En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Luzenac en L2 : 7 idées pour organiser le calendrier à 21 clubs

Le coup d'envoi de la saison de Ligue 2 sera donné ce soir, et on ne sait toujours pas combien d'équipes comptera le championnat. Car le Tribunal Administratif de Toulouse a choisi d'invalider la décision initialement prise par la DNCG et appuyée par le CNOSF : Luzenac n'est donc toujours pas fixé sur son sort, et doit patienter jusqu'à un nouveau passage devant la DNCG, la semaine prochaine. En attendant, à la Ligue, on s'arrache les cheveux devant cette situation ubuesque : comment organise-t-on un championnat à 21 équipes ?

Modififié

La méthode du club fantôme

Il n'est pas si simple de construire un calendrier. Sur le papier, ça peut paraître très simple, mais en réalité, il faut s'en remettre à des calculs mathématiques complexes et aux suites numériques. Disputer un championnat comportant un nombre d'équipes impair est donc tout sauf une gageure. Le plus simple est donc d'organiser le calendrier comme si le championnat comptait 22 clubs, et non 21. Le 22e club est une équipe fantôme, et chaque fois qu'une autre formation est censée l'affronter, elle bénéficie en réalité d'une période de repos. C'est la méthode que choisira probablement la Ligue, mais elle ne permettra pas de régler les problèmes d'équité en fin de saison, lorsque tous les clubs sont censés disputer leurs deux derniers matchs simultanément. Cela étant dit, les instances semblent s'en foutre un peu, de l'équité, et ne sont pas privées de reprogrammer le CaenNîmes de la saison passée, initialement prévu pour la 28e journée, entre les 37e et les 38e journées.

La méthode pragmatique

Si Luzenac tient vraiment à emmerder le monde et à jouer en Ligue 2, alors tant pis pour eux : on garde le calendrier tel qu'il a été construit, on joue tranquillement au ballon sans eux pendant dix mois, et une fois que les 38 journées initialement prévues ont été disputées, Luzenac s'enquille ses 38 rencontres à raison d'un match par jour. Voilà, en un peu plus d'un mois, c'est emballé, et théoriquement, Luzenac va pouvoir retrouver la place qui est la sienne, à l'étage inférieur. Non mais…

La méthode « à l'ancienne »

Déjà que Frédo Thiriez se frise la moustache à longueur d'années pour réduire le nombre d'équipes en Ligue 1 et en Ligue 2, vous imaginez sa tête quand on va lui annoncer qu'il faut jouer à 21 ? On passe donc de 38 à 40 journées de championnat, la Ligue 2 s'achève l'année prochaine mi-juillet… Non, impossible, on ne va jamais s'en sortir, et puis Frédo, il a déjà réservé ses vacances pour l'année prochaine, fin juin, dans le Lubéron. L'idéal est donc de diviser les forces en présence pour mieux appréhender le problème : plutôt que d'organiser un seul championnat à 21 équipes, on en fait plusieurs avec moins d'équipes. Alors là, il y a deux écoles : l'école « D2 à l'ancienne » (une poule A, une poule B, et roulez jeunesse, comme dans les années 80, gamin !) ou l'école « 3 fois 7 » (trois groupes de sept équipes, ça fait 21, l'équipe qui termine première de chaque poule monte en Ligue 1). Quoi qu'il en soit, ça devrait fleurer bon le football d'antan…

La méthode Ligue des champions

Dans le même état d'esprit, la Ligue peut envisager de mettre en place une compétition sur le modèle de la Ligue des champions : on crée cinq ou six poules, deux équipes se qualifient dans chaque poule, et on organise ensuite des rencontres à élimination directe, pour déconner… Les avantages de cette méthode sont multiples : on règle pour de bon le problème du calendrier trop chargé, on crée des matchs à très fort enjeu dès le début de la phase éliminatoire (que la Ligue pourra facturer bonbon à la télé), et surtout, le déséquilibre du nombre de participants impair passe alors inaperçu. Cerise sur le gâteau : on imagine d'ici la moustache de Frédo frétiller quand il va nous expliquer sa nouvelle méthode « comme en Ligue des champions » . Ça va être quelque chose…

La méthode de l'ascenseur

Et si ce championnat à 21 pouvait permettre d'infliger un gage à une équipe de L1 ? La dernière par exemple. Chaque vendredi, l'idée serait d'envoyer le 20e de Ligue 1 jouer contre l'exempt de la journée de Ligue 2. L'avantage pour le 21e larron est qu'il ne perdra pas le rythme et pour le club de Ligue 1 de commencer à se préparer à l'échelon inférieur. Surtout qu'il devra rejouer deux jours après, le dimanche, son match de Ligue 1. Oui, une belle double peine.

La méthode « Roi Lion »

On est tous d'accord pour dire que Sochaux n'a rien à faire en Ligue 2, avec Orléans et Luzenac ? Alors il suffit donc de décréter les Sochaliens d'ores et déjà promus en Ligue 1 et remplacer l'équipe doubiste par Luzenac dans le calendrier actuel. En fin de saison, seules deux équipes les rejoignent dans l'ascenseur. Et ça nous évitera peut-être de nous retrouver avec Arles-Avignon ou Grenoble en Ligue 1, tiens…

La méthode sexiste

Il paraît que c'est désormais une femme qui entraîne le Clermont Foot ? Bon, eh bien, il ne reste plus qu'à basculer Clermont dans le championnat féminin pour régler le problème. En plus, il suffit de regarder Clermont jouer au foot plus de deux minutes pour te dire qu'ils trouveront là-bas des adversaires à leur niveau.

Par Julien Mahieu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 53 minutes Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 3 il y a 2 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances »
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 59