En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // Éliminatoires
  2. // Mondial 2014
  3. // Groupe I
  4. // France/Biélorussie (3-1)

Luccin : « Benzema est trop loin de la cage adverse »

C'est depuis sa demeure madrilène de tout jeune retraité que Peter Luccin observe les performances de l'équipe de France. Avec recul et franc-parler, l'ancien Colchonero livre une analyse pleine de pertinence du jeu des Bleus.

Modififié
Qu’as-tu pensé du match de l’équipe de France contre la Biélorussie ?
J’ai vu un super grand Ribéry, super actif, dribbleur et buteur. Mais à un moment, c’est vrai que cela aurait pu tourner à la catastrophe pour les Bleus si Lloris n’avait pas fait ce superbe arrêt à 0-0.

Globalement, tu as vu les Français en progrès ?
Ouais. Sur le match en Finlande et celui d’hier soir, j’ai vu une nette amélioration par rapport à l’équipe avant l’arrivée de Deschamps. Et j’ai surtout vu un joueur super important en la personne de Diaby, même si c’est Capoue qui a joué le deuxième match. C’est vrai qu’il est souvent blessé, mais c’est un joueur hors normes dont l’équipe de France a besoin, et Capoue a un peu le même profil. Ce sont des joueurs longilignes, capables de courir 80 mètres sans faire d’efforts… Il n’y a qu’à croiser les doigts pour qu’ils ne se blessent pas.

Tu as pensé quoi du placement de Benzema ?
C’était un peu spécial… En position défensive, Benzema était sur le côté droit, et dès qu’on récupérait le ballon, il se mettait dans l’axe en soutien de Giroud, certainement pour avoir plus de présence dans la surface adverse, ce qui manquait lors du premier match. C’était pas mal, mais je trouve que Karim est encore un peu trop loin de la cage adverse. Ma préférence – sachant que mes préférences, le staff des Bleus s’en fout, hein -, ce serait que Benzema soit aligné en pointe à côté d’un autre attaquant, dans une position libre. C’est un joueur qui a besoin d’être en contact avec le ballon, de jouer à une touche de balle… C’est un joueur super intelligent avec énormément de qualités. Certains critiquent ses performances en équipe de France, mais il faut voir tous les espaces qu’il crée, ses passes décisives et son énorme apport en général.

« Mavuba, le joueur qu'il fallait pour les Bleus »

Rio Mavuba est déjà installé, selon toi ?
Ouais. C’est un joueur sobre, qui sait ce qu’il doit faire, très intelligent. Typiquement un joueur « style équipe de France » , à la Deschamps en un peu plus technique. C’est vraiment le joueur qu’il fallait aux Bleus à ce poste-là.

Tu lui ressemblais un petit peu, non ?
On s’est croisés à Bordeaux et j’aime son caractère. C’est un gagneur avec un bon état d’esprit, parfait dans le collectif. Ce n’est pas un gagneur qui ne pense qu’à lui, il agit toujours pour le bien du groupe. Et c’est ça le plus important. Ces derniers mois, on a vu beaucoup de joueurs qui ne pensaient qu’à eux en équipe de France. Donc il fait du bien.

Cela t’a étonné que Blanc ne le convoque pas ?
Les Français font quand même partie des meilleurs joueurs d’Europe, ceux qui étaient appelés avaient également de la qualité. Donc non, je n’étais pas étonné. Rio n’était pas moins bon que ceux qui étaient appelés, mais le coach en place estimait qu’il avait besoin d’autres types de joueurs, c’est tout. Maintenant, Deschamps se reconnaît peut-être en Rio. Et il n’a pas tort.

« À un moment donné, je me suis peut-être vu trop beau »

Tu as également fait partie de ces joueurs dont la non-sélection pouvait étonner. Tu vois des similitudes entre vos deux cas ?
C’est un joueur que j’apprécie beaucoup. En dehors de son passage à vide à Villarreal, il a bien gravi les échelons, sans aller trop vite, exactement comme il fallait. À Lille, au top de sa forme, il a même réussi à faire de Lille une équipe qui gagne des titres. Pour tout cela, je suis vraiment ravi qu’il soit devenu un titulaire indiscutable en équipe de France. Pour ce qui est des similitudes entre nous deux, il a certainement fait moins d’erreurs que moi à un certain âge. À un certain moment, je me suis peut-être vu trop beau. Je n’ai jamais manqué de respect à qui que ce soit, mais il m’est arrivé de trop me reposer sur mes qualités au lieu d’en faire plus. Ce qui m’a fait beaucoup de bien, c’est de partir en Espagne. Mais même à ce moment-là, il y a des gens qui pensaient que j’étais toujours le Peter de Bordeaux, Cannes, Marseille ou Paris, alors que le Peter qui était en Espagne n’était plus du tout le même. En Espagne, j’ai dû m’adapter et faire de gros efforts pour m’imposer, alors que j’étais encore jeune. Mais ça, les gens n’en étaient pas toujours conscients.

En partie parce que les clubs dans lesquels tu évoluais n’étaient pas très médiatisés en France
Exactement, même si l’Atlético de Madrid est un grand club. À l’époque de Vieira et Makélélé, il était normal que je ne sois pas appelé, ils étaient vraiment énormes, mais après leur départ, il y a eu un trou, avec beaucoup de joueurs qui étaient essayés à mon poste. À ce moment-là, j’ai pensé que j’aurais une opportunité de me montrer. Mais bon, je n’en veux à personne, il n’y a aucun souci.

Être dans un club régulièrement diffusé à la télévision est important pour être sélectionné ?
Le plus important, c’est surtout d’être dans un club qui joue régulièrement les compétitions européennes, parce que c’est là que l’on juge ton niveau, lorsque tu joues contre les meilleurs joueurs européens.

« Serrer Silva et Xavi pour battre l'Espagne »

Toi qui vis désormais en Espagne, tu peux nous dire quelle est l'image de l’équipe de France, là-bas ?
Aujourd’hui, ça va. Mais pendant l’Euro, les gens ont été surpris par ce qu’il s’est passé. Si les évènements de la dernière Coupe du monde n’avaient pas fait beaucoup de bruit ici – il faut dire que ce n’était pas trop leur problème -, c’était différent lors de l’Euro parce qu’ils ont joué contre eux. À chaque fois que je sortais, j’avais droit à des commentaires qui ne me faisaient pas plaisir. Je n’avais pas honte d’être français, parce que personne n’a le droit d’avoir honte d’être français, mais j’étais déçu. Après, il ne faut pas généraliser parce que ce sont seulement trois ou quatre joueurs qui n’ont pensé qu’à eux sur le moment. En plus, je suis sûr qu’aujourd’hui, ils regrettent. Tout le monde peut faire des erreurs, le mieux étant de les reconnaître et d’ensuite demander pardon.

Les Français retrouveront les Espagnols lors de ces qualifications pour le Mondial. Comment les Bleus doivent-ils s’y prendre pour les battre ?
Contre la Géorgie, qui a joué très regroupée, l’Espagne a eu de réels problèmes pour trouver des espaces dans les 18 mètres adverses. Je ne sais pas si ce serait la bonne solution pour la France d’en faire de même, je ne pense pas que les Bleus soient armés pour passer 90 minutes dans leur camp. L’équipe de France aime bien aller de l’avant, porter le ballon, et c’est mieux comme cela. Par contre, il faudra jouer le hors-jeu. Sur les deux derniers matchs de la France, même s’il y a eu quelques oublis défensifs, je nous ai trouvés costauds avec Sakho et le Montpelliérain, là. Donc, il faudra jouer le hors-jeu et serrer leurs deux joueurs-clé que sont Silva et Xavi. Il y a bien sûr Iniesta, mais c’est vraiment par Xavi et Silva que passent tous les ballons. Iniesta, c’est surtout un accélérateur. Si Xavi est mis en difficulté, Iniesta aura du mal à recevoir les ballons.

Propos recueillis par Mathias Edwards
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 23 février OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1
Hier à 18:30 Les retrouvailles entre Patrice Évra et les fans de Liverpool 17 Hier à 14:50 Le but le plus absurde de l'année en deuxième division allemande 20 Hier à 13:52 Les lumières s'éteignent en Argentine 15
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 23 février Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24