenir d'une rencontre où les défenses (et les gardiens) avaient coupablement failli. Ceci dit, avec deux défenses « expérimentales » , on peut assister à pareille prodigalité... Au match retour, à Marseille, les Phocéens l'avaient emporté 2-1 face à des Lyonnais valeureux qui avaient tiré sur les montants. Alors ? Alors 5-5 ou petit 2-1, les deux équipes se valent et se respectent, à l'image des deux coachs, Puel et Deschamps, qui rivalisent de courtoisie et d'estime réciproque. Avec ces deux gagneurs, on aura un bon match. Même si ça finit sur un 0-0...

Encore et toujours : quel OM ?

Honneur aux locaux. Marseille est donc bien privé de Diawara, et enregistre en même temps la titularisation prévisible de Fanni, tout juste débarqué sur la Canebière. Mais l'ex-Rennais jouera dans l'axe, plutôt qu'à droite, sa place habituelle. DD aligne donc Kaboré (droite) et Taïwo (gauche) en latéraux, ainsi que Fanni et Heinze en défense centrale. Parlons cash : ça passe ou ça casse. En face, c'est Lisandro-Gomis-Bastos, une triplette qui gaze actuellement. C'est pour ça qu'en premiers rideaux les attaquants et milieux marseillais devront contenir les assauts et les ballons venus des milieux lyonnais. Quand les Gomis et Lisandro sont servis dans les 30 derniers mètres, il y a danger. Idem avec Bastos, qui lui, n'hésite pas à frapper instantanément... DD a opté pour un 4-2-3-1 : Lucho, en position reculée, avec Cheyrou, joueront derrière Ayew-Valbuena-Rémy, laissant sûrement Gignac seul en pointe, préféré a priori à Brandao.

Drôle de climat à Marseille avec des interrogations en défense, donc, et de l'insatisfaction en attaque. D'où la série bizarre d'un OM dépassé par l'OL au classement : deux victoires, un nul, une défaite et un nul. Soit 7 points sur 15, donc déficit. Le fonds de jeu est toujours là, les occases aussi. Mais le manque d'efficacité chronique devant plombe l'élan phocéen. Autre explication plausible : Marseille a surjoué psychologiquement le match contre le Spartak à Moscou. Légitimement obnubilés par la Ligue des Champions, avec l'obligation de se qualifier pour les 8èmes, les Phocéens ont sans doute ruminé pendant deux mois le match décisif de Moscou, qu'ils ont d'ailleurs brillamment remporté (3-0). D'où peut-être la petite décompression qui a suivi la qualif... Reste que l'OM a oublié de faire le trou en championnat. Résultat : c'est un Lyon affamé et bien décidé à en découdre qui débarque au Vélodrome. L'OM est-il d'attaque ?

Lyon : objectif leader !

Côté lyonnais, Lisandro bien sûr... Déjà, on guette le duel au sommet entre les deux Argentins, Lucho et Licha. Heinze n'est pas mal non plus, mais c'est Lisandro et Lucho qui animeront le « derby » argentin. La montée en puissance de Lisandro a boosté le décollage de l'OL : des buts et des passes décisives ont permis à Lyon de faire peur à nouveau. Lyon en est à 10 matchs sans défaites (7 victoires, 3 nuls), série en cours. Elle est loin la 18ème place au classement d'il y a quelques semaines seulement... L'OL c'est donc son leader d'attaque, Lisandro, repositionné à gauche, avec un Gomis dans l'axe qui monte en puissance, qui marque et qui éreinte les défense grâce à son jeu dos au but hyper costaud. Bastos exilé à droite n'est pas mal non plus : le Brésilien préfère jouer à gauche, il peut aussi à droite, entrer intérieur pour placer des frappes du gauche. Ce qu'il a fait avec brio contre Toulouse (Bastos est à l'origine du premier but lyonnais : incursion dans la surface et frappe de mule intérieure mal repoussée par le gardien et conclue victorieusement par Lisandro). Au milieu, Puel a reconduit Makoun et Kallström en relayeurs. Normal. Gonalons a été préféré à Pjanic. Normal aussi : OM-OL, match d'hommes ! Gonalons est plus costaud... et plus vicelard que Pjanic. Attention aux cartons pour Maxime...

C'est en défense que les choses se compliquent. Déjà avec Lloris. On l'oublie un peu mais si Hugo reste le N°1 en France (un très bon Mandanda s'est rapproché, c'est vrai), il est un peu moins décisif ces temps-ci... Sinon, dans la ligne de quatre, Cissokho à gauche : en face, c'est Rémy, et de temps en temps l'insaisissable Valbuena. Du sérieux, donc, pour Aly qui reste sur une série « moyenne » . A droite, ça balance entre Réveillère, touché contre Toulouse, et Gassama : pas exactement le même poids et la même expérience des grands matchs. Enfin, défense axiale, privée de Cris : Lovren et Diakhaté... On a tout dit de cette paire capable du meilleur et du pire mais jamais clean pendant 90 minutes. Du coup, tout peut arriver ce soir : le match enfin parfait, ou bien les habituelles erreurs de relance (Lovren) ou le mauvais (re)placement (Diakhaté) qui se payent cash. Sinon, bonus : Yoann Gourcuff devrait faire son retour... Delgado est dans le groupe.

Beau match en perspective. On ne parlera pas de « favori » , « d'avantage » pour l'une ou l'autre équipe. Mais plutôt « d'ascendant » , de « dynamique » . Aujourd'hui, la dynamique est lyonnaise. Si l'OL gagne et que Lille perd contre Nancy (le terrain du Stadium est désastreux), l'OL passerait en tête ce soir. Ou bien mercredi, en recevant et en battant Auxerre : Puel et Aulas revanchards visent la place de leader à la trêve. Ils ne s'en cachent plus.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Y'a tout dans cette présentation.
Bravo !
19/20.
si nous aurons pas croisée fautrel a auxerre on en serait pas la
Bel article, mon prono OM-OL 0-3.
Farfelu je sais mais j'ai des fulgurances (ou pas) comme ca.
Encore une gestion désastreuse de la ponctuation Chérif, du style "!..." ou des deux points usés à tort et à travers. Merde quoi !
Soit tu n'en a rien à branler de la ponctuation, soit tu n'as jamais ouvert le moindre bouquin... C'est désespérant.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Pas d'Ibra, pas de chocolat
0 5