Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 51 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrage
  3. // Pérou-Nouvelle-Zélande

Luis Zegarra : « Tout le Pérou attend ce match! »

Luis Zegarra est un jeune policier péruvien. Il est aussi rappeur à ses heures perdues. Pour soutenir la sélection qui s’apprête à disputer un barrage retour face à la Nouvelle-Zélande, il a décidé de prendre le mic’. En uniforme.

Modififié
Comment est venue cette idée de faire un rap à la gloire de la sélection péruvienne ?
Je voulais mêler deux de mes passions qui sont le rap et le football, et apporter à ma manière un message de soutien à la sélection péruvienne. Le Pérou ne s’est pas qualifié pour la Coupe du monde depuis 36 ans, c’est très long. Moi qui ai vingt ans, je n’ai jamais vu le Pérou jouer le tournoi. Tout le monde ne pense qu’à ça à Lima en ce moment. Donc je me suis dit qu’il fallait qu’on soutienne le Pérou à notre manière, qu’on chante pour Guerrero, Cueva, Flores et Gareca qui nous ont fait pleurer de joie. Et il y a dix jours, j’ai enregistré cette chanson.

Vidéo

Tu peux nous décrire un peu l’ambiance qui règne au Pérou en ce moment ?
C’est simple, tout le monde ne parle que de la sélection. Les vieux font les anciens combattants en nous parlant des idoles des années 1970, on revoit en boucle les buts de Flores contre l’Équateur et celui de Guerrero contre la Colombie. Tous les soirs, avec les amis, en famille, c’est le sujet central des discussions. C’est vraiment la folie, tout le Pérou attend le match.


Et comment as-tu pu ensuite enregistrer la chanson sur la pelouse du Stade national ?
En fait, je travaille à la direction nationale de la communication et de l’image de la police nationale. Une amie journaliste qui savait que j’avais enregistré une chanson m’a demandé si ça m’intéressait pour une émission télé de l’enregistrer au stade. J’étais comme un fou. J’ai été demander la permission à mon commandant. Et il m’a dit : « Putain c’est super, fonce ! » Donc j’ai appelé mes amis du groupe rap de Escuela, nous sommes quatre copains qui se sont connus à l’école des sous-officiers où nous avons créé ce groupe, et nous avons enregistré sur la pelouse. C’était super.


« Il y a un groupe français que j’adore. Il n’est pas très connu au Pérou, mais moi je suis vraiment fan, c’est Saian Supa Crew. »

En matière de rap, quelles sont tes références ?
Je suis très old school, j’adore Tupac, Notorious Big, Nas. J’écoute un peu de tout et je m’en sers comme influence. Ma sœur vit en Suisse et elle m’envoie de temps en temps des sons français. D’ailleurs, il y a un groupe français que j’adore. Il n’est pas très connu au Pérou, mais moi je suis vraiment fan, c’est Saian Supa Crew. En revanche, je n’aime pas trop le trap qui est très à la mode en ce moment. Je préfère les classiques et le rap conscient. Je pense que le rap peut faire passer un message, porter une révolution même. Au Pérou, énormément de jeunes consomment de la drogue, je pense que le rap peut être une arme pour endiguer ce phénomène. D’ailleurs, dans la chanson aussi je cherche à véhiculer un message, je dis non aux gangs, non à la violence : « Faites du bruit pour célébrer les buts, c’est mieux que le bruit des balles.  » Je pense sincèrement que le football et le rap sont deux bouillons de culture et qu’ils peuvent avoir une influence positive sur les jeunes.

Vidéo

Pour en revenir au football, tu es confiant pour la qualification ?
Oui objectivement, on devrait se qualifier. Techniquement, tactiquement le Pérou est plus fort, plus fin. La Nouvelle-Zélande pratique un jeu assez rudimentaire. Alors que le football péruvien est plus élaboré, on aime poser le ballon par terre, ça va vite, on sait contrôler un match. La seule chose qui m’inquiète, ce sont les coups de pied arrêtés et le jeu aérien, parce que là... Aucun joueur péruvien ne dépasse le mètre 80 alors que je crois que côté néo-zélandais aucun joueur ne fait moins d’un mètre 80... (Rires.) Et notre meilleur joueur de tête, c’est Paolo Guerrero. Bon.



Justement, l’absence de Paolo Guerrero, on en parle ?
C’est un drame national, un vrai drame. Pour que tu comprennes bien, Paolo, c’est le Messi péruvien, le Ronaldo péruvien, notre capitaine, celui qui porte l’équipe sur ses épaules. C’est vraiment une superstar ici. Donc tout le monde a été abasourdi par sa suspension et les gens ne veulent pas croire à sa culpabilité. Moi non plus, d’ailleurs. Pour moi, il est impossible que ce mec ait pris de la cocaïne avant un match décisif.

Qui sont tes idoles ?
J’ai longtemps joué gardien de but. Mon idole absolue, c’est Oscar Ibáñez, le gardien péruvien d’origine argentine. Il jouait à l’Universitario. C’est un joueur que j’adore. Et j’ai eu l’occasion de jouer contre lui dans un petit championnat après la fin de sa carrière professionnelle, c’est un type super sympa. Sinon, je suis aussi très fan du Mudo, Alberto Rodríguez, le vice-capitaine, un super défenseur et un chic type, j’ai eu l’occasion de le rencontrer. J’ai plus de mal avec certains autres joueurs de la génération actuelle, ils se la racontent un peu, pensent être un peu à part...

Votre chanson a eu un énorme succès au Pérou. Vous avez eu des retours de footballeurs ?
Non, j’ai été invité sur des plateaux télé, j’ai fait des interviews, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait un tel retentissement. En revanche, je n’ai pas encore reçu de messages de footballeurs, mais j’espère que ça va arriver !

Propos recueillis par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article