1. //
  2. //
  3. // Luzenac

Luzenac : les coulisses d'un été pourri

C'est désormais officiel, Luzenac ne jouera pas en Ligue 2 la saison prochaine, la faute à un stade considéré comme pas aux normes de sécurité et de capacité demandées par la Ligue de football professionnel. Après plus de deux mois de combat, la défaite est donc scellée pour les Ariégeois qui devront rester en National. Derrière toutes ces décisions, il y a la désillusion d'hommes pour qui chaque décision des instances a une incidence sur leur vie de tous les jours.

Modififié
17 19
Au début, comme bien souvent, l'histoire est belle. Luzenac, contre toute attente, gagne sa place en Ligue 2, sur le terrain, et ce, dès le mois d'avril. Les Luzenacois sont alors au summum du bonheur avec une arrivée dans le monde professionnel pour la première fois de l'histoire de ce petit club de l'Ariège. Un moment historique, fêté comme il se doit, selon les dires de Nicolas Dieuze, capitaine de l'équipe : « C'était une grande émotion. On a bien fêté le titre. Bien comme il faut, même. » Après les festivités inhérentes à une telle performance, le groupe part en vacances, « avec l'esprit tranquille et la satisfaction du devoir accompli » , comme le souligne Quentin Westberg, gardien de Luzenac. Tout le monde est heureux, l'été s'annonce ensoleillé du côté de l'Ariège. Enfin ça, c'est ce que tout le monde pensait.

Il l'apprend en pleine préparation de mariage


Car début juin, les soucis commencent. En effet, la DNCG ne valide pas la montée de Luzenac. Pas de quoi inquiéter les troupes, à ce moment-là, comme le confirme Dieuze : « On est tous en vacances quand on apprend pour la première fois que notre dossier n'est pas accepté, mais honnêtement, à ce moment-là on ne s'en fait pas trop, on savait qu'il allait y avoir quelques soucis, mais il n'y a pas plus d'inquiétude que ça. » Westberg, lui, apprend la nouvelle de manière assez cocasse : « Lors du premier refus de la DNCG, c'est un journaliste de 20Minutes qui m'apprend la nouvelle. Il m'appelle pour me demander ma réaction sur cette décision, alors que je n'étais même pas au courant. En plus, c'était un jeudi, et j'étais en train de préparer mon mariage du samedi. » Mais chez le portier non plus, la décision n'est pas encore synonyme de coup de massue : « On se disait que c'était un passage obligatoire, mais on restait quand même super confiants ! Personnellement, je m'en serais bien passé pour la préparation de mon mariage, mais ça va, on est restés quand même optimiste. »

Si rien n'était vraiment inquiétant à l'époque, le mois de juillet commence par une décision qui refroidit le club de Luzenac, la commission d'appel de la DNCG refuse également la montée du club en Ligue 2. Là, on commence à flipper, c'est ce qu'explique Nicolas Dieuze : « Au moment de la commission d'appel, début juillet, on est en stage. C'est à la fin d'un entraînement qu'on apprend la nouvelle. En voyant la tête des dirigeants, on comprend tout de suite qu'on s'est fait recaler. Le coach nous demande si on préfère rester ou rentrer, et on décide tous de rentrer chez nous. » Une situation qui se complique férocement. Pour Quentin Westberg, « on avait l'impression que le club allait exploser, on nous disait que si on voulait, on pouvait partir, c'était vraiment une situation bizarre. » Malgré la situation quelque peu délicate, les joueurs tiennent le coup, se serrent les coudes : « J'hébergeais Jerôme Lafourcade avec qui je jouais à Troyes et qui venait de signer au club, on était sonné, explique Westberg. Il y avait Gaëtan Belaud qui venait de signer au club et qui était tout seul, donc il venait à la maison pour qu'on discute et histoire de ne pas être tout seul, quoi. » Le mois de juillet est loin d'être rose pour le LAP, de quoi se poser des questions sur un sport que l'on aime tant, comme le confirme Dieuze : « Ça n'a pas toujours été simple, c'est des moments qui dégoûtent un peu du foot. On a compris plusieurs fois qu'on ne voulait pas de nous. »

« Il a entendu le staff gueuler de joie  »


Et le pire est à venir, puisque fin juillet, le CNOSF donne un avis défavorable pour la montée du club. Nouveau coup de massue. Le troisième en un mois et demi, donc. Du côté des joueurs, on se pose des questions, on perd un peu la foi. Car, il ne faut pas l'oublier, l'avenir d'un club ne concerne pas que 25 joueurs, derrière, il y a des familles qui attendent : « Les gens n'y pensent pas, mais dans une situation comme ça, ça ne bloque pas que le joueur, on a des enfants, des écoles à trouver, on loue des apparts, des maisons, argumente le capitaine du LAP. Il y a une petite pression au niveau de la famille. Ici, on n'a pas des salaires de Ligue 1, hein, les enjeux, ils sont aussi économiques pour la plupart des gars. » Même son de cloche du côté du gardien de l'équipe : « Il faut bien penser qu'il y a des employés et leurs familles qui dépendaient de cette situation. Il y a des nouveaux qui avaient déjà prévu leur déménagement, qui avaient bloqué des logements.  » Oui, beaucoup de gens attendent une issue favorable. Et ils vont finir par l'avoir, enfin.

Le club, lassé de cette situation, décide de saisir le tribunal administratif de Toulouse. Moment fort du combat de Luzenac, selon Dieuze : « Lorsqu'on va tous au tribunal administratif, c'était un grand moment. La salle était bondée, il fallait montrer qu'on était solidaires. Et puis on n'y est pas allés seuls, il y avait des supporters, les familles, des enfants. On voulait montrer qu'il y avait l'avenir d'une quarantaine de personnes qui se jouait. » Une démonstration de force et d'envie qui va s'avérer payante : le juge donne raison au club et demande à la Ligue de réexaminer le dossier. Une libération pour tout le monde. C'est un samedi, en fin de matinée, que les joueurs ont appris la bonne nouvelle : « Lafourcade, que j'hébergeais, était resté plus longtemps dans les vestiaires, et il a entendu le staff gueuler de joie, donc il m'a appelé tout de suite, explique Westberg. En plus, c'était vraiment le moment où je touchais le fond, donc c'était une libération. » Le combat est enfin gagné. Enfin, pas vraiment, en fait.

« Trop de claques dans la gueule »


Ce matin même, le conseil d'administration de la LFP a rendu son verdict définitif : Luzenac est recalé. Malgré tous ces efforts, tous ces recours, toutes ces forces jetées dans la bataille, c'est officiel, la LFP ne veut pas de Luzenac. Et c'est cruel. Une désillusion de plus pour les Ariégeois qui auront décidément passé un été de merde. Avant le verdict, Quentin Westberg s'était malheureusement montré un peu prophétique : « On s'attend à tout, donc on essaie de ne pas trop s'enflammer, on a déjà trop pris de claques dans la gueule. » Celle de ce matin doit encore être plus douloureuse que les autres. En tout cas, c'est celle qui met K-O.

Par Gaspard Manet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un beau scandale cette histoire. Entre la DNCG et la Ligue, on a compris pour qui elles roulent. Faire en sorte de conserver une chasse gardée pour l'élite pro. L'histoire que les clubs aient des comptes sains, c'est du pipeau. Elle a donné le feu vert parce qu'elle s'était fait taper sur les doigts par le Tribunal Administratif de Toulouse. Comme elle n'a pas pu leur barrer la route c'est la Ligue qui sort de sa boite à excuses un truc bien crade histoire des les écarter définitivement. C'est minable. Au moins cette histoire a pu montrer au grand jour cette mafia organisée pour ceux qui en doutaient encore.

Personne n'a du nitrate d'ammonium pour faire sauter le siège de la LFP et tout ceux qui y sont dedans ?
C'est honteux. La ligue a favorisé Chateauroux et le grand copain de Thiriez, Denisot. Je suis supporter de Strasbourg et je suis incroyablement heureux qu'on soit repêché en National, mais qu'est ce que ça me fait chier pour Luzenac qui a mérité sa place en L2 sportivement.

C'est d'ailleurs assez drôle que l'organisme sensé lutter contre le foot buiseness en maintenant les comptes dans le vert, soit finalement celui qui dédouane le résultat sportif en raison de l'argent.
Lens, ils vont pas jouer dans leur stade cette saison pourtant...
Bref, je vais pas répéter ce que bon nombre de personnes ont déjà dit dans les articles précédents.
Bref², jamais vu un bazar aussi intense dans une ligue de foot pro...

Fabien va pas être content ..
Patrick dils Niveau : Loisir
J espère juste que si ils montent ,ils vont pas faire l'ascenseur ....
Les footballeurs professionnels doivent faire preuve d'exemplarité mais leurs dirigeants, eux, ont le droit de bafouer le droit, la morale, la justice!
QUE FAIT LA MINISTRE DES SPORTS ? L'énarque a tellement d'appuis politiques que personne n'ose lever le petit doigt!
Concernant l'argument (qui ne tient pas) du stade ou se sont joués cet hiver, des matchs internationaux football espoirs, un match UEFA de coupe d'Europe féminine et combien de match de top 14 ?
il semble évident que les dirigeants du LAP devaient attendre la décision avant d'entreprendre les travaux.
Le stadium est municipal mais le président du TFC, qui vide le stadium d'année en année, et qui mange au même râtelier que son chef suprême voit d'un mauvais œil l'arrivée d'un concurrent offrant peut-être un meilleur spectacle.
BELKACEM? MOUDENC ? réveillez vous !
Belkacem s'en branle le bouton de Luzenac. Elle préfère se taper deux voyages au Brésil tout frais payés pour aller faire de la figuration avec les joueurs de l'EDF.
Kachkar Reviens ! Niveau : DHR
Je suis écoeuré, si ça avait été un club breton (rien contre les bretons mais bon, Le Great...) une solution aurait été trouvée bien plus rapidement j'en suis convaincu.

Comme le dit si bien Westberg la ligue ne veut pas d'eux. Et kevick t'as bien résumé la situation, c'est minable de leur part.

Je suis supporter de l'OM, donc sans l'accord avec la mairie on aurait été rétrogradé en L2, en National ? Jamais de la vie, ils nous auraient laissé jouer à Montpellier. Donc là pourquoi ils ne les laissent pas jouer à Toulouse ? Surtout que c'est de la L2, un vilage de 600 personnes donc niveau sécurité/CRS à mobiliser/embouteillages etc. ça n'aurait pas été bien lourd à gérer quoi.

Ca aurait pu faire une belle histoire, mais apparemment la ligue ne veut pas de belles histoires (sauf quand ça vient de la bouche de Nasser ou de Martel, pris en flagrant délit de mytho avec son virement fantôme).

Shame on you Thiriez.
J'entendais Thiriez ce matin sur RMC et tu sentais que le mec avait absolument pas envie de voir Luzenac en L2.
C'est grave d'avoir un président de la LFP comme lui. Le type bafoue allègrement le règlement et accorde les dérogations pour de nombreux clubs... Par contre, comme ça le faisait chier de toucher au caledrier, de refaire la répartition des droits TV, il dégage Luzenac qui a gagné sur le terrain le droit de jouer en L2.
Il fallait aussi toucher au calendrier de sa coupe en bois avec laquelle il nous rabat les oreilles chaque année...
C'est la genre de type qui me dégoûte du foot pro et ça fait 12 ans qu'il est président de la LFP putain!!!
Ça me dégoute. Le terrain n'a plus d'importance, c'est le business qui importe. Lier l'avenir d'autant de gens à la capacité d'un stade, c'est n'importe quoi. La LFP devrait avoir honte. De toutes manières, entre Luzenac et Lens, on voit que 2014 restera dans les mémoires : Luzenac n'est rien en tant que club donc ne monte pas, Lens est un club historique sans le sou donc on le maintient coute que coute. Dans les deux cas, sur des raisons aussi minimes que possibles. C'est pitoyable et écorne l'image du football encore un peu plus.
roctovirso Niveau : CFA2
La vraie raison est qu'il pousse des psylocybes sur le terrain, comme dans toute l'Ariège, que ça pouvait nuire à l'intégrité psychique des joueurs en cas de prise de contact trop fréquente avec le gazon.
Valbuena n'ayant désormais plus la moindre raison de pouvoir fouler cette pelouse dangereuse, je ne vois pas pourquoi la décision est maintenue.
La meilleure réponse serait une nouvelle saison de porc en National, pour prouver à tous que Luzenac méritait sa place en L2. Je n'espère vraiment pas pour eux que cela les plombent. Dans cette affaire, ils gagneront du soutien populaire.

Malheureusement, le cas Luzenac est vraiment typique de la France: dans notre pays, la méritocratie n'a pas sa place et il faut avoir des privilèges pour s'imposer: Lens est une grande institution du foot, Chateauroux (ça fait 16 ans qu'ils ne sont pas foutus de monter) a comme partenaire Denisot et, malheureusement, ce n'est pas Barthez qui a empêché le délit de sale gueule qu'a subit ce club dans cette affaire. C'est certes un petit club, mais qui s'est battu avec les tripes pour monter; ce sont des joueurs qui joué avec de l'engagement et qui se sont dévoués corps et âmes pour faire progresser ce club modeste; ce sont des supporters qui ont cru en leur équipe; ce sont des dirigeants (dont Barthez) qui ont fait en sorte que la montée en L2 soit assurée.
Dans ce cas, pourquoi Lens, qui n'a pas de stades, n'a pas tenu ses engagements auprès de la Ligue et qui est géré n'importe comment (franchement, l'affaire de l'azéri mérite qu'on jette un oeil), mérite une accession à l'échelon supérieur, quand Luzenac, qui a trouvé un accord avec le stade Ernest-Wallon (excusez moi, mais s'il y avait eu des problèmes de sécurité dans ce stade, ça se saurait, bordel), et qui est bien géré (à défaut d'avoir un budget conséquent) n'y aurait pas le droit? Pourquoi Chateauroux n'est pas descendue et n'a t'on pas fait une L2 à 19?

Et très franchement, le rôle de la FFF n'est-elle pas de soutenir les petits clubs, ceux qui ont été sacrifiés sur l'autel par les dérives des clubs pro et de la LFP dirigée... par Thiriez?
Il faudrait vraiment que notre Ministre des Sports, qui se les branle et qui n'hésite pas à se montrer rien que pour la communication, fasse un grand ménage au sein de la FFF et de la LFP pour que ces organisations gagnent en transparence.

Aujourd'hui, ça me débecte de voir cela. J'ai mal au foot que j'aime, convivial, qui est censé être une communion entre joueurs et spectateurs, dont les exploits de certaines équipes qui n'étaient pas les meilleurs nous ont fait rêver plus jeunes, qui nous fait crier de vive voie lors d'un exploit de fou (remember Monaco 2004) et non un business comme un autre. D'ici là, dans quelques années, on va faire jouer des robots à la place des joueurs.
Le master en enculerie générale, j'ai nommé la fouine à moustache, à sodomiser le petit club de Luzenac après une jolie partie de ping-pong judiciaire.

Les mecs valident leur montée en avril, valident leur budget après de multiples recours administratifs (la DNCG et le Tribunal ont donné leur OK), quand ce matin, le conseils de la filsdeputerie s'est réuni en urgence pour dégager les amateurs.

Alors que Thierez nous expliquait ce matin ne voir aucun souci à jouer à 21 clubs.

C'est là que tu te dis que notre football est géré par des incompétents et des connards.
il faudrait donc que Luzenac construise un stade pour monter? comme Istres, comme Grenoble, comme Le Mans...?

Qu'on demande au club de quitter Luzenac puis Foix, je veux bien, mais la moindre des choses est d'accorder une dérogation de 1 ou 2 ans avant d'exiger un parfait respect des normes. Si ça se trouve, le club ne se serait pas maintenu sportivement aussi longtemps.

Mais sachez les français que ces situations se retrouvent aussi dans d'autres pays que le vôtre.
M.Manatane Niveau : CFA
Note : 1
Moustache s'évertue depuis des années à vendre du rêve avec sa coupe en spirale dégueulasse, et il vient de briser celui de tous ces gens.
Une pensée pour eux, ça ne doit pas être la fête ce soir.
GhjuvanFilippu Niveau : CFA2
Réaction du Sporting Club di Bastia

Au terme d'un nouveau marathon procédural, le club de Luzenac vient de se voir refuser par le conseil d'administration de la LFP le droit d'accéder en Ligue 2. Cette décision cruelle, qui prend le contrepied de la DNCG et du tribunal administratif de Toulouse, nous semble symptomatique des errements qui, d'année en année, se multiplient en matière d'applications des règlements. En cette triste affaire, le SCB ne peut s'empêcher de constater le soutien à géométrie variable de nombreux présidents de clubs. Impitoyables avec les faibles, complaisants avec les puissants, les bons comptes font les bons amis.

Par ailleurs, la problématique d'infrastructures qui sert aujourd'hui de prétexte pour empêcher Luzenac de récolter les fruits d'une accession acquise de haute lutte, peut aujourd'hui impacter plusieurs autres clubs, dont le notre. Alors que les clubs et villes qui ont eu la chance d'être choisis pour héberger tour à tour l'Euro 84, la coupe du Monde 1998, et bientôt le Championnat d'Europe 2016, ont lors de chaque décennie pu bénéficier d'enceintes dernier cri largement financées par l'Etat, les petits clubs sont aujourd'hui constamment soumis à un durcissement croissant de la règlementation en matière d'accueil, qui fait planer une sourde menace financière et sportive sur le long terme pour ceux qui ne pourraient injecter les millions d'euros indispensables aux canons et critères du moment.

Enfin, on ne peut qu'être étonné de l'attitude de la LFP qui applique ses règlements selon les dossiers dont elle est saisie : sa gestion du dossier Luzenac montre, à la différence du dossier Touré, qu'elle est capable de privilégier ses règlements à toute autre considération, décisions de justice comprises.

Pour toutes ces raisons, et parce que notre club s'est toujours élevé contre les injustices, nous tenons à apporter notre entier et amical soutien au club de Luzenac et à ses supporters dont on vient, en une seule réunion entre puissants, de ruiner des entières années de travail ainsi que toute possibilité de faire prospérer le sport de haut niveau dans leur microrégion.
Rudi Roussfion Niveau : District
Sinon pour enterrer encore un peu plus ces joyeux drilles je rappelle juste que la LFP avait accepté d'organiser un match de la Coupe à Moustache à Ernest Wallon en 2007 du TFC contre Caen, sans parler du fait que le TFC y a joué une saison entière après la catastrophe AZF. Donc là globalement, c'est même plus du foutage de gueule, c'est la fistinière THX Dolby Digital dans l'oignon de Luzenac.

http://www.tfc.info/news/node/1008076
Je n'aimerais pas être le délégué de la ligue au prochain match du Luzenac Ariège Pyrénées. Les ariegeois savent accueillir ceux qui les prennent pour des cons.
Je suis supporter de Châteauroux, donc je ne suis pas complètement objectif dans cette affaire, mais je trouve quand même cette histoire assez ahurissante et assez significative du football français.

Une Ligue Professionnelle incapable de donner un délai maximum pour les recours, qui oblige le club à avoir une dernière réponse alors que les 2 championnats concernés (L2 et National) ont commencé et qui était prête à créer une L2 à 21 clubs, avec tout ce que ça implique de chamboulements dans l'organisation, avec une DNCG qui est censée être le "grand gendarme du foot français" et qui ne trouve plus rien à redire une fois que la justice a mis son nez dedans, c'est foutrement scandaleux et à peine digne d'une ligue de sport amateur. Et après on voudrait que le foot français soit respecté...

Et pendant ce temps-là, Luzenac n'a jamais pu faire sa préparation correctement et va diablement souffrir cette saison. Car croyez-moi qu'avec un championnat commencé en retard, il va être dur pour les joueurs de trouver des ressources physiques et mentales pour rebondir.

D'ailleurs, petites pensées aussi pour Sochaux et Lens, qui ont subi les mêmes mésaventures et qui risquent de galérer ce début de saison (à votre avis, pourquoi le FCSM a perdu son premier match à domicile contre un promu?).
Protège-tibia Niveau : Loisir
Eté pourri, car le stade de repli n'est pas aux normes, dernière baffe dans la gueule du LAP, excusez du peu, on parle du stade du ST, pas aux normes, franchement lors du prochain match de Hcup, je sens que cela va beaucoup faire rire les supporters de l'équipe adverse (qu'ils soient anglais ou irlandais) quand nous allons boire la bière ensemble. Malheureusement cela ne va pas beaucoup aider le LAP. Concrètement que pouvons-nous faire pour les aider. - des messages de soutient par exemple. - adhérer à l'asso "les amis du LAP". - pousser des coups de gueule par-çi par-la. - boycotter les matchs de ligue 2 pour le LAP, mais pas uniquement, en effet les entrées sont beaucoup trop cher (sauf au LAP), je vous raconte une anécdote.
"je vais voir de temps en temps la Berri jouer (je sais nul n'est parfait) avec mon fils de 5 ans (je sais c'est imprudent), et bien le prix du billet pour lui est de 10 € en tribune, et comme l'indiquait mon voisin de siège venu lui aussi avec son enfant, par internet le prix est de 12 € (c'était lors de la venue de Tours l'an dernier, mémorable...), en plus, mon fils a décroché avant la fin de la première mi-temps devant le spectacle. (pour info pour n'importe quelle rencontre de rugby en pro d2, c'est gratuit pour les moins de 6 en tribune)".
Donc la dernière chose que je vais faire pour le LAP, c'est de venir les voir jouer avec mon fils pour les soutenir, en espérant que tout se termine bien pour eux.

Allez le LAP.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
17 19