1. //
  2. // 37e journée
  3. // Celta Vigo/Real Madrid

Luis Enrique de Madrid à Barcelone en passant par Vigo

Annoncé comme le prochain entraîneur du FC Barcelone, Luis Enrique n’a plus que deux matchs à la tête du Celta Vigo. Celui de ce dimanche, face au Real Madrid, s’annonce comme un nouveau pied de nez aux Merengues. Retour sur l’histoire électrique entre Lucho et la Maison Blanche.

Modififié
7 15
Mercredi, Barcelone : la presse catalane l’assure, Luis Enrique sera le nouvel entraîneur du FC Barcelone. Mercredi, Vigo : loin de l’agitation de la capitale catalane, Lucho emmène son escouade galicienne à une partie de paintball. Plus que ses 907 kilomètres de distance, ces deux ambiances opposées qui entourent Luis Enrique en disent long sur l’un des personnages les plus charismatiques du football espagnol. Une figure haute en couleur dont la carrière s’est construite autour de la haine entre le Blaugrana catalan et le Merengue castillan. Un anti-Figo pour les uns, un traître pour les autres, un joueur limité pour les experts, un lion enragé pour les supporters, un mini-Guardiola le talent en moins, un fils spirituel du toqueLuis Enrique, c’est tout ça à la fois. Alors qu’il s’apprête à défier le Real Madrid avec son Celta Vigo, il pourrait donc par là même totalement laisser le champ libre au Barça. L’écusson blanc, justement, il l’a porté avant de mieux le détester. Retour sur une histoire tout en punchlines, en célébrations exubérantes et en caméras cassées.

Lorenzo Sanz ? « S’il veut, je peux pleurer »

« Je me vois en photo et à la télévision et je me trouve bizarre en blanc. Je crois que l’azulgrana me va plutôt bien. » Le bougre ne fait pas dans la finesse. Pourtant, c’est bien le maillot frappé du sceau royal qu’il a arboré en premier. En provenance de son Gijón natal, Lucho signe au Real Madrid en 1992 contre 250 millions de pesetas : la période post-Quinta del Buitre, et donc creuse du club. Véritable couteau suisse, il n’arrive jamais vraiment à trouver sa place. Ailier droit, attaquant de pointe, milieu central et même latéral droit, Luis aura tout connu. Surtout le goût d’inachevé. En quatre saisons dans la capitale espagnole, il n’aura inscrit que 15 buts en 157 matchs. L’un de ses derniers, un quart de finale retour de Ligue des champions, se terminera en eau de boudin. Après cette élimination face à la Juventus de Turin, il est chopé en « flagrant délit  » dans l’un des hôpitaux madrilènes. Un caméraman le débusque alors qu’il s’apprête à passer sa visite médicale pour s’engager : Luis lui répond en éclatant son caméscope. Quelques semaines plus tard, il signe libre au FC Barcelone.

Cet affront ne passe pas dans les trachées madridistas. De joueur moyen, Luis devient un élément incontournable de ce Barça plus couillu que talentueux. Surtout, il devient une bête et un buteur génial lorsqu’il affronte son ancien club. Ses célébrations tout en exubérance sont un bras d’honneur au Bernabéu et au président d’alors Lorenzo Sanz. L’homme d’affaires lui demandera de se calmer, Luis lui répondra tout en poésie : « S’il veut, je peux pleurer quand je marque un but. » Le samedi 19 avril 2003, pour le dernier Clásico de sa carrière face à l’armada galactique, il poussera aux larmes le Bernabéu. Un but, et une performance qui le feront passer à la postérité selon Santiago Segurola, journaliste du Pais : « À ce moment de sa carrière, Luis Enrique a décidé de se muer en icône culé. Il a trouvé sa place, a identifié sa peau avec celle du club et s’est érigé en étendard de l’équipe. Il n’y a pas de meilleur lieu pour manifester tout cela que le Bernabéu, où on a pu le voir dans un état d’excitation maximale, convoquant même tous les démons du Madridista (…). Du point de vue théâtral, le match de Luis Enrique a été parfait. »

Le 6-2 au Bernabéu ? « Un orgasme footballistique »

Alors que « son époque à Madrid ne me rappelle pas de bons souvenirs » , il assume son cadeau masochiste. Oui, selon Luis, « pour un joueur du Barça, c’est toujours gratifiant de se sentir sifflé dans ce stade » . Entendez par là le Santiago Bernabéu, lieu d’une autre pratique sexuelle qu’il adore : « Le 6-2 de Barcelone face au Real Madrid a été un orgasme footballistique. » Le match, pour le titre, le contexte, un Clásico, le protagoniste, son ami et mentor Pep Guardiola : tout était réuni pour que Lucho prenne son pied. Désormais, c’est au bord des pelouses qu’il s’excite. Devenu entraîneur du Barça B, puis de la Roma et désormais du Celta Vigo, il devrait dans quelques semaines devenir le nouveau coach du grand FC Barcelone. Un honneur et un aboutissement pour l’Asturien le plus catalan qui soit. Quant à un jour devenir l’entraîneur du Real Madrid, l’ancien de la Roja préfère en rire : « Je ne parle pas du Real. Je le disais déjà en tant que joueur. Il y a des expériences que j’ai déjà faites. » Battre le Real Madrid avant de rejoindre Barcelone reste pour le moment une expérience inédite.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Benzema72tktmecton Niveau : Loisir
Vivement que Giuly prenne les rênes de l'équipe première.
Bon, encore une saison pourrie à prévoir pour le Barça l'an prochain. Le post-guardiolisme est franchement dur à gérer en Catalogne. Luis Enrique n'a pas les épaules pour entraîner le Barça, ça sent le fiasco, comme à la Roma. Quel gâchis....
volontaire82 Niveau : Loisir
@Zedman,
Le Barça peut encore être champion cette année donc bon..
Scholes453 Niveau : CFA
Note : 6
Le type est tellement charismatique, transpire tellement le barca que j'aimerais voir s'que ca donnerait a la tete de l'équipe premiere, meme s'il faut avouer que j'prédis pas une grande réussite. Ca me fait quand meme chier pour Tata parce que mine de rien je l'aime beaucoup.
Virer Tata alors que finalement le Barca n a pas fait une saison pourrie c est pas un gage de stabilite pour l avenir, et je ne vois pas ce que Luis Enrique a en + en dehors d avoir ete joueur au Barca. Enfin bon, pourquoi pas...et si le Barca gagne le titre - toujours en course hein donc "saison de merde" etre en mesure de jouer le titre a la derniere journee c est pas si nul- les rumeurs s arreteront d elles-memes. C est un peu vendre la peau de l ours la.


Apres que l apres-Guardiola et l apres-Tito soit aussi complique ne me surprend absolument pas, vu le niveau stratospherique du Barca de ces annees-la c etait evident que le retour sur terre allait etre brutal. Le crabe a tout foutu en l air car ca se passait pas mal avec Tito et apres ca a ete le bazard, aussi a cause du scandale Neymar, qui fait quand meme une premiere saison de bonne facture.

J m inquiete pas pour cette equipe.
¡Luis Enrique, tu padre es Amunike!
Juni Anderson Niveau : District
Pour l'instant je ne suis moi non plus pas hyper enthousiasmé par sa venue, même s'il a montré de belles choses avec le Celta cette année et qu'il connaît très bien le barça. Comme ça été dit plus haut, se séparer de Tata pour engager "Lucho" c'est pas top pour la stabilité d'un club qui en a bien besoin... Certes Tata ne fait pas la saison parfaite mais il a quand même réussi à enlever la Messi-dépendance, à bien gérer sa blessure en lui laissant le temps de revenir, a fait revivre des joueurs comme Alexis ou Cesc en début de saison et a(vait) trouvé une méthode pour limiter les contres et solidifier la défense... Je pense donc que le mieux aurait été de le laisser aller au bout de ses deux ans car avec quelques nouveaux joueurs et des cadres libérés du poids de la cdm je suis sûr qu'il pourrait faire du bon taf l'an prochain. Le pb est que son jeu ne convainc pas en Catalogne car pas assez dominateur (remember les critiques après le 4-0 contre le Rayo où le Barça n'avait pas eu la possession). Pourtant il faut bien trouver une alternative au Tiki-Taka, que Tata maîtrise moins bien que ses prédecesseurs, mais malheureusement beaucoup restent trop accrochés au souvenir de ces dernières années et refusent de voir un jeu (temporairement) différent de celui de la Pep team.
Alors que battre le Barça avant de rejoindre le Real ça s'est déjà vu, n'est-ce pas José?
Putain que j'aime ce mec!

J'étais plutôt sceptique au début, mais en y réfléchissant pour moi il n'y a pas de meilleur choix finalement!

Tactiquement c'est un très bon. Ce qu'il a fait avec le Barça B c'était du lourd. Son passage à la Roma est un trompe l'oeil. Ça n'a juste pas marché parce que c'est un club très compliqué au niveau de la gestion des hommes. Mais il a quand même fait plusieurs matchs de haute volée et certains joueurs de la Roma ont été très marqués par son passage.
Puis au Celta, il fait du très bon boulot...

Et puis surtout, c'est son caractère qui fera le plus du bien. Le club a besoin d'une nouvelle âme, un mec qui aura assez de courage et les épaules pour diriger cette équipe. A part Pep, qui de mieux que Luis Enrique à l'heure actuelle pour cela?
Personne, tout simplement. Ce mec est respecté par tout le monde au club, a un coeur énorme, et je le répète, tactiquement il est très fort.

Plus qu'à faire un recrutement parfait et on est reparti!
Juni Anderson Niveau : District
Message posté par MerenGone
¡Luis Enrique, tu padre es Amunike!


Je dirais plutôt: "Luis Enrique, tu padre (spiritual) es a Munich(é)" ;)
Message posté par volontaire82
@Zedman,
Le Barça peut encore être champion cette année donc bon..


D'ailleurs je sais pas pourquoi mais je sens qu'ils vont l'être en plus. Ca pue la Leverkusen 02' pour l'Atléti si on l'aditionne à la possible decima du 24 mai !
Message posté par Zedman
Bon, encore une saison pourrie à prévoir pour le Barça l'an prochain. Le post-guardiolisme est franchement dur à gérer en Catalogne. Luis Enrique n'a pas les épaules pour entraîner le Barça, ça sent le fiasco, comme à la Roma. Quel gâchis....


Il a les épaules pour mettre a mal un Real C (ce que certaines personnes disent) avec un Celta Vigo, imagine avec Barcelone ce qu'il peut faire j'oublie la Roma c'est un jeu totalement différent et un autre championnat, moi j'ai hâte qu'il entre en fonction a la place de l'allumeur de barbuc !
Martino mériterait une autre saison et un mercato pour retaper sa défense. Honnêtement Enrique ils peuvent l'avoir quand ils veulent au Barça, aller au bout du cycle Martino n'aurait que des avantages à mes yeux.
Trop fort tactiquement, et ayant la grinta qui manque derniérement aux blaugranas outre qu'il est prêt à mourir pour ses principes du beau football, je vois vraiment en lui l'homme de la situation. Neanmoins je me demande comment va-t-il faire pour réanimer le jeu Guardiolissime du barça. Mais plutôt je suis très optimiste car avec les joueurs du club qu'il eu déjâ sous les mains au Celta et à Roma sa tache ne s'annonce pas assez ardue. Et d'autre part il représente la salution la plus éco pour les finances du club. Alors moi je dis oui pour Lucho et personne d'autres que lui.

La victoire de Celta contre Madrid ne signifie rien.
Tata est admirable mais il a eu sa chance avec le FCB, et malheureusement il montre des lacunes dans sa gestion outre qu'il manque de courage.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
7 15