Lula cite Scolari en exemple

0 0
La coupe du monde terminée, les Brésiliens s'intéressent enfin au deuxième gros dossier de l'année, soit les élections, qui auront lieu en octobre.

Avant de passer la main (après deux mandats, il ne peut pas se représenter) Lula veut s'assurer que ses ministres ne vont pas le lâcher, alors qu'avec l'organisation des JO et de la coupe du monde, y a quand même du pain sur la planche.

Pour les motiver, il a cité en exemple Luiz Felipe Scolari, champion du monde 2002, qui a annoncé clairement qu'il honorerait ses engagements avec le club de Palmeiras alors que tout le monde l'annonçait au poste de sélectionneur : « Je rappelle que nous sommes sous contrat jusqu'à la fin de l'année, j'espère qu'à l'image de Felipão, aucune sollicitation ne va vous dévier de vos objectifs » .

En foot comme en politique, au Brésil, le mercato bat déjà son plein.

LG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
À l'essai grâce à un DVD
0 0