1. //
  2. // Course au titre

Lutte pour le titre : qui décrochera le gros lot ?

À huit journées de la fin, quatre équipes peuvent encore raisonnablement rêver du titre. Paris, Lyon, Marseille, Monaco, qui doublera tout le monde sur la ligne d'arrivée ? Tour d'horizon.

4 15

PSG


Leader depuis peu, le PSG est plus que jamais le favori à sa propre succession. Seul bémol, la dream team de la capitale est moins fringante que les années passées quand ses concurrents directs ne lâchent quasiment rien. Et comme le PSG a un calendrier surchargé entre la Ligue des champions et les coupes nationales, son petit point d'avance actuel n'a rien d'une assurance tous risques.

  • Le scénario idéal
    La commission de discipline de la Ligue blanchit Zlatan Ibrahimović, « un homme pris à défaut dans un moment de détresse, rien de plus » , ce qui offre au Suédois l'opportunité d'être le héros de la fin de saison. En championnat d'abord, où il enfile les buts comme des perles, et en Ligue des champions lorsqu'il en met deux sur la pelouse du Barça au match retour (2-1). Boosté par la victoire contre Bastia en Coupe de la Ligue, le club de la capitale remporte tous ses matchs de championnat et s'adjuge le titre de champion à une journée de la fin. Cerise sur le gâteau : la victoire en finale de Ligue des champions contre la Juventus 3-0, avec le dernier but sur penalty signé Zoumana Camara, pour la déconne. Deux jours après le match, la signature de Paul Pogba pour 75 millions est annoncée par la direction parisienne.

  • Le scénario catastrophe
    Battu à la dernière seconde du temps réglementaire contre Bastia en finale de la Coupe de la Ligue, le PSG nous refait une Bordeaux 2010 avec Laurent Blanc dans le rôle principal. Surclassé deux fois par le FC Barcelone en C1, Paris se fait fesser par l'AJ Auxerre en finale de Coupe de France (1-4) avant de voir respectivement Lyon, Marseille et Monaco lui passer devant pendant le sprint final, la faute à une succession de mauvais résultats. À l'issue de sa saison, Laurent Blanc annonce qu'il a accepté le poste de sélectionneur du Tchad : « Je crois que bon, j'ai besoin de moins de pression » .

  • Le pourcentage de confiance
    Paris a 90% de chances de finir champion selon son ancien attaquant Laurent Leroy. Parce que le PSG a tout simplement le meilleur effectif « malgré quelques complications cette saison sur le plan du jeu » . Pour celui qui avait marqué un but crucial contre le Bayern Munich en Ligue des champions 2000-2001, « les joueurs du PSG ont de l'expérience et ne faibliront pas dans les dernières journées » . D'après lui, le match de l'OM sera un tournant : « S'ils battent l'OM, ils auront fait un grand pas, car je ne vois pas Lyon tenir le rythme. » Le seul souci de Laurent Blanc finalement, c'est un calendrier démentiel et pas forcément voué à susciter le turn-over « car si tu mets tes remplaçants pour une finale de Coupe ou un quart de Ligue des champions, ce n'est pas logique  » . Certes.

    Lyon


    Deuxième à un point de Paris, Lyon rêve encore secrètement de déjouer les pronostics. Focalisés sur le championnat, avec pour dernier gros choc le derby contre Saint-Étienne, les hommes d'Hubert Fournier ont clairement un coup à jouer dans cette fin de saison, portés par les bons états de forme d'Anthony Lopes, Nabil Fekir, Alexandre Lacazette ou encore Maxime Gonalons, même si celui-ci manquera les trois prochaines semaines de compétition.

  • Le scénario idéal
    Profitant du calendrier infernal du PSG, les Gones enchaînent huit victoires de rang - dont un 5-1 à Gerland contre Saint-Étienne - ce qui leur permet de passer in extremis à la première place au soir du 23 mai. Alors que les Lyonnais l'emportent 3-0 à Caen avec un doublé de Yoann Gourcuff, enfin débarrassé de ses soucis physiques et prolongé jusqu'en 2018, Paris se fait égaliser dans les dernières minutes sur un retourné acrobatique de Gaëtan Charbonnier, ancien pilier de la réserve du PSG aujourd'hui à Reims. L'Hexagoal en mains, Alexandre Lacazette déclare fièrement qu'il ne signera jamais dans la capitale. « Si je quitte Lyon, c'est pour franchir un palier  » . #Troll.

  • Le scénario catastrophe
    Plombé par la défaite à domicile contre Nice et les adieux improvisés de Yoann Gourcuff, l'OL enchaîne sur un naufrage 3-0 à Guingamp. Le fait de descendre à la 3e place est un traumatisme irrémédiable pour les Lyonnais, qui, après un pitoyable 0-0 contre Bastia, perdent à la maison contre Saint-Étienne (2-0). Incapable de gagner ses trois derniers matchs, Lyon termine finalement 6e, hors de toutes les compétitions continentales. Lacazette signe à Paris pour 12 millions et Gonalons à Stoke City contre 5 millions, histoire d'équilibrer les comptes du club.... Dur.

  • Le pourcentage de confiance
    Du 50-50 selon Jérémie Bréchet. Pour l'ancien défenseur formé au club, Lyon a impressionné par sa régularité : « C'est une équipe jeune qui n'a pas vraiment eu de gros coup de mou » . Les atouts lyonnais sont nombreux à ses yeux : Anthony Lopes, « un pilier dont on parle moins, mais qui est énorme » , le duo d'attaque Lacazette-Fekir « qui tire l'équipe vers le haut » et un Lindsay Rose qui « revient bien dans l'axe, au meilleur moment » . L'actuel défenseur du Gazélec estime cependant que « les blessures de Jallet et Gonalons sont deux coups durs, car même si Dabo peut dépanner à droite, c'est dur de remplacer Gonalons à la récupération » . Quant au calendrier prétendument favorable, il n'y croit pas trop, car le PSG a les moyens « d'aligner deux équipes compétitives » . Contrairement à l'OL.

    Marseille


    Alors qu'il enchantait les pelouses de Ligue 1 en première partie de saison, le style flamboyant du Marseille version Bielsa s'est parfois essoufflé en 2015. Malgré tout, les Phocéens restent dans la roue de Paris et Lyon et sont donc encore en mesure de remporter le titre. Les deux matchs clés de la fin de saison pour l'OM : Paris ce dimanche et Monaco le 9 mai. Sans autre compétition que le championnat et avec un banc de touche bien fourni, les Marseillais sont des outsiders crédibles.

  • Le scénario idéal
    Convaincu par la forme impressionnante de Michy Batshuayi, Marcelo Bielsa revoit ses plans : place au 4-4-2 en losange sauce lyonnaise avec un duo Batshuayi-Gignac devant, soutenu par Dimitri Payet ou Thauvin à la création. Au milieu, Ayew et surtout Alessandrini font des miracles dans un nouveau rôle de relayeurs quand Imbula ratisse tout au milieu et place de temps à autre une mine sous la barre. 3-1 contre Paris, 2-0 à Bordeaux, 4-1 à Nantes... Cet OM new look confisque le ballon à ses adversaires et marche sur tout le monde. Si bien qu'au 16 mai, après un succès à Lille, Marseille compte 4 points d'avance sur le PSG et se voit assuré du titre une journée avant la fin. Faute de meilleure proposition, Dédé Gignac prolonge jusqu'en 2018 en divisant son salaire par deux. L'amour du maillot par défaut.

  • Le scénario catastrophe
    Humilié à la maison par le PSG, Marseille craque dans la dernière ligne droite : Monaco, puis Saint-Étienne lui passent devant, tandis que de plus en plus de joueurs lâchent publiquement Bielsa. L'OM boit le calice jusqu'à la lie, c'est-à-dire une défaite à Metz le 2 mai, qui acte le renvoi du technicien argentin. Frank Passi assure l'intérim comme il le peut pour les trois dernières journées, autant de défaites et une 8e place au classement final. Ayew, Gignac et Alessandrini partent en fin de saison, avant que Vincent Labrune n'annonce la nomination de Jean Fernandez comme nouvel entraîneur... Dur réveil.

  • Le pourcentage de confiance
    Outsider, l'OM a 40% de chances de doubler tout le monde d'ici le 22 mai selon Jean-Philippe Sabo, latéral gauche formé au club qui évolue aujourd'hui à Strasbourg. « C'est serré, le PSG est devant, mais le Classico de dimanche sera important. Si l'OM perd, c'est fini, mais si l'OM gagne... » Pour celui qui était dans l'effectif champion en 2010, les atouts marseillais sont « des résultats qui reviennent, certains joueurs comme Batshuayi en forme, un public qui va pousser et plusieurs gars en fin de contrat qui vont vouloir quitter le club sur une bonne note » . Pour lui, le PSG est au-dessus quand Lyon et Monaco ont des calendriers plus favorables. « On en saura plus après le Classique, mais tout est possible, même une 4e place, bien que je ne vois pas l'OM finir hors du podium. »

    Monaco


    Longtemps jugés hors course faute d'un jeu convaincant et de continuité dans les résultats, les hommes de Jardim ont le vent en poupe depuis février et leur victoire sur la pelouse d'Arsenal. Six points de retard, mais un match de moins que le PSG, un calendrier favorable, quelques joueurs comme Ferreira Carrasco et Martial en pleine bourre et un Berbatov capable de marquer en marchant... Les Monégasques ne manquent pas d'atouts pour mettre toute la France d'accord d'ici fin mai.

  • Le scénario idéal
    Surfant sur sa dynamique, l'ASM étrille Saint-Étienne 3-0, coup du chapeau de Martial, avant d'enchaîner les succès aussi bien en Ligue 1 qu'en Europe, avec une double victoire 3-1 sur la Juventus. En demi-finale de la Champions, la jeunesse monégasque résiste bien, mais ne peut vaincre la puissance du Bayern Munich. La confiance emmagasinée sur les pelouses européennes se répercute néanmoins en championnat où seuls Marseille et Lorient parviennent à arracher le nul contre la furia rouge et blanc. Mais ce petit point chez les Merlus vaut de l'or, car il permet à Jardim de préserver l'avance de l'ASM sur Paris et ainsi remporter le championnat pour la première fois depuis 2000. Pendant ce temps, Dugarry démissionne de Canal + pour rejoindre Raymond Domenech sur Ma chaîne sport, car « franchement, ils me gonflent l'ASM, je préfère commenter un bon Belenenses-Rio Ave » .

  • Le scénario catastrophe
    Surfant sur sa dynamique, l'ASM étrille Saint-Étienne 3-0, coup du chapeau de Martial, mais se fait calmer dès le 14 avril à Turin : 4-0, trois buts de Tévez, un CSC d'Abdennour, et une leçon de football qui détruit le moral de Jardim et ses hommes. L'élimination en C1 consommée le 22, Monaco entame sa descente aux enfers par une défaite 4-1 au Stade de la Licorne contre Lens. Le climax du film d'horreur ? La défaite à domicile 2-0 mi-mai contre le FC Metz, sur un doublé de Lejeune. Bien qu'à bout physiquement, Ricardo Carvalho prolonge son contrat de trois ans...

  • Le pourcentage de confiance
    Même si sa forme récente en fait l'une des meilleures équipes de la phase retour, Monaco pourrait subir le contre-coup de ses exploits européens une fois son parcours terminé. Car il faut bien l'admettre, l'ASM surfe actuellement sur la confiance générée par la victoire à l'Emirates Stadium en C1. Mais à seulement six points du leader avec un match en moins, Monaco est toujours candidat. 30% de chances de griller tout le monde au sprint.



    Par Nicolas Jucha Tous propos recueillis par NJ
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • laurentlp Niveau : CFA
    Note : 1
    "le dernier but sur penalty signé Zoumana Camara, pour la déconne"

    Oh oui oh oui oh oui !

    Bon, maintenant que j'ai bien rit, je lis la suite !
    el peruano loco Niveau : Ligue 2
    Je veux bien la même came que celle de l'auteur pour attaquer la journée...Parce-que le rail de Coke ça perd son charme à force...
    Une ressemblance me vient à l'esprit... ASM 2014/2015 vs Málaga 2012/2013
    Note : 3
    Iniesta@

    C'est exactement ça, bien joué.
    Un projet pharaonique qui s'arrête en plein décollage, finalement quelque bons joueurs de gardés et récupérés, puis une bonne saison ponctuée par une magnifique campagne européenne .

    Bien joué
    Auxerre qui gagne 4-1 contre le PSG en finale de CdF??? Je signe où???
    PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
    Note : 2
    Attention Camara qui marque contre le Barca c'est arrivé en match amical de pré-saison. Il y a deux ans je crois.
    Et même pas sur penalty en plus.
    PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
    Note : 2
    Malaga - Monaco.

    La malédiction Toulalan?
    Autant j'adore le coté décalé de Sofoot, autant je suis assez déçu de cet article. Je pensais vraiment lire une vrai analyse des forces en présence. Surtout qu'au final je trouve pas ca très drole...

    Je sais pas c'que j'ai moi ce matin je suis rabajoie...
    "Pendant ce temps, Dugarry démissionne de Canal + pour rejoindre Raymond Domenech sur Ma chaîne sport, car « franchement, ils me gonflent l'ASM, je préfère commenter un bon Belenenses-Rio Ave »."

    Vous allez finir par me faire supporter Monaco...
    Problema ? Niveau : DHR
    Au final il est probable que les deux premiers soient les mêmes que l'an dernier : à savoir Paris puis Monaco. Je pense que les deux Olympiques ne se battront que pour la troisième place. Tout dépend bien sûr des quarts de finale de C1.
    A vous lire on dirait que Marseille est à la rue. Bon on vient de claquer un 6-1 puis 4-0 en 2 déplacements pour un gros match contre Lyon à domicile... Y'a pas à dire Marseille n'avance plus hein !
    Monaco champion !
    J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
    En tous cas, je sens bien Monaco se qualifier pour le CL.
    Je ne sais pas lequel des Olympiques sera le cocu par contre.
    Contrairement à beaucoup , je pense que Marseille a réellement les moyens de finir Champion.Tout dépendra de Bielsa.
    -
    S'il décide de mourir avec ses idées l' OM finira au pied du Podium et perpétuera sa légende d'entraineur référent de Guradiola qui ne gagne rien

    Si Alessandrini et Batshuayi sont titulaires alors tout est possible car le PSG en championnat cette année c'est pas terrible.

    En tout cas j'ai l'impression que l'un des 2 olympiques passera à la trappe et jouera l'Europa
    Message posté par J-P-Papin
    Iniesta@

    C'est exactement ça, bien joué.
    Un projet pharaonique qui s'arrête en plein décollage, finalement quelque bons joueurs de gardés et récupérés, puis une bonne saison ponctuée par une magnifique campagne européenne .

    Bien joué


    + Jeremy Toulalan. Le mec, il ne faut pas le prendre dans son équipe. Pas que le mec soit mauvais, non, il est juste né sous une lauvaise étile. Le mec a la guigne. Je ne m'explique pas d'ailleurs que Domenech n'ait pas lu ça dans son thème astral et l'ai quand même pris.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    4 15