Lynel Kitambala : « Même à mon pire ennemi, je ne lui conseillerais pas la Bulgarie »

Grande promesse de l'AJ Auxerre, ancien international espoirs passé par Lorient puis Saint-Étienne, Lynel Kitambala cherche un fil rouge solide pour sa carrière. À 27 ans, il sort tout juste d'une expérience difficile au Levski Sofia, un championnat où il a entendu des cris de singe et vu une équipe arrêter un match pour protester contre l'arbitrage.

Modififié
1k 20
Comment tu t'es retrouvé au Levski Sofia cet été ?
J'avais attendu de voir les offres que je pouvais recevoir cet été après avoir quitté Charleroi, pour choisir la meilleure option qui s'offrait à moi. Je n'ai eu que deux propositions concrètes, le Red Star et le Levski Sofia. J'avais eu une discussion avec Pauline Gamerre et Steve Marlet, j'avais passé un bon moment avec eux. Puis la proposition du Levski est arrivée à la fin. J'ai choisi ce club, car je voulais voir ce qu'il se passait à l'étranger, le projet sportif me semblait intéressant. Je n'avais pas forcément envie de revenir en Ligue 2 en France. À Sofia, cela s'est bien passé au départ, mais j'étais à court physiquement et, après quelques matchs, je me suis blessé. À la suite de cela, tout n'a pas forcément bien fonctionné, donc avec le club, on est en train de négocier pour se séparer à l'amiable. Mon avocat est en discussion pour casser mon contrat qui court jusqu'à 2017.

Tu retiens quoi de ces mois à Sofia ? Le foot bulgare avait notamment été marqué cet été par la relégation administrative du CSKA Sofia en D3, le grand rival du Levski...
On m'a parlé de ce derby, je connaissais ce club aussi, un mythe en Bulgarie. Mais bon, le football bulgare, on ne peut pas le comprendre sans y avoir été. Le niveau est assez bas, plus faible que la Ligue 2 française déjà. Il y a aussi des éléments de l'environnement qui m'ont marqué et déplu, notamment sur certains matchs où j'ai entendu des cris de singe. Cela ne m'était pas forcément destiné, mais quand même... On m'avait plus ou moins mis en garde, mais bon, des joueurs blacks qui ont joué et réussi là-bas, il y en avait. Je ne fais pas de jugements et d'amalgames, mais ces cris m'ont choqué, d'autant plus que cela venait de nos propres supporters. Mais ce qui m'a le plus gêné, ce sont certains choix sportifs : je n'étais pas mis à l'écart de l'équipe première, mais quand je voyais des joueurs très faibles qui m'étaient préférés, c'était dérangeant. L'entraîneur ne parlait même pas un mot d'anglais, ce que je trouvais dommage.

Tu faisais comment pour t'intégrer ?
Je parlais anglais avec la plupart du vestiaire, il y avait plutôt une bonne ambiance, car le Levski est un club familial. Et puis on était trois Français avec Oumar Diaby et Aymen Bellaïd, qui était là depuis deux ans. Cela facilitait les choses.

Du point de vue des infrastructures aussi, le football bulgare est assez en retard ?
Au Levski, cela allait, on avait deux très bons terrains d'entraînement. Le stade était en rénovation. Le Levski n'avait rien à envier question infrastructures à mon ancien club, Charleroi. En revanche, en déplacements... À Montana, j'avais envoyé un snapchat à ma femme, car le terrain était dans un état que je n'avais jamais vu. Même dans les divisions inférieures françaises, cela n'existait pas. Ce n'était plus des trous dans la pelouse, on aurait dit un hippodrome. En plus, avec des tribunes très limitées. Il y a un gouffre avec ce que l'on connaît en Ligue 1 et même en Ligue 2.


Tu t'es déjà senti en danger ? Par exemple que des supporters mécontents comme ceux du CSKA Sofia cet été qui pètent un câble...
Je ne me sentais pas en danger, je ne crains pas cela. Mais cela perturbe parce que l'on sait qu'à tout moment, cela peut partir en vrille sur une mauvaise décision d'arbitrage. Là où j'ai complètement halluciné et entre guillemets « craqué » , c'est lors de mon dernier match à domicile contre le Litex Lovetch, une très bonne équipe à l'échelle bulgare. Il y a 0-0, ils prennent un rouge après 15 minutes de jeu, ils nous mettent un but, puis prennent un deuxième rouge à la 25e avec un penalty pour nous. Là, le président du Litex est descendu sur le terrain et a fait arrêter le match. À ce moment, je me suis dit : « Qu'est-ce que je fous ici ?  » Ils ont arrêté le match et déclaré forfait (depuis, le Litex a été exclu de la première division bulgare, ndlr). Je n'ai même plus de terme pour expliquer ce que j'ai ressenti, cela m'a dégoûté du foot bulgare.

Cela donne l'image d'un football bulgare pas vraiment professionnel, tout est fait à l'arrache...
Ils essaient de se développer... J'essaie de ne pas être trop critique, car je n'aime pas trop ça, mais franchement, même à mon pire ennemi, je ne lui conseillerais pas d'aller en Bulgarie. Je lui conseillerais plutôt le National en France.

Un regret de ne pas être allé au Red Star à la place ?
Regret, non, c'est un choix que j'assume, mais c'est vrai que si j'avais su comment ce serait en Bulgarie, j'aurais privilégié la Ligue 2 française à un déplacement en Bulgarie. Le Levski Sofia, c'était un club qui joue régulièrement la Ligue Europa, cela séduit forcément. Là, on est premiers avec Ludogorets qui domine le championnat depuis 4 ans, et on se prend quand même une pression de malade. Je n'ai jamais ressenti cela dans un vestiaire. On était premiers, mais j'avais le sentiment de jouer pour le maintien tellement on se faisait critiquer à chaque match nul ou victoire trop courte. Il y a une pression énorme autour du Levski.


Un peu comme si tu étais à Marseille ?
Non non, parce qu'à Marseille, si tu es premier, les gens sont contents. Même quatrième, cela passe. J'ai failli vivre une relégation avec Auxerre il y a deux ans, l'ambiance était bien plus sereine qu'au Levski en étant premiers. C'est la culture du pays, les Bulgares sont plus portés sur le foot que nous, il y a du foot à la télé tout le temps, même dans les journaux généralistes. Le Levski en Bulgarie, c'est le PSG. Si tu te fais attraper en boîte, tu finis à la Une des journaux et en ouverture du journal télé. Médiatiquement, le Levski, c'est un gros club là-bas.

Combien de personnes au stade à domicile ? (le stade du Levski est en rénovation actuellement, ndlr)
Entre 5000 et 7000, mais en revanche, l'ambiance la plus folle que j'ai connue. Pourtant, j'ai joué à Saint-Étienne, et Charleroi, c'était pas mal aussi. C'est de loin l'atmosphère la plus électrique que j'ai connue. Ça, j'ai aimé, les gens sont à fond derrière le club, ils font leur job à eux dans les tribunes. C'est le seul point positif d'ailleurs que je retire de mon expérience en Bulgarie. Avec la qualité de vie à Sofia, il y a tout là-bas, mais les prix sont divisés par deux par rapport à la France. On vit très bien en Bulgarie. Je retiens de la Bulgarie d'avoir appris quelques lettres en cyrillique, et aussi quelques beaux paysages. Mais bon, c'est sûr que je ne retenterai pas de jouer en Bulgarie, mais je ne ferme pas la porte aux autres footballs de l'Est. J'ai entendu que la Roumanie, c'était un bon niveau, l'Ukraine aussi. Il ne faut pas négliger l'Est, il y a des beaux pays de football.

Et aujourd'hui, tu espères quoi ?
J'aimerais un bon projet sportif, si possible en France, voire en région parisienne. Red Star, Paris FC ou Créteil, ce serait l'idéal pour montrer ce que je vaux.


Propos recueillis par Nicolas Jucha
Modifié

Viens à créteil nous aider parce que c'est la méga merde !
Je connais assez bien le championnat bulgare et particulièrement Levski et la plupart de ses observations sont correctes sauf sur le fait qu'on ne lui a pas laissé sa chance. L'équipe avait trois attaquants cette année (lui, Kurdov(un bulgare formé dans l'équipe) et un autre étranger) les trois ont cumulé le super score de 1 but en 20 matchs. Kurdov a fait sa prima donne car il était sur le banc pour un match et il a été viré le lendemain. Bref les trois étaient plus nuls les uns que les autres et devraient pas se plaindre du peu de temps de jeu.
Exactement, viens à Créteil on prend direct !
burruchaga Niveau : CFA2
On comprend bien grâce à ce gars que l'expatriation ouvre l'esprit. Après, je ne sais pas si l'itv a été retouchée. Vivant à l'étranger et ayant pas mal voyagé, j'adore la France mais je suis affligé de voir l'étroitesse d'esprit de tous ces gens qui votent FN et, surtout, la manipulation et la démagogie de ses dirigeants. C'était la minute "Français de l'étranger"... la bise
Note : 1
Message posté par burruchaga
On comprend bien grâce à ce gars que l'expatriation ouvre l'esprit. Après, je ne sais pas si l'itv a été retouchée. Vivant à l'étranger et ayant pas mal voyagé, j'adore la France mais je suis affligé de voir l'étroitesse d'esprit de tous ces gens qui votent FN et, surtout, la manipulation et la démagogie de ses dirigeants. C'était la minute "Français de l'étranger"... la bise


Tiens c'était le con du jour...
Saint Just Niveau : DHR
Idem... Je vis a l'étranger et reviens régulièrement en France et c'est flipant de voir a quel point ce pays change à la vitesse grand V.

Et pas dans le bon sens a mon humble avis...
Dani de Melo Niveau : CFA2
Message posté par zitka
Tiens c'était le con du jour...


+1
Dani de Melo Niveau : CFA2
Message posté par Saint Just
Idem... Je vis a l'étranger et reviens régulièrement en France et c'est flipant de voir a quel point ce pays change à la vitesse grand V.

Et pas dans le bon sens a mon humble avis...


Mes pauvres chouchous. Et bien, ne revenez plus!

Et joyeux Noël.
Bitedamarage Niveau : CFA
Message posté par zitka
Tiens c'était le con du jour...


Plutôt que de le traiter de con tu pourrais expliquer en quoi tu trouves ce com con. Ce qu'il dit concernant la démagogie en politique est tout a fait vrai (on parle bien plus immigration et déchéance de la nationalité que chômage et redistribution par exemple. Il est de bon ton de dire qu'il ya bien trop d'immigration mais à côté ces immigrés font souvent les boulots les plus ingrats, ce que l'on entend pas dans le discours politique). Apres moi je suis pas politisé donc je serais d'autant plus curieux de connaître ton point de vue, mais le traiter simplement de con c'est assez facile et stupide. Argumenter c'est bien, et ça manque souvent dans un certain parti à la flamme... On n'est pas d'accord on traite de con, on perd les régionales on crie à la manipulation et à l'absence de démocratie...D'un point de vue extérieur ça vole pas haut.
Bitedamarage Niveau : CFA
Message posté par Dani de Melo
Mes pauvres chouchous. Et bien, ne revenez plus!

Et joyeux Noël.


Cf ma réponse à Zitka... Un petit effort les gars, arrêtez de penser être au dessus de la masse et essayez de répondre. C'est pas parcequ'on est en désaccord qu'il faut opposer insulte et mépris.
Message posté par burruchaga
On comprend bien grâce à ce gars que l'expatriation ouvre l'esprit. Après, je ne sais pas si l'itv a été retouchée. Vivant à l'étranger et ayant pas mal voyagé, j'adore la France mais je suis affligé de voir l'étroitesse d'esprit de tous ces gens qui votent FN et, surtout, la manipulation et la démagogie de ses dirigeants. C'était la minute "Français de l'étranger"... la bise


Pauvre gars
Bordel, les fachos et les bas du front commencent a gangrener SoFoot aussi
@Zitka; je ne comprend pas comment tu peux traiter burruchaga de con du jour suite à son commentaire. Il ne fait qu'exprimer un ressenti. Je n'ai jamais vécu complètement hors de France mais je me suis beaucoup déplacé ces dernières années et ce que disent burruchaga et St Just est vrai. L'atmosphère y est de plus en plus négative et le repli sur soi évident, et il concerne toutes les communautés.
Après je pense que c'est une erreur de qualifier tous les électeurs du fn de bas du front ; il y en a, bien sur, mais c'est loin d'être le cas de tous. Il y a chez beaucoup d'entre eux un réel désespoir et ils ne voit pas d'autres alternatives aux partis qui nous gouvernent (mal) depuis des années. La montée en puissance du fn a clairement été provoquée par les élites politiques traditionnelles qui collectionnent les désastres depuis des décennies. Si les partis en question avaient fait passer l'intérêt du pays avant leurs intérêts personnels il est clair qu'on en serait pas la. Ajoutez y a ça les récents attentats, le sentiment que
...certaines personnes peuvent rester sur le territoire français en toute liberté et impunité alors qu'ils sont bien connus (les terroristes étaient tous connus des services avant de frapper)...on ne peut évidemment éviter tous les attentats, mais laisser des bombes à retardement en liberté ne fait qu'aggraver le risque. Et cela fait énormément de tort aux autres français musulmans qui sont mis à tort dans le même sac que ces ordures.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 20