En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // Bordeaux/PSG

Lucas Digne de confiance ?

Lucas Digne aurait pu rester peinard à Lille, être un joueur du nouveau LOSC et décoller l'été prochain pour Rio. Il a préféré signer au PSG et goûter à la concurrence de Sherrer Maxwell.

Modififié
« Comme les autres recrues, j’ai dû chanter devant tout le monde pour mon bizutage. Le titre ? Faut que j’me tire, de Maître Gims, un membre du groupe de rap Sexion d’assaut. » Le choix de Lucas Digne de s'illustrer en public avec la tirade de Maître Gims - évoquant ses envies de fuir un monde qui, visiblement, ne le comprend plus - interpelle. Car c'est peu dire que son départ du LOSC laisse aujourd'hui encore songeur. Incompris ou pas, l'homme a fait un choix osé à un an de la Coupe du monde : quitter un club où il était choyé et indiscutable pour signer au PSG, toucher la Ligue des champions et gagner en épaisseur. Un édifice théorique séduisant, mais qui se heurte à un nom : Sherrer Maxwell, le joueur le plus régulier de l'effectif parisien depuis son arrivée en janvier 2012. Et qui se heurte à une relation : l'amitié désormais célèbre entre Maxwell et Ibrahimović. Et enfin à une réalité : le PSG se cherche en ce début de saison, n'a pas convaincu et, plus qu'une grosse rotation avec des joueurs interchangeables, Laurent Blanc souhaite avant tout trouver son onze de départ dans lequel Maxwell, néo international, paraît indiscutable.

Digne n'est pas Thauvin

Sous les ordres de René Girard, il aurait joué beaucoup, souvent bien, sans trop de pression. Il aurait été à n'en pas douter l'un des leaders du renouveau lillois et, par ricochet, l'une des attractions de cette Ligue 1. À Paris, il devra donc se contenter d'un rôle de doublure de luxe, des matchs du samedi, à Reims, Toulouse ou Lorient, et de quelques morceaux de matchs de Ligue des champions. En attendant, à la mi-septembre, Lucas Digne n'a toujours pas joué ne serait-ce qu'une minute en match officiel, et les premières interrogations pointent déjà le bout de leur nez. À sa décharge, il a démarré très tard sa préparation après avoir disputé et remporté le Mondial des U20. Mais parce que les apparences sont souvent trompeuses et parce que la comparaison du «  joueur trop jeune, trop friqué, trop pressé » est facile et redondante, il faut le préciser : les cas Lucas Digne et Florian Thauvin diffèrent en de nombreux points. Lorsque Florian Thauvin a quitté Lille sans y avoir joué sur un caprice, Lucas Digne qui aime l'ombre et la discrétion est parti en de bons termes avec son club formateur, trop content de se faire 15 millions dans l'affaire, surtout concernant un joueur formé au club.

Le latéral qu'il faut aux Bleus ?

Le hic, finalement, c'est que ce transfert est arrivé alors que la France se cherche d'urgence des latéraux. Des latéraux qui carburent et apportent une véritable plus value en phase offensive. À droite, ni Jallet ni Sagna n'ont donné satisfaction. À gauche, ni Évra ni Clichy ne se sont réellement imposés. Les centres de Sagna n'ont rien à envier à ceux de Narbé Mendy, tandis que Jallet ne s'est jamais remis du dernier France-Espagne. Au PSG, il ferait désormais figure de choix par défaut. Évra et Clichy, bien que titulaires en club, enchaînent eux des matchs ni mauvais ni bons et, en bleu, des matchs anonymes. Vous l'aurez compris : c'est le désert. Or l'année passée, Digne ressemblait au joueur qu'il fallait à l'équipe de France. Véritable athlète, l'homme court beaucoup, souvent à bon escient, est doté d'une bonne frappe et d'une excellente technique individuelle, comme le rappelle son délice d'avril dernier à Bastia. Un joueur précieux, donc. Avec son animation toujours dans un état stationnaire et son attaque sinistre, l'équipe de France aurait bien besoin de latéraux capables de monter pour délivrer de vrais centres, encore plus si Giroud traîne en point de fixation devant. En lui envoyant une pré-convocation avant les rencontres face à l'Espagne et à la Géorgie, Didier Deschamps l'avait prévénu qu'il n'était plus très loin du maillot bleu. Finalement, sa vraie chance du moment, c'est que les deux derniers matchs des Bleus n'ont réconforté personne. Bien au contraire.


Par Antoine Mestres

Suivez le match Bordeaux/PSG en direct sur sofoot.com, ce mardi dès 20h30.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 3 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 4 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12
À lire ensuite
Kaká II, deuxième du nom