Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 27e journée
  3. // PSG/Marseille (2-0)

Lucas « Flash Gordon » Moura

Le Brésilien avait des jambes de feu. Accélérations, rateaux, crochets, conduite de balle, une vraie mobylette. Comme à la cité. Dans son sillage, les Parisiens se sont facilement imposés face à des Marseillais volontaires, mais trop limités techniquement

Modififié

PSG


Sirigu (6) : Une belle parade - pour la photo - sur la frappe de Valbuena en première période, deux sorties sur corner, la mise à jour de son IOS effectuée, True Detective épisode 5 et 6 en boîte, bref, Salvatore a fait le plein durant son quartier libre.

Van der Wiel (7) : Disponible et passeur décisif pour Cavani, le Batave a livré un vrai bon match alors qu’il avait été très moyen à Toulouse. Il a énormément pris son couloir et s’est appliqué défensivement. Visiblement, le retour de Jallet en CFA a porté ses fruits. La concurrence, mon pote.

Alex (6.5) : Un phare dans la nuit. Le mec aimante tous les ballons de la tête. Il pèse le quintal, mais comprend le football comme personne. Il se fait dégommer la face par Imbula sur une frappe, mais termine le match en costaud. Vite, prolongez-le.

Thiago Silva (7) : Comme souvent lors des gros matchs, le capitaine parisien a passé la première vitesse. Relance, anticipation, jeu de tête, bouche sensuelle, Thiago Silva renouvelle en permanence le plaisir visuel. Avec lui, on prend plaisir à se toucher sur les phases défensives. Vilain. Qu'il semble loin le temps où le Parc se délectait des placements de Godwin Okpara. Un bourreau d'un autre genre.

Maxwell (7,5) : Facile techniquement, le gaucher a ponctué son très bon match par un but plein de sang froid au cœur de la surface marseillaise. Contrôle pied droit, plat du pied gauche, techniquement, c’est très propre. Bonne idée de le revaloriser avant le match. Ça ne mange pas de pain.

Thiago Motta (6) : La sentinelle a eu énormément de mal à entrer dans son match. Visiblement, le traitement physique des Marseillais a perturbé son jeu. On l’a vu perdre beaucoup de ballons, ce qui est inhabituel pour lui. Moins performant qu’à accoutumée, il a quand même réussi à ressortir proprement les ballons. Si même le PSG gagne quand il est moins bien...

Verratti (7) : Avant-dernier passeur sur le second but, toujours aussi présent dans le cœur du jeu, l’Italien est vraiment un joueur hors norme. Rappelé récemment en équipe d’Italie, le petit milieu est en train de prendre une autre dimension en cette deuxième partie de saison. Le petit hibou a même sorti son habituelle balle chaude sur sa ligne de but. Il sait tout faire quand il a la gonfle. Néanmoins, un jour, on aimerait le voir tenter une frappe. Pour voir.

Matuidi (6) : Un élastique. Jamais battu, jamais dépassé, jamais dans le dur, jamais beau à voir jouer, mais toujours aussi efficace et indispensable. Saloperie de pieuvre. Remplacé par Cabaye, venu se dégourdir les jambes avec le Guide du routard du XVIe arrondissement.

Lucas (7) : Quelle première période ! De la dynamite dans les cuisses. Il commence par décaler parfaitement Lavezzi avant de s’enfiler l’action de l’année : une percée de 70 mètres balle au pied, plein axe, où il efface six joueurs marseillais. Dommage pour lui, Fanni lui nique son délire. On a retrouvé le Lucas de Mestalla. Ou celui de PES. Quand la flèche est rouge pétante. Lorsqu’il est en feu comme ça, il casserait toutes les défenses du monde. Alors celle de l’OM… Bon, par contre, il faut parler de ses passements de jambe ridicules face à un Morel arrêté et impassible. Remplacé par Pastore. Bien coiffé.

Lavezzi (5) : On le sait, l’Argentin manquerait un éléphant dans le couloir de son appartement. En début de match, il rate donc l’immanquable alors qu’il efface Mandanda d’un crochet. À sa décharge, il provoque et percute balle au pied. Il devrait recevoir une ordonnance du médecin de Nkoulou suite à son tour de reins. Remplacé par Cavani qui file un coup de casque victorieux pour son retour. Son 14e but de l’année. Dans les appels et l’intelligence, c’est vraiment quelque chose.

Ibrahimović (6) : As usual, le Suédois rate complètement son début de match. Pertes de balle, mauvais choix, gueulante à la con. En général, ça augure d’une fin de match pornographique. Ça n’a pas manqué avec sa dixième passe dé’ - un bijou pour Maxwell - et de nombreux décalages intelligents. Malgré tout, il gâche le contre du 3-0 en forçant une frappe enroulée. Niveau stats, ça donne 22 buts, 10 passes. MVP, quoi.

Marseille


Mandanda (5): Pas d’arrêt à faire, deux buts dans le buffet, une vraie soirée de merde comme Hugo Lloris en connaît souvent à Tottenham.

Fanni (6) : Véloce, le latéral droit sauve le but de l’année d’un superbe geste défensif après le rush de Lucas. Derrière, il a bouché de nombreux trous en étant systématiquement bien placé et en avance sur son attaquant. Bémol, cramé, il flanche physiquement à l’heure de jeu et prend des photos du postérieur de Cavani sur le second but. Paris est définitivement la ville la plus touristique du monde.

Lucas Mendes (5) : Le Brésilien avait taillé une pipe à Thiago Silva dans la presse avant le match. On aurait aimé le voir moins sympa sur le pré. Trop gentil pour ce genre de match. Lent et trop frêle. Mais comme Marc Lavoine, il a les yeux revolver. Un vrai plus pour les soirées.

Nkoulou (4) : Quand on se fait casser les genoux par Lavezzi parce que ce dernier hésite entre courir et centrer, c’est tout sauf un bon signe. Ailleurs sur le but de Cavani - on attend ses photos Instagram dans les minutes à venir -, on est décidément en train de perdre le Camerounais qui cherche son talent depuis trop longtemps.


Morel (5) : Pas ridicule sur son côté, l’ancien Lorientais a essayé de tenir bon. Il restera dans les annales pour avoir su garder son calme face aux 356 passements de jambe inutiles de Lucas Moura. On a presque eu peur qu’il s’endorme.

Romao (5) : Explosif, le Togolais a débuté le match avec des haches à la place des crampons. Comme sous l’ère jurassique, il voulait ramener Thiago Motta dans sa grotte pour concevoir un enfant non désiré. Dommage pour lui, l’Italien courait plus vite. Dans sa partie de chasse, une de ses flèches touche le poteau. Bien visé.

Payet (4.5) : De la volonté, un collier de barde, les deux pieds, mais jamais le bon au bon moment et une certaine difficulté à répéter les efforts défensifs. Cela dit, il est mieux. Il part de loin, en même temps.

Ayew (5) : Il avait une mission : tamponner du Parisien. Il a d’ailleurs manqué Lucas plusieurs fois, y compris sur le non-but de l’année. Maintenant, une question nous brûle les lèvres, qui sont les Marseillais qui pourraient jouer dans l’équipe d’en face ? Pas lui. Pas ce soir. Pas comme ça.

Valbuena (5) : Petit vélo avait promis qu’il avait arrêté avec les plongeons. Visiblement, quand Thiago Motta lui tapote la joue, on a l’impression qu’Alex s’est assis sur sa glotte. À son crédit, une belle frappe enroulée qui prenait la direction du petit filet avant que Sirigu ne s’interpose. Le milieu de terrain français a essayé de bousculer les lignes, mais c’était trop compliqué.

Thauvin (3) : Il se fait manger comme un enfant par Ibra sur le but. La moitié de ses ballons a été perdue et sa coupe de cheveux fait passer Jérémy Ménez pour un puriste. Bref, il a fait le boulot de comm’ dans la semaine. Il a juste oublié de jouer. C’est con. Au moins, on a vu sa valeur dans ce genre de match. Remplacé par Imbula qui a décalqué les neurones d’Alex sur une frappe.

Gignac (4) : Sympa la soirée de merde. Bloqué entre Thiago Silva et Alex, Gignac s’est fait prendre en gang-bang sans protection pendant 90 minutes. Un traquenard pour n’importe quelle actrice X.

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
À lire ensuite
Paris file droit au but