Luis Enrique y croit encore

0 6
Deux défaites, un nul, un clash avec l'intouchable Francesco Totti. La carrière italienne de Luis Enrique ne démarre pas sous les meilleurs auspices.

Défait à domicile face à Cagliari (1-2) lors de la première journée et déjà chahuté par les nombreux supporteurs de la Louve, l'ancien Barcelonais doit commencer à trouver le temps long. Pourtant, dans une interview accordée à la Repubblica, l'Espagnol a tenu à remercier les dirigeants romains pour la confiance qu'ils lui témoignent : « C'est important. Quand tu commences un projet et que tu choisis une personne, il faut que le club lui donne la confiance dont elle a besoin. La semaine dernière, j'ai remercié les dirigeants pour cela, nous avons une relation très saine et quand le club ne croira plus en moi, nous réglerons le problème de suite » .

Un scénario qui pourrait se produire assez vite...

SB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

"Les révolutions ne s'exportent pas. Les révolutions naissent au sein des peuples"

Ernesto Guevara.
Quand on connait Guevara, ses citations ne sont pas appropriées.
Peux-tu expliquer ? Je suis curieux.
@Blau3grana : euh sur celle là en particulier j'pense qu'il savait de quoi il parlait, puis ça c'est surtout confirmé pour lui personnellement en Bolivie si tu vois ce que je veux dire.

@DrNeoCortex : C'est pour moi ? Bon si c'est moi, j'tente d'expliquer.

Là Luis Enrique arrive avec un projet qui est en gros celui du Barça (ou du moins s'en rapproche) donc c'est des méthodes que ce soit d'entrainement ou de jeu assez inédit pour un club comme la Roma.
Et l'accueil, disons le honnêtement, est plutôt hostile que ce soit le public ou Totti (certes il n'y a que lui (officiellement) de mécontent mais c'est THE boss), c'est un peu le même accueil qu'a reçu le Che en Bolivie avec ses idées.

Peut être parce que les joueurs ne ressentent pas une nécessité d'un changement aussi radical et se méfie d'un type qui débarque avec des idées toutes faites. Faut qu'il y ait une volonté ou du moins un début d'ouverture qui né essentiellement d'un besoin pour que viennent se greffer une révolution.
Les joueurs ne sont pas contre, vraiment pas. On demande aux défenseurs de bien relancer, aux milieux de faire tourner le ballon et de jouer au sol, posément, et aux attaquants on leur dit que le ballon leur arrivera dans les pieds. Non, j'ai lu sur un site de supporters que Totti et le dir. sportif se sont vus et que son seul souci c'est qu'il est trop loin des buts, et c'est vrai je le comprends. En gros, le système Luis Enrique a cette différence comparé à celui de Guardiola, que les ailiers sont en fait de véeritables attaquants et qu'ils rentrent beaucoup plus dans l'axe que ceux du Barça, et la pointe, doit encore plus décrocher que Messi, enfin constamment. En gros tu joues quasiment en 442 losange. Le problème est que Totti, ne peut plus porter la balle alors il utilise sa (ô combien merveilleuse dimanche dernier!) qualité de passe et trouve ses attaquants ou les lance en profondeur, mais Bojan et Osvaldo n'y arrivaient pas, un peu aussi à cause de la grosse chaleur, De Rossi a dit qu'à cette période de l'année c'est un peu con de laisser les matches à 15:00. Mais déjà quand Borriello est entré c'était mieux car y avait un point d'ancrage devant. Quand l'effectif sera au complet, soit on met Borriello avec Bojan ou Lamela, soit on fout Totti devant avec n'importe qui et Lamela, qui a cette capacité d'élimination, de passe et de course comme Messi en 10. Je pense que si le club ne craque pas et reste patient, ça fonctionnera, ils ont les joueurs pour vraiment. Tactiquement c'ets viable en tout cas.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Frank Rost descend la MLS
0 6