1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Nice/Lyon (3-1)

Lyon a le bonjour de Claude Puel

Lyon peut avoir des regrets. En difficulté défensivement tout le long du match, les joueurs de Rémi Garde ont payé leur entame de match catastrophique. Récompensés de tous leurs efforts, les Niçois se qualifient logiquement (3-1) pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue et retrouvent le goût de la victoire.

Modififié
0 11
Nice – Lyon : 3-1
Buts : Eysseric (6e sp), Traoré (9e), Civelli (15e) pour les Niçois ; Gomis (8e) pour les Lyonnais

Pour ses retrouvailles avec Lyon, Claude Puel avait bien l'intention de jouer un mauvais tour à son ex. Et l'ancien coach lillois a bien réussi son coup. Tout s'est passé dans le premier quart d'heure de la rencontre. Dans des conditions de jeu loin d'être idéales, les Niçois peuvent remercier une défense lyonnaise à la peine durant toute la partie et coupable sur au moins deux des trois buts.

Foot en folie, foot aquatique

Même si c'est la coutume en Coupe de la Ligue, Rémi Garde reste sobre dans son turnover. Préféré à Clément Grenier, Yoann Gourcuff fait son retour, deux mois et demi après sa blessure au genou, et Anthony Lopes, international espoir portugais, garde pour la première fois de la saison les cages lyonnaises. Côté niçois, David Ospina, doublure de Joris Delle en championnat, est bien titulaire. Idem pour Neal Maupay, 16 ans à peine et première titularisation chez les pros.

Dès les premières minutes, les quelque milliers de supporters niçois ne vont pas regretter d'être venus se les geler un mercredi après-midi dans les tribunes grises du Stade du Ray et sous une pluie battante. Car leur équipe va bénéficier d'entrée d'un petit coup de main de la part de Nicolas Rainville. Sur une action anodine, l'arbitre signale une main peu évidente de Fofana dans sa surface. Pénalty, pas pénalty ? Valentin Aysseric, lui, ne se pose pas la question et prend Lopes à contre-pied. Blessée, la bête lyonnaise va elle aussi avoir droit à son erreur d'arbitrage. Sur le coup d'envoi, Gomis, en position de hors jeu au début de l'action, combine avec Malbranque et Gourcuff pour fusiller Ospina. Une erreur d'arbitrage partout, balle au centre. Pas le temps de se poser, Nice est déjà de retour dans la surface lyonnaise. Sur un corner d'Abriel, Traoré, bizarrement seul au deuxième poteau, ne se fait pas prier et redonne l'avantage aux Aiglons. Trois buts en dix minutes, qui a dit qu'il n'y avait pas de spectacle en Coupe de la Ligue ? D'autant que la défense lyonnaise n'a pas fini de couler. Sur un coup franc axial, Koné et Fofana se rate, Civelli peut alors prendre tout son temps pour ajuster Lopes. À ce rythme-là, les Niçois devraient rejoindre les vestiaires en menant 9 à 3. Malheureusement pour le spectacle, mais heureusement pour la crédibilité des deux défenses (surtout la lyonnaise), plus aucun but ne sera marqué avant la mi-temps. À part ça, la pluie continue de tomber, le terrain s'engorge et dans certaines parties du terrain, ça dégénère en football aquatique.

La défense lyonnaise toujours à la peine

Les Lyonnais entament la seconde période comme ils ont terminé la première : en jouant haut. Servi sur un plateau par Malbranque, Gomis pense réduire l'écart. Mais malheureusement pour l'attaquant français, l'arbitre assistant décide cette fois-ci de lever son drapeau et annule logiquement le but. De l'autre côté, Jérémy Pied fait briller son ancien coéquipier Anthony Lopes sur un joli coup franc. Les minutes défilent et Rémi Garde décide d'abandonner son 4-4-2 initial pour revenir à un 4-3-3 plus habituel. Sans grand succès. Comme Gomis un peu plus tôt, Renato Civelli pense aggraver le score, mais comme Gomis, le défenseur argentin voit son but annulé par M. Rainville pour une faute sur Lopes. L'intensité monte et les tacles se multiplient. Lopes, pas aidé par sa défense, enchaîne les parades, les sorties aériennes et maintient son équipe dans le match. Lyon n'y arrive pas et c'est même Nice qui met la pression dans les dernières minutes. Décidément en galère, la défense lyonnaise prend l'eau, et Biševac, en position de dernier défenseur, se sacrifie. À dix contre onze, la tâche est bien trop compliquée pour les Gones. Malgré Lopes, Lyon s'incline et devra se concentrer sur le championnat et la Ligue Europa. À l'inverse, Nice retrouve le goût de la victoire. De bon augure avant la réception de Nancy, samedi.

Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pas mal la jeunesse niçoise, entre Maupay qui a régalé de beaux gestes et d'autres comme Bosetti ou Dao Castellana qui attendent leur heure je pense sincèrement que Claude Puel est l'entraineur idéal pour les faire éclore au plus haut niveau.
J'avoue qu' AULAS doit faire la gueule !
lisandr-ol Niveau : DHR
"Préféré à Clément Grenier, Yoann Gourcuff fait son retour" en même temps Grenier était pas dans le groupe. Sinon bon match de Gourcuff.
je sais pas si cette chevre de briand a joue mais quelle purge ce mec,le prototype du joueur qui tue le foot,aucune technique,maladroit bourrin...en plus cette manie de se toucher la tete et de ne pas regarder le journaliste pendant les intvws...en faisant style
Briand est vraiment pas brillant
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
Et Koné, il se foutrait pas un peu de notre gueule des fois ?
Tous les matchs ou il a joué, on aurait pu y mettre un plot à place que ce n'aurait pas été bien pire. Mieux probablement.
Et puis faut que Garde lâche ce 4-4-2, seuls les anglais savent jouer comme ça (et Christian Gourcuff).
Bravo à Puel qui gagne enfin un match par deux buts d'écart avec Lyon sur le terrain.
Juste deux choses à dire:1-tout de suite quand gourcuff revient ca se sent! 2-C'est bizarre que Lyon ait perdu alors qu'ils étaient dans une "spirale positive"(dixit JMA) peut etre qu'ils auraient pas gagné dimanche si le match avait eu lieu finalement...
Blessure de Koné : meilleure nouvelle de la soirée.
El Mehdito Niveau : DHR
Pouah.Sur une pelouse comme ca , Suarez ,Nênê,Valbuena, Cr7 ,Young ou Busquets nous auraient fair des plongeons de fou!

Que dire...
Ah!Oui! A son arrivée, Baky Koné avait tout de suite eu le niveau Ligue des Champions(cf les matchs contre le Rubin Kazan.)

Un an plus tard, force est de de constater qu'il a retrouvé son niveau habituel, celui d'un joueur de National.

Sinon, bon retour de Gourcuff et bon match de Lopes.Je serais pas surpris qu'il soit numero 1 dès l'année prochaine.

Et Briand, a force de tirer sur la foule, va vraiment finir par meriter son surnom de "Pinochet"...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 11