Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du Roi
  2. // Demies
  3. // Barcelone-Valence (7-0)

Luis Suárez et Messi croquent les Chés

Rarement Valence aura connu telle humiliation. Matraqués par un Barça grandiose, les Chés repartent du Camp Nou avec un 7-0 dans la musette. Un résultat qui ouvre les portes de la finale à des Blaugrana menés par les si géniaux Luis Suárez, auteur d’un quadruplé, et Lionel Messi, qui se contente d’un triplé.

Modififié

Barcelone FC 7-0 Valence CF

Buts : Luis Suárez (7e, 11e, 83e, 88e) et Messi (29e, 59e, 74e) pour le Barça

Chaque rencontre des Culés entraîne son lot de vidéos Youtube. Les géants des vidéos en ligne se délectent de chaque geste exquis, raffiné et superflu de Neymar, Messi et Iniesta. Des exploits qui sont suivis, à coup sûr, d’un best of sur l’internet. Rares, pourtant, sont les clips à la gloire du véritable chef d’orchestre blaugrana : Sergio Busquets. En ce mercredi soir anonyme, la sentinelle azulgrana délivre un énième ballet à rendre fou les créateurs de ce jeu. Dans les faits, sur le second pion du Pistolero, il trouve, d’une transversale dans les pieds, un Aleix Vidal qui n’a plus qu’à servir sur un plateau l’Uruguayen, grand bonhomme du match avec son quadruplé. Une scène qui se répète à l’infini, mais qui ne cesse de méduser le Camp Nou. Valence, pour sa part, en est resté estomaqué. Dominés dans tous les secteurs, les Chés ne donnent pas même sa chance au suspense. Les Barcelonais, rapidement avec le break en poche, peuvent eux se targuer d’avoir croqué quelques feuilles de match, Neymar le premier. Il n’empêche, avec leur large succès 7-0, et un triplé pour Messi, ils ont déjà pris rendez-vous pour la finale de leur Copa del Rey. Une douce habitude du côté des Ramblas.

Heureux qui comme Lucho


Seul, dans son carré technique, Luis Enrique apprécie. Au sourire crispé et aux poings contractés du coup d’envoi succède la joie d’un entraîneur heureux. Ou d’un amoureux du football en délectation. Pour ce, Neymar se la joue ratisseur et trouve, dans l’espace, son comparse Suárez qui, sans forcer mais d’un croisé, troue une première fois Ryan. Le début d’une sale - et longue - soirée pour le portier kangourou… Sans prendre la peine de souffler, l’Uruguayen remet ça dans la foulée. Cette fois, le métronome se nomme Busquets et le passeur décisif Aleix Vidal. Une œuvre d’art collective qui offre au coach blaugrana de belles raisons de savourer : avec ses titulaires indiscutables, Mascherano, Dani Alves, Rakitić et Bravo, laissés au repos, les « seconds couteaux » - ouvrez grand les guillemets - Mathieu, Arda, Vidal et Ter Stegen n’affaiblissent pas le niveau. Bien au contraire, les actions s’enchaînent du côté des Azulgranas, toujours prompts à profiter des largesses défensives valenciennes. Une aubaine pour Messi qui, sur un service de Don Andres dévié par Neymar, crucifie le gardien adverse et s’offre son petit pion syndical.

« ¡ Cheryshev, te quiero ! »


Le premier acte touche à sa fin que les ennuis s’accumulent pour la fratrie Neville. Car au dernier golazo collectif succède un récital en binôme entre le M et le S. Après avoir déchiré en vitesse Mustafi, le double buteur sert son ami qui, lui, se charge de martyriser l’équerre de Ryan. Pis, le temps additionnel offre un carton rouge à Mustafi et un penalty à Neymar. Nonchalant plus que fair-play, il envoie ce dernier sur le poteau. Traumatisés, les Chés occupent, le temps des prémices du second acte, le camp blaugrana. Puis, plus rien, ou presque, jusqu’à l'entrée du néo-Valencien Cheryshev, tout juste prêté par le Real Madrid. Le Camp Nou se rappelle au bon souvenir de l’élimination administrative de l’ennemi héréditaire en entonnant des « ¡ Cheryshev, te quiero ! » Des chants qui redoublent d’intensité lorsque le Russe inscrit un but… finalement signalé hors jeu. Entre-temps, Leo Messi, sur un presque copié-collé de son premier pion, double son compteur but, avant de le tripler, sur une ogive qui laisse pantois le si seul Ryan. Le clap de fin reste propriété du Pistolero. En chaleur face aux cages, il s’offre un quadruplé, de la tête et en force, pour officialiser l’une des plus grandes humiliations de la Copa. Une Copa qui devrait rester au Camp Nou.

Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 10 heures Rooney, héros de la 95e minute 17 il y a 10 heures Record de buts en Ligue 1 pour une première journée 26 Hier à 16:40 La célébration musclée de Jürgen Klopp 8 Hier à 12:45 La plaque de Courtois saccagée au stade de l'Atlético 63 Hier à 11:00 Le boulet de canon de Peterson qui assomme l'Ajax 1