1. //
  2. // 8e
  3. // Bayern/Inter

Lucio et ses prophètes

Le plus allemand des Brésiliens, voilà comment pourrait être condensé Lucio au moment de ses nouvelles possibles retrouvailles (il est incertain) avec le Bayern. Quoiqu'il advienne, une certitude : Jésus sera à ses côtés.

Modififié
0 13
Coupe de GI, épaules de marine, et tee-shirts dédiés à Jésus, son « meilleur ami » , Lucio est un athlète du christ, un vrai. Son slogan : « Travailler beaucoup et croire en Dieu » , aux antipodes des excès de capirinha et des déhanchés nocturnes de certains de ses compatriotes. Lucio s'entraîne dur, prie, et passe du temps avec sa femme et ses trois enfants. Né à Brasilia, la capitale administrative du pays, loin de l'exubérance de Rio de Janeiro ou de Sao Paulo, le défenseur de l'Inter exhale le respect de l'uniforme plutôt que le football de plage. Pas un hasard alors de le voir débuter sa carrière européenne dans une Bundesliga qui n'avait pas encore soldé sa rigueur. Arrivé en l'an 2000 au Bayer Leverkusen, son adaptation est instantanée, et dès sa deuxième saison il contribue au parcours historique de son club en Ligue des Champions. En finale, une tête du Brésilien donne l'égalisation aux siens, opposés au Real de Zidane. Lucio a livré son sort dans les mains du Seigneur et visiblement cela lui réussit. En 2002, il est sacré champion du monde et dispute l'intégralité du tournoi. Le moment de faire le tour du terrain avec Kaka en exhibant des tee-shirt “I belong to Jesus”.

En 2010, Lucio dispute la Coupe du Monde le brassard autour de son biceps de légionnaire. Pas un hasard que le sélectionneur se nomme alors Dunga. Lui aussi a incarné ce Brésil discipliné, attaché au résultat avant tout, qui trouve son équilibre dans l'ordre et le strict respect des consignes. Pas un hasard non plus que les deux défenseurs aient débuté leur parcours professionnel à l'Internacional Porto Alegre, un club féru de préparation physique, moins porté sur le joga bonito que son voisin et néanmoins ennemi du Gremio. En 1994, Lucio reste sans doute l'un des rares Brésiliens à avoir fantasmé sur Dunga, plutôt que sur Romario : « Quand il a soulevé la Coupe. Ça avait été un grand bonheur. A partir de ce moment, j'ai commencé à rêver d'être dans la sélection brésilienne, d'être joueur professionnel. Ça a été une inspiration, sans aucun doute » . L'Interiste est devenu en 2010 le seul défenseur central brésilien à disputer trois Coupes du Monde.

Moqué, il change de nom

La valeur de l'effort, Lucio l'a apprise dans son humble jeunesse. Pour contribuer aux maigres finances familiales, il livrait des journaux, vendait de la crème glacée, ou aidait sa mère à écouler des vêtements. Profil bas, voire timide, l'imposant défenseur a vécu des moments difficiles lors de ses premiers mois à Porto Alegre. En objet de raillerie. Lucio s'appelle alors encore Lucimar da Silva Ferreira. Non, Lucio n'est pas né femme, mais ses parents ont eu la curieuse idée de le baptiser d'un nom du sexe opposé. Lassé des moqueries, il exige un changement de patronyme, que lui accorde le club. L'opération est un succès. Condition physique de légionnaire, âpre sur l'homme, amateur de remontées de balle au bulldozer, le capitaine de la Seleçao, sacré champion d'Europe en 2010, est indéniablement l'un des meilleurs défenseurs centraux du globe. Ses évaluations ont pourtant longtemps été escortées de quelques réserves. En cause : quelques sautes de concentration, ou des relances trop aventureuses. A son arrivée au Bayern, Luis Van Gaal annonce d'ailleurs la couleur et refuse d'en faire un titulaire indiscutable. Lucio décide de s'en aller. Car le Brésilien, tout bon chrétien qu'il soit, ne parvient plus à se contenir dès que son statut d'indispensable est remis en cause. Déjà, il s'était emporté contre Felix Magath qui avait osé le faire sortir en cours de match. « Si cela est amené à se reproduire, Magath aura des problèmes. Moi, je ne suis pas remplaçant » avait menacé l'évangéliste.

Le natif de Brasilia retrouvera rapidement le plaisir de disputer l'intégralité des 90 minutes. Car si Lucio ne s'est pas toujours montré comme le plus rassurant des défenseurs en club, c'est quand il n'est pas là qu'on se rend compte de son importance vitale. « Avec le recul, cette décision de laisser partir Lucio était peut-être une erreur, analysa ainsi Franz Beckenbauer... deux mois après son départ. Un joueur comme lui, qui a été l'épine dorsale de notre défense, nous manque actuellement » . Depuis son transfert à l'Inter, où son association avec Samuel fut l'une des raisons d'être de la folle saison nerazzurra, le Bayern se cherche d'ailleurs toujours une défense centrale. Van Gaal partant au terme de la saison, les Bavarois pourraient être tentés par un retour du Brésilien de 32 ans. Cela tombe bien, le Dunga des années 2000 a un dernier souhait pour sa carrière européenne : « Je veux revenir en Allemagne » . Envisageable, sans même en appeler à Jésus.





Achetez vos billets pour l'Inter de Milan maintenant !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

jamais compris pourquoi le bayern l'a laissé partir , surtout quand tu vois l'état de leur défense actuelle, ça fait 1an et demi qu'il cherche une solution de lucio
Bon article, j'aime bien le joueur qui a fait des super saisons en Allemagne. Le Bayern l'a laissé partir pour le cash, non ?

Mais les "I belong to Jesus", autres t-shirts et signes de croix que plusieurs joueurs brésiliens nous infligent après une action ratée (??) ou un but, perso ça me file la nausée et déclenche une irrépressible envie de pêché mortel...
Moi non plus ! Laisser partir Lucio pour composer un charniere centrale Tymoshuk - Luis Gustavo c'est quand même osé !

Exactement le même constat pour Van Bommel, parce que Schweiny et Kroos en milieu déf c'est bien joli mais comment on les récupere les ballons ???
Moi Lucio je ne le supporte pas,il nous montre ses tee-shirt avec "i love you jésus" de longue,il es le 1er à simuler ou à faire des fautes de salope,je suis protéstant comme lui et je joue en National en France et jamais je n'e fait le quart de se qu'il fait,et regarder bien se sont souvent les sud-américains qui se proclame amoureux de dieu qui sont les 1er simulateurs !!! bien-sur ils y en a d'autres aussi je sais,mais les sud-am sont parfois insupportable dont Lucio en fait parti,leboeuf l'apel "la gazelle" car sans le touché il te fait des bons de 2 mêtre et ensuite pleure à l'arbitre !!! detestable ce mec...
@Nino : Bravo, tu viens de découvrir le catholicisme !
pas mal l'expression gazelle mais je préfère le surnom de simulation à mathieu valbuena: taser
Six références a la religion du type, pratiquement une par paragraphe. Toutes sur le ton de la moqueries. Bravo la tolérance, chapeau.

N'aurait on pas pu se contenter de parler de ses qualités et/ou défauts de footballeurs?
@samuel : il le cherche, personne ne l'oblige à afficher ses messages qui s'apparentent à de la propagande. Quand tu regardes du foot, tu veux pas forcement voir un mec qui nous sort ses "Jesus I love you", moi ça m'insupporte. C'est de la propagande de m..de. Je sais pas, perso quand tu réussi un truc dans ton job ou ta vie, est ce que tu cries "merci Jesus" etc ??
Qu'il le garde pour lui surtout que la plupart des joueurs qui nous la joue "Jesus est mon sauveur" sont de sacrés tricheurs, menteurs (la simulation est un mensonge!) comme Robinho (pire que Lucio dans son attitude)...sacré hypocrisie. En plus quand le type rate son tir, il va se signer genre je remercie Jesus au lieu de remercier son collègue qui lui a fait la passe...trop drôle. Genre je suis en contact avec Dieu et si je gagne c'est grace à lui... pfff greffer leurs des cerveaux, merde.
D accord avec Nino, ce mec certes bon defenseur a un etat d esprit detestable, entre faute de salope et simulation grotesques. Loin des preceptes de ce qu il affiche sur son t-shirt. S il se croit etre un athlete du Christ comme il le dit, il n a qu a adopter un meilleur comportement, et mettre ses t-shirt chez lui peinard et ne pas l imposer a tous
@ Samuel :

C'est un peu le principe de l'article, faire un retour sur la carrière de Lucio en faisant un parallèle avec sa "passion du christ" et le titre de l'article le laisse apparaître, c'est ce qui en fait un bon article

Pour avoir juste les qualités / défauts du type, il faut aller sur un autre site !

Moi perso ça ne me choque pas.

ps : On peut se moquer et être tolérant. On appelle ça le second degré
Hmmm Jean-Claude, trois avé Maria, deux notre père, une veuve poignet sur une photo de Mère Theresa et au dodo...
@ McBook59,

Une allusion serait du second degre, 6 c'est de l'insistance un brin malveillante

@ Bunk

Le truc de John Lennon c'était le boudhisme, Mohamed Ali s'affichait musulman, Nicola Hulot c'est l'écologie. Beaucoup de star ont des convictions et tiennent a les partager, je pense que c'est leur droit.

@ Trinidad,

Quand on commence a considérer le T shirt qu'un individu a sur son dos bien a lui comme une imposition aux autres, ils nous reste plus qu'a tous se mettre en uniforme. Ça s'appelle le fascisme. Par ce que tu vois j'aimerais bien que le gars d'en face arrête de m'imposer la vue de ses bandana Peace and Love...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'Inter à corps perdus ?
0 13