Lucas, Neymar, Ganso: chers talents

A 18,19 et 21 ans, Lucas, Neymar et Ganso représentent le futur de la seleção. Pour les conserver au Brésil, leurs clubs ont fixé des clauses libératoires à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Modififié
2 16
Les grands clubs européens regorgent de jeunes talents brésiliens qui quittent sans même avoir eu le temps d'évoluer au pays. Dernier en date: Lucas Piazon, 17 ans, a été vendu pour 12 millions d'euros à Chelsea par le São Paulo FC. Pourtant, la bonne santé économique du Brésil a poussé des investisseurs privés à investir des millions de Reaispour mettre les plus belles pépites à l'abri de la convoitise des grosses cylindrées du gros continent. Ils prennent en charge une grosse partie de leur salaire, tandis que leur club les blinde avec des clauses libératoires exorbitantes... en espérant rafler la mise quelques mois plus tard quand les petits caïds seront définitivement élevés au statut de cracks de classe mondiale. Petit tour d'horizon des fleurons de la classe biberon brésilienne.



Lucas, 18 ans, 80 M



Du haut de son mètre 72, ce milieu très offensif est une boule de nerfs qui explose dans tous les sens. Subtil cocktail de vitesse, puissance et virtuosité technique, ses dribbles se savourent comme une bonne caipirinha. Et quand il ne slalome pas entre les défenseurs, il est aussi capable de placer de bonnes frappes de mule sans se poser de question. Convoqué pour la première fois par le sélectionneur Mano Menezes pour le match contre l'Ecosse dimanche prochain, Lucas aura enfin l'occasion de faire de l'ombre à son homonyme de Liverpool. Pourtant, il a bien failli ne jamais se faire porter son vrai nom sur le terrain. Pour son premier match pro en août dernier sous le maillot du São Paulo FC, il se faisait encore appeler Marcelinho. Un clin d'œil à Marcelinho Carioca, l'ancienne star des Corinthians, passé par Ajaccio en 2004, qui a vu le jeune prodige faire ses premiers pas de footballeur dans son académie pour enfants. Une escolinha qui avait aussi vu naître David Luiz quelques années plus tôt.

Comme le défenseur qui fait aujourd'hui les beaux jours de Chelsea, Lucas a tout pour être l'un des piliers de la seleção en 2014. Lors du championnat Amsud des moins de 20 ans, il s'est montré très à l'aise sous le maillot de l'équipe nationale, en inscrivant un triplé de folie lors de la victoire 6-0 lors du match décisif contre l'Uruguay, tout en offrant au passage un caviar à son pote Neymar. Moins exposé médiatiquement que la starlette de Santos, il attire déjà au moins autant de convoitises. Ce n'est pas pour rien qu'au moment de prolonger son contrat le mois dernier, son club a pris le soin de multiplier son salaire par dix et surtout de fixer une clause libératoire ahurissante : 80 millions d'Euros pour un joueur d'à peine 18 ans. Pour se payer ce Lucas-là, François Pinault, qui avait payé 21 millions d'Euros pour faire venir à Rennes l'imposture Severino en 2000 (une somme exorbitante à l'époque), a intérêt à casser sa tirelire.



Neymar, 19 ans, 45 M



Le talent a l'état pur. Même s'il est encore un peu maigrichon, il a tout d'un grand. Vitesse déconcertante, crochets diaboliques et instinct de tueur devant le but, le phénomène de Santos n'en finit plus de griller les étapes. Pour ne rien gâcher, il fait craquer les midinettes avec son sourire de sale gosse et sa coupe iroquois imitée par tous les ados boutonneux du pays. Mais surtout, il prend un malin plaisir à humilier les défenseurs, y compris lorsque le jeu est arrêté. Chicão, des Corinthians, n'est pas près d'oublier le coup du sombrero dont il a été victime gratuitement il y a un an, alors que l'attaquant était signalé hors-jeu depuis trois plombes. Avec une telle réputation, les défenseurs lui réservent à chaque fois un traitement de faveur tout particulier. Et comme il en rajoute à mort en se tordant de douleur après le moindre impact, il donne toujours du grain à moudre à ses détracteurs.



Mais dès que la polémique commence à enfler, il ferme le clapet aux critiques sur des actions de génie. En septembre dernier, il a même réussi à avoir la peau du coach Dorival Junior, principal artisan de la grande épopée de Santos, qui a fait rêver toute la planète foot pendant le premier semestre de 2010, en pratiquant un jeu ultra-offensif et en remportant au passage le titre de champion Pauliste et la Coupe nationale. Tout ça pour un caprice d'enfant gâté, l'entraîneur ayant refusé que Neymar frappe un péno alors qu'il en avait déjà raté trois lors depuis le début du championnat. Les dirigeants de Santos sont près à tout pour préserver leur joyau. Y compris à refuser une offre astronomique de Chelsea, qui avait pourtant mis 35 millions d'Euros sur la table. Mais vu comme le joueur flambe actuellement, ils espèrent en récupérer bien plus à l'avenir. Pour l'instant, sa clause de départ est fixée à 45 millions.



Paulo Henrique Ganso, 21 ans, 50M



Quand il s'est fait les croisés en août dernier, le Brésil a retenu son souffle. Paulo Henrique Ganso est bien plus qu'un simple joueur talentueux. Il incarne à lui seul l'héritage des numéro 10 à l'ancienne. Buste droit, toucher de balle de velours... Il impressionne autant par son élégance que par son intelligence de jeu. Des qualités qui lui valent d'être comparé à Zizou himself. Les Brésiliens peuvent respirer, Ganso est bien de retour. Il y a dix jours, il a claqué dès son premier match après sept longs mois d'absence. Mercredi, malgré la défaite 3-2 de son équipe face à Colo-Colo en Libertadores, il a trouvé le temps de glisser une offrande à son pote Neymar d'un délicieux petit exter' du gauche.



Même s'ils comptent sur ce « petit frère » pour jouer les VRP de luxe afin de convaincre Paulo Henrique à rester au club, les dirigeants de Santos vont avoir du mal à le conserver bien longtemps. Les négociations pour la prolongation de son contrat traînent en longueur et devraient trouver leur épilogue ce mardi, lors d'une réunion au cours de laquelle le joueur devrait demander que sa clause libératoire soit abaissée de 50 à 35 millions d'euros. Pour mieux se faire la malle cet été ? Les deux clubs milanais seraient déjà sur les starting blocks.



Louis Génot, à Rio de Janeiro














Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ils font déjà rêver les ptits jeunes !!
Lucas coutait 4M cet été, c'était une affaire en or pour des clubs français avec un peu de jugeote (ça doit pas exister finalement). Maintenant c'est trop tard... Tant pis, le jour où les recruteurs feront leur travail peut-être qu'on verra des prodiges chez nous mais c'est pas près d'arriver visiblement...
J'ai fait venir Neymar à l'OM pour 11 millions dans FIFA, hin hin hin.
C'est dommage de mettre des clauses aussi chères qui vont repousser les grands clubs "traditionnels" dans lesquels ces joueurs rêvent de jouer.
Je serais prêt à parier beaucoup d'argent qu'au moins un des 3 joueurs signera en Russie ou Ukraine.
@Cyril Rool,+3! En fait, ce qui compte pour nous autre footeux, c'est qu'ils ne deviennent pas des néo-Robinho, Anderson(MU) ou autre Carneiro Keirrison... Mais de nouveaux "O Phenomeno"...
Mouais.

J'attends de voir que tous ces joueurs traverseront l'Atlantique.

Celui qui réussira le mieux je pense que ça va être Ganso (s'il récupère bien de ses croisés), il m'a l'air d'avoir l'intelligence, la technique et un bon potentiel physique même s'il joue comme un joueur de futsal.
Les joueurs brésiliens ok mais quand on voit leurs ainés : Ronaldhino, Adriano, Brandao et d'autres avec une vie extra sportive ingérable.

Les recruteurs français devraient jeter plutôt un oeil en Argentine ou en Uruguay. Lisandro, Heinze, Delgado ou même Suarez pour l'exemple
Quand meme de gros doutes sur Neymar.

Le mec a une qualite technique indeniable, mais contrairement a l article, je ne lui trouve pas un instinct de tueur devant le but, il rate pas mal d occasions par nonchalance ou en voulant en faire trop.

Et puis surtout quelle mentalite de merde, aucune passe, un nombre incalculable de provocations et simulations.
Contre le Colo il simule un penalty (non obtenu) et au moins 3 coups de coude (grande specialite de Neymar, je m ecroule en me tenant le visage) !!!
Vraiment infecte comme joueur et tellement frustrant parcequ avec la qualite technique qu il a tu sais qu il pourrait proposer autre chose.

Pour son arrive en europe je lui souhaite de choisir un club avec un entraineur qui lui mettra du plomb dans la tete (genre Ferguson) parceque sinon il finira comme un vulgaire Robinho.

En comparaison Ganso parait etre un investissement beaucoup plus sur. Pour son 1er match depuis 6 mois, le mec a surnage dans une equipe de Santos bien mediocre. Quelle classe et quelle vision du jeu !!!
gros doute aussi partagé sur le "balotelli" brésilien
C'est bon, nous on a André, le petit prodige du club au scapulaire (prodige ou vendu comme tel en tout cas)...
Wagneau
Beh encore une fois, oui mais non! André appartient à Kiev et l'OA serait comprise entre 8 et 10M. Au passage tu as remarqué que le joueur n'est pas opérationnel encore.
Cet été on était sur André qui était intéressé et le Dynamo en demandait initialement 6M (on a quand même foutu 7M sur Gouffran qui arrivait de L2 ou 8M sur Cavé qui arrivait de Russie donc on pouvait bien mettre 6M sur un joueur qu'on était allé superviser au Brésil quand même).
Mais Triaud a fait sa pince, a trainé et on connaît la suite. Résultat, si jamais on achète André cet été on aura perdu les 3/4 d'une saison et plus ou moins 3-4M... Du travail de pro qui n'a qu'une explication: prise de risque ZERO!

Alors Cyril Rool, tu peux rigoler avec ta vanne FIFA mais la réalité est quand même là pour Lucas (Ganso et Neymar c'est différent, ça fait déjà un an qu'ils ont "explosés" au moins d'un point de vue financier), c'est un joueur que n'importe quel gros club français aurait pu se payer cet été et même encore cet hiver, mais personne n'a pris le risque et aujourd'hui il est inaccessible.
Pour info il y a quand même une personne qui a pris le risque: Galliani qui a fait une offre de 4M pour Lucas cet été; offre accepté avant que finalement l'affaire n'aille pas plus loin pour des raisons juridiques...
Totalement d'accord avec Pimousse.
Neymar ne me parrait pas être un tueur, est encore beaucoup trop léger, sans parler de sa mentalité... Je pense que finalement le championnat brésilien est sans doute celui qui lui correspondra toujours le mieux finalement!
Par contre Ganso a l'air d'avoir tout pour réussi ou que ce soit, la classe, le physique, l'efficacité. Bel avenir en perspective.

Au sujet de Lucas que je ne connais pas vraiment, si je me fis à la vidéo, jle mec à 18 ans était le capitaine des -21 en fin de match face à l'Uruguay. Ca pourrait être un fort indice sur son mental et ses énormes capacités...

En tout cas cool de voir des bons joueurs rester ou revenir au Brésil, pour y avoir vu quelques matches je dois dire que le niveau du championnat n'est pas digne d'un tel pays du football, pour ne pas dire LE pays du football.
C'était ironique bods! Mais merci pour les détails sur le prix des autres transferts que j'avais oublié (notamment le prix de Cavé)
Molusk, tu dois lire dans mes pensées, en tout cas je suis 100% d'accord avec toi. A l'Argentine et l'Uruguay on peut aussi rajouter les autres pays sud-américains : Paraguay, Chili et autres qui valent le coup d'être surveillés de près.

Et puis c'est peut-être en Asie qu'il faut regarder de plus en plus, côté Japon, Corée du Sud (notamment) il y a de quoi voir venir aussi...
Aucun club français ne peut acheter un bon sud-americain pour pas cher, tout simplement car ils n'ont pas les reseaux. Les clubs espagnols et surtout portugais ont trop de longueur d'avance. C'est donc perdu d'avance. Qu'ils s'interessent plutot aux pays asiatiques.

Quant aux trois perles bresiliennes, si elles vont vers un cador europeen, c'est perdu d'avance aussi. Exemple: Keirrison. Anderson etait excellent du temps de Porto car il y jouait en 10, son poste, un pur talent. Mais Freguson n'a rien compris sur ce coup-la et le fait jouer en demi def. Le mec est grille. Qu'ils passent d'abord par la liga portugaise a Porto ou Benfica en s'habituant au rythme europeen et a l'exigence d'un grand club. C'est le tremplin ideal.
Ganso ira remplacer Seedorf au Stendhal. C'est écrit. Galliani a déjà l'accord du DIS, la société qui possède 40% du joueur (sale comme expression non?). Ça va faire très très mal!!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2 16