1. //
  2. //
  3. // Ludogorets-PSG

Lucas, le dernier espoir

Chaque saison, la même question : « Et si c’était l’année de Lucas ? » Acheté 42 millions en 2012, le Brésilien est dans la capitale depuis trois ans et demi avec toujours les mêmes interrogations sur son prix, son poste, son potentiel, son niveau, sa calvitie. Chaque année, on se remet à croire au numéro 7 parisien avec, dans un coin de notre tête, une lueur d’espoir. Et pourquoi pas ?

Modififié
2k 41
Les statistiques ne doivent pas servir de prisme unique pour juger l’apport réel d’un joueur. Prenons Lucas Moura, vingt-quatre ans, par exemple. Le Brésilien a disputé 178 matchs au PSG depuis son arrivée en janvier 2013. Pas tous comme titulaire, évidemment, mais avec, au final, une ligne de stats qui se respecte : 31 buts, 34 passes décisives. Soit 65 actions décisives, ce qui n’est pas rien pour un pestiféré. Car suivre un match sur les réseaux sociaux quand le Brésilien est sur le pré est la certitude de le voir se faire repeindre de haut en bas et de droite à gauche. Souvent avec les mêmes griefs : « LÈVE LA TÊTE » + « ACHÈTE-TOI UN CERVEAU » . En gros, Lucas Moura est un tout-droit qui ne va pas si vite que ça. Une sorte d’ailier qui passe son temps à rentrer à l’intérieur, qui ne sait ni déborder ni centrer. Une poule sans tête, en somme.

Unai Emery en 3D

Pourtant, avec l’arrivée du bosseur Unai Emery, un bruissement a vu le jour : et si l’Espagnol arrivait enfin à driver le Brésilien. Et oui, pourquoi pas ? Pour l’instant, même s’il est passé au travers à Toulouse – comme beaucoup de ses coéquipiers –, le numéro 7 réalise un bon début de saison : 5 buts en 9 matchs, ce qui fait de lui la deuxième arme offensive derrière Cavani. Plus discipliné, plus en confiance, plus de temps de jeu, l’ancien joueur de São Paulo profite pleinement de l’arrivée du Basque sur le banc du PSG. Sous Laurent Blanc, le droitier avait perdu sa place au profit du trident Cavani-Di María-Ibrahimović l’an dernier quand Pastore, Lavezzi et un long séjour à l’infirmerie l’avaient privé d’une saison 2014-2015 de haut niveau. Au final, le garçon n’a pas encore livré une saison pleine et entière dans la capitale.

La concurrence ? Quelle concurrence ?


Sans régularité, difficile de prétendre à autre chose. Jusqu’à cette saison ? Avec le départ de Zlatan Ibrahimović et les arrivées de Ben Arfa et Jesé, Lucas s’est indirectement dégagé l’horizon. Pour l’instant, il est en avance sur le génial Français et le musical Espagnol. Plus régulier, moins blessé, plus à l’écoute, plus travailleur, il a tout pour plaire à Emery. D’ailleurs, en deux mois, on a la sensation que le joueur a – enfin – progressé tactiquement. Le jeu de possession prôné par Laurent Blanc ne correspondait pas vraiment à ses qualités premières (profondeur, vitesse, percussion). Au contraire, la touche Emery s’associe mieux à ses caractéristiques. Au revoir les longues sessions de redoublement de passes, voilà du pressing et des transitions nerveuses qui siéent sans doute mieux au joueur à condition qu’il bosse ce qui lui fait défaut depuis son arrivée dans la capitale : sa régularité. Passer d’un joueur capable de fulgurances à chaque mort d’évêque à une valeur sûre demande du temps et du travail. D’ailleurs, hasard ou pas, le joueur a raté deux matchs cette saison : Monaco et Toulouse. Deux défaites. À chaque fois, Emery l’a protégé, comme tout son groupe. Il y a peu, Laurent Blanc assaisonnait pourtant son joueur en conférence de presse pour son côté soliste : «  Le foot se joue en équipe et Lucas doit le comprendre. Il doit aussi faire des progrès sur le plan tactique.  »

Pelade et transition


Ce temps semble révolu quand on lit les déclarations de son coéquipier Thomas Meunier dans les colonnes de Goal.com : « Ce que j’aime, c’est son tempérament, le fait qu’il travaille pour l’équipe. Il défend beaucoup, il suit toujours son joueur et je ne dois jamais le replacer. C’est un très bon joueur, très complet. Techniquement, en un contre un, il est difficile à prendre et il va au duel malgré sa petite taille.  » Bon soldat, en somme. Du genre à fermer sa gueule, même quand la sélection brésilienne le boude depuis bientôt deux ans, lui qui affiche 36 sélections ainsi que la même année de naissance que Neymar. Un mimétisme qui fait souvent dire aux suiveurs parisiens qu’ils ont acheté le mauvais Brésilien, mais aussi le mauvais Uruguayen. Et puis quand une calvitie se double d’une pelade à vingt-quatre ans (d’où son trou à l’arrière du crâne), cela n’aide pas au swag du garçon. Les « Champions, mon frère » ne peuvent pas servir de collier d’immunité éternellement, le terrain doit être le seul juge de paix.

Mais le cas Lucas est-il désespéré ? Sous Laurent Blanc, sans doute, oui. Avec Emery, pas nécessairement. L’homme a d’ailleurs repris l’entraînement avant les autres, cet été, pour se donner les moyens d’exister, conscient qu’il ne pouvait pas durer éternellement par intermittence. Récemment, toujours sur Goal.com, Lucas avait d’ailleurs montré un visage plus vindicatif. Comme si les critiques finissaient pas le piquer. « Beaucoup de personnes me critiquent parce que parfois je ne marque pas, mais pour moi le football s’analyse sur les 90 minutes. Sur le nombre de ballons que j’ai récupérés, combien d’actions où je suis impliqué se sont terminées par un but... pas seulement les passes décisives et les buts. » Mais c’est aussi un peu de sa faute. Pour l’une de ses premières sorties officielles avec le PSG, en février 2013, la nouvelle recrue de vingt ans avait littéralement fait exploser la défense de Valence au Mestalla pour son premier match de C1. C’était un 8e de finale aller, et Carlo Ancelotti n’avait pas hésité à lancer son ailier droit dans le grand bain. Un massacre pour les reins espagnols. Ce match a longtemps servi de jauge. Mauvaise idée, évidemment. C’est aussi pour cette raison que tout le monde est aussi exigeant envers le garçon : dans un bon soir, il peut faire des ravages balle au pied. Quand il sera aussi régulier sur le terrain qu’aimable en communication, il pourra sereinement retourner traîner sur les réseaux sociaux. Et le reste suivra. Comme Jacques Dutronc, les gens finissent toujours par retourner leur veste du bon côté.

  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Ludogorets-PSG



    Par Mathieu Faure
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    Lucas a 36 selections avec le Brésil ???? Tout s'explique.
    Ah ce match contre Valence...la fin de Jeremy Menez.
    Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
    L'analyse est assez bonne je trouve. En effet, avec le jeu basé sur la possession de Lolo White, il est clair que Lucas n'avait pas vraiment sa place et ne pouvait pas jouer sur ses "qualités" (soit vitesse et percussion en somme).

    Avec Emery et son jeu voulu plus rapide, l'apport de Lucas est plus visible je trouve. Son début de saison est vraiment encouragent et j'espère qu'il va continuer sur cette voie. Si il continue de s'améliorer tactiquement (bon, c'est vrai que c'est la question que l'on se pose depuis son arrivée), il peut vraiment être un plus cette année.

    Comme le dit la fin de l’article, dans un bon soir il peut faire des ravages balle au pied. Malheureusement, il a aussi cette fâcheuse tendance à foncer tête baissé dans l'axe. J'espère vraiment qu'Emery arrivera à le faire progresser.

    En tout cas, cette article m'aura appris la raison de son espace sans cheveux dans le crane.

    Et puis Lucas, tu as inspiré mon pseudo dont tu as ma reconnaissance éternelle.
    Message posté par Champion-mon-frère
    L'analyse est assez bonne je trouve. En effet, avec le jeu basé sur la possession de Lolo White, il est clair que Lucas n'avait pas vraiment sa place et ne pouvait pas jouer sur ses "qualités" (soit vitesse et percussion en somme).

    Avec Emery et son jeu voulu plus rapide, l'apport de Lucas est plus visible je trouve. Son début de saison est vraiment encouragent et j'espère qu'il va continuer sur cette voie. Si il continue de s'améliorer tactiquement (bon, c'est vrai que c'est la question que l'on se pose depuis son arrivée), il peut vraiment être un plus cette année.

    Comme le dit la fin de l’article, dans un bon soir il peut faire des ravages balle au pied. Malheureusement, il a aussi cette fâcheuse tendance à foncer tête baissé dans l'axe. J'espère vraiment qu'Emery arrivera à le faire progresser.

    En tout cas, cette article m'aura appris la raison de son espace sans cheveux dans le crane.

    Et puis Lucas, tu as inspiré mon pseudo dont tu as ma reconnaissance éternelle.


    En somme tu ne fais que répéter ce que dit déjà l'article ?

    Lucas a des défauts faciles à corriger, pourtant il n'a pas progressé d'un chouia depuis 3 ans et demi. J'espère me tromper, mais à mon avis c'est une cause perdue.
    Faciles à corriger...L'intelligence de jeu si elle n'est pas la dės le départ c'est très difficile à acquérir.

    Au final Ben Arfa a eu droit aux mêmes reproches pendant toute sa carrière et arrivé à quasi 30 ans il n'a pas fait un bond phenomenal en avant sur son QI football.

    Même si Lucas vient à rentrer dans le rang ça reste un bon petit soldat mais le voir autant en ce début de saison est le signe que les gros calibres du Psg ne sont pas encore présents.
    Le seul truc nouveau cette saison dans le jeu de Lucas c'est ce trou capillaire à l'arrière de son crane. S'agit-il une nouvelle forme de calvitie? La nouvelle coupe à la mode chez les footeux après le furet mort? Les français veulent savoir!
    C'st juste un joueur moyen, avec des moments moyens +. La meilleure utilisation à en faire, c'est de le revendre pour 30 m à un club de gogos de PL.
    Message posté par Mad max
    Faciles à corriger...L'intelligence de jeu si elle n'est pas la dės le départ c'est très difficile à acquérir.

    Au final Ben Arfa a eu droit aux mêmes reproches pendant toute sa carrière et arrivé à quasi 30 ans il n'a pas fait un bond phenomenal en avant sur son QI football.

    Même si Lucas vient à rentrer dans le rang ça reste un bon petit soldat mais le voir autant en ce début de saison est le signe que les gros calibres du Psg ne sont pas encore présents.


    Mais y a il vraiment de gros calibres en ce moment au Psg ?
    Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
    Message posté par ofwgkta
    Le seul truc nouveau cette saison dans le jeu de Lucas c'est ce trou capillaire à l'arrière de son crane. S'agit-il une nouvelle forme de calvitie? La nouvelle coupe à la mode chez les footeux après le furet mort? Les français veulent savoir!


    La réponse est dans l’article mon ami !

    Une pelade
    Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
    Message posté par bartisol
    Mais y a il vraiment de gros calibres en ce moment au Psg ?


    Depuis que Makelele est parti non en effet
    Message posté par Mad max
    Faciles à corriger...L'intelligence de jeu si elle n'est pas la dės le départ c'est très difficile à acquérir.

    Au final Ben Arfa a eu droit aux mêmes reproches pendant toute sa carrière et arrivé à quasi 30 ans il n'a pas fait un bond phenomenal en avant sur son QI football.

    Même si Lucas vient à rentrer dans le rang ça reste un bon petit soldat mais le voir autant en ce début de saison est le signe que les gros calibres du Psg ne sont pas encore présents.


    Quels gros calibres ?
    Di Maria pourrait prétendre avoir cette stature. Pour l'instant, on voit plus son jumeau paraplégique.
    Hatem ? Génialissime à Nice, n'a encore rien montré au très haut niveau. Belle promesse ceci dit, mais rien de concret, rien de durable (comme Lucas), rien de tangible.
    Jesé ? On sait qu'il y a douille pour ce joueur. Blessé, inconstant, colérique, hors de forme ... Le Real a fait une très bonne affaire, le PSG beaucoup moins.
    Javier ? Son poste n'est pas sur l'aile, même s'il peut dépanner.


    Ceci dit, le jour ou le milieu carburera à plein régime, les soucis sur les ailes devraient être moins criants (comme pour toutes les années QSI).
    Message posté par Champion-mon-frère
    La réponse est dans l’article mon ami !

    Une pelade


    J'avais parié pour une blague de Marquinhos ...
    Je suis déception.
    Message posté par bartisol
    Mais y a il vraiment de gros calibres en ce moment au Psg ?


    Définitivement pas à l'aile en tout cas ^^
    Bon les gars vous m'avez quote deux fois mais vous avez pas pigé que je disais que les gros calibres du Pez sont pas encore là.

    Allez courage, on reprend un café et on s'accroche, la journée va être longue^^.
    Message posté par Mad max
    Bon les gars vous m'avez quote deux fois mais vous avez pas pigé que je disais que les gros calibres du Pez sont pas encore là.

    Allez courage, on reprend un café et on s'accroche, la journée va être longue^^.


    Relies les réponses:
    Pour moi il n 'y a pas ou plus de gros calibres au Psg (avec le départ d'Ibra notamment et la sous performance de Di Maria)
    Message posté par bartisol
    Relies les réponses:
    Pour moi il n 'y a pas ou plus de gros calibres au Psg (avec le départ d'Ibra notamment et la sous performance de Di Maria)


    La défense (Travelo Silva, Marquis) & le milieu (Marco & dans une moindre mesure Javier) ?
    D'accord pour Di Maria, il n'est pas (encore?) au niveau.
    Je comprends toute la frustration que peut engendrer un joueur comme Lucas mais en ce début de saison le gars fait le taf.

    il ne sera surement jamais du niveau de Neymar mais il a clairement les moyens de faire des saisons à 20/25 buts toutes compétitions confondues avec un apport défensif bien plus important que bcp de joueurs à son poste.
    Message posté par bartisol
    Relies les réponses:
    Pour moi il n 'y a pas ou plus de gros calibres au Psg (avec le départ d'Ibra notamment et la sous performance de Di Maria)


    Silva, Marquinhos, Verratti, Cavani, Di Maria, Pastore. C'est déjà pas mal non?

    Évidemment que le départ de Zlatan est une grosse perte mais ça explique aussi le bon début de saison de Lucas qui ne se sent plus obligé de le servir.

    Aligner les gros noms ne fait pas de gagner les compets mais je suis plus circonspect sur les choix des recrues et les manques à certains postes ( 9, meneur de jeu remplaçant ).
    Message posté par Mad max
    Silva, Marquinhos, Verratti, Cavani, Di Maria, Pastore. C'est déjà pas mal non?

    Évidemment que le départ de Zlatan est une grosse perte mais ça explique aussi le bon début de saison de Lucas qui ne se sent plus obligé de le servir.

    Aligner les gros noms ne fait pas de gagner les compets mais je suis plus circonspect sur les choix des recrues et les manques à certains postes ( 9, meneur de jeu remplaçant ).


    Les gros sont là faut trouver le moyen de les réveiller. Après avoir vendu Blanc comme la dernière des pipes personne pensait qu'Emery aurait du retard à l'allumage.
    Champion-mon-frère Niveau : Ligue 2
    Message posté par Mad max
    Silva, Marquinhos, Verratti, Cavani, Di Maria, Pastore. C'est déjà pas mal non?

    Évidemment que le départ de Zlatan est une grosse perte mais ça explique aussi le bon début de saison de Lucas qui ne se sent plus obligé de le servir.

    Aligner les gros noms ne fait pas de gagner les compets mais je suis plus circonspect sur les choix des recrues et les manques à certains postes ( 9, meneur de jeu remplaçant ).


    Aligner les gros noms ne fait pas gagner des compets ?

    Je suis assez d'accord même si j'apporterai tout de même des réserves. Tout dépend de quel "nom" on parle. En prenant l'exemple du 9 au PSG, un gros nom comme Suarez serait sans doute un apport énorme (sans jeter la pierre à Cavani).

    Dans les autres secteurs de jeu, même si il y a toujours possibilité de s’améliorer qualitativement ou quantitativement, le PSG me semble tout de même assez bien loti (hormis peut être en DC et 10 comme tu le dis)
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    Article suivant
    Sofia la reine
    2k 41