En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Lucas Deaux : « Il y a trop de ronds-points à Nantes »

Débardeur noir grande taille, bermuda et sneakers aux pieds. Il est midi à la Jonelière, au centre d’entraînement du FC Nantes, quand Lucas Deaux, milieu de terrain défensif né et formé à Reims, sort de sa douche. Tout propre, et disposé à faire les présentations à quelques jours de la reprise championnat. Une heure de bavardage dans la salle de repos du Harlem Shake nantais, climatisée, autour du bilan de la famille Kita, du prix des places NBA et des nouvelles énergies vertes. Électriques et hydrauliques.

Modififié

Alors Lucas, les vacances ont été bonnes ?
Je suis parti aux États-Unis, à Miami, pour la troisième fois d’affilée. J’ai un ami qui habite là-bas et c’est le seul moment de l’année où je peux le voir. Les USA, c’est comme les matchs de NBA… C’est fou, moi j’adore ça.

Tu as été voir un match de Miami en finale NBA cette année, contre les San Antonio Spurs…
Non contre Indiana, en finale de Conférence Est. Chaque année je vais voir un match. La première fois, je suis allé voir jouer Miami contre Dallas. J’étais mal placé, je voyais rien, mais c’était fou. L’ambiance, l’environnement. Ça faisait deux jours que j’étais aux États-Unis. Tout le monde parle anglais, je comprends rien. Ça va vite, c’est speed. Tous les hamburgers, les taxis, les machins… Ce qu’on voit à la télé quoi. Je ne me suis jamais pris pour un Américain, mais j’ai toujours apprécié cette culture outre-Atlantique. Ce style de vie, où l’on récompense ceux qui travaillent. Après, cette année, les places étaient un peu chères pour les finales…

Combien ?
Ça dépend, hein. Les places les moins chères où tu ne vois rien, c’est 200 euros. Les places tout en bas, au bord du terrain, c’est facile 40 000 dollars je crois. Il me semble, hein. Mais une bonne place, bien placée, c’est 1500 ! Ça commençait à faire cher, déjà que j’ai le billet à payer et tout… Mais j’ai quand même mis mon réveil en pleine nuit pour regarder ces finales. En streaming, sur mon ordinateur.

Le 10 août prochain, tu seras suspendu face à Bastia suite à cette « fameuse » expulsion survenue lors du match décisif contre Sedan, en fin de saison dernière, pour un mini coup de tête à la troisième minute de jeu. Après coup, Michel Der Zakarian a dit qu’il t’avait déjà senti « très énervé et surexcité » durant la semaine d’entraînement…
(Sourire) Ouais, un peu. Trop. On savait qu’en cas de résultat positif, on accéderait à la Ligue 1. Moi, en plus, la saison précédente, j’avais déjà vécu le marathon de la montée avec Reims : je ne suis pas gardé par mon club de cœur, je n’ai pas la récompense. Là je vis un autre marathon, où je m’affirme comme joueur de Ligue 2, avec un club mythique comme le FC Nantes. Fabuleux quoi ! Dernière semaine, je me dis : « On les éclate et on y est » . J’en pouvais plus. Puis moi, Sedan, je ne les aime pas. Chez nous à Reims, c’est le derby.

Après ton expulsion, en tribunes, on te voit en larmes durant tout le match…
C’est flou. Je ne me souviens pas de tout non plus. Il y a plein de choses qui se sont passées en même-temps. Le fait de se dire que j’étais énervé. J’ai fait le con. Je n’ai pas à faire ça. Je mets l’équipe dans la merde. En même-temps, je me dis que c’est injuste. Je me dis que mon père est là, lui qui venait pour la première fois me voir jouer à Nantes, lui qui me voit sortir au bout de trois minutes. En même temps, il vient me réconforter après le match, alors qu’on a une relation très pudique avec mon père. Il y a un mélange de sentiments, d’émotions et de sensations… C’est très difficile à expliquer. Mais c’est fabuleux.

Durant ta carrière, tu n’as connu que la Ligue 2 ou le National. Appréhendes-tu ton baptême de l’élite cette année ?
Non pas du tout. Moi je suis un joueur formaté pour la Ligue 2. C'est-à-dire pour aller au charbon. Mais j’ai envie d’être jugé. D’être jugé par rapport aux autres, pour pouvoir se dire : « Voilà, est-ce que je suis vraiment bon ? Est-ce que je mérite d’être là ? » La saison le dira. Moi je suis confiant. Pas trop, il faut rester humble. Mais on m’aurait dit tout petit : « Lucas, tu vas jouer un match contre le PSG, Marseille ou Lyon » , le mec je l’aurais insulté.

C’est-à-dire ?
C’est bizarre à expliquer, mais le football n’a jamais été mon objectif suprême. Je ne me suis jamais dit : « Il le faut absolument » . J’aurais très bien pu faire autre chose. Dans les études, je n’étais pas trop mauvais. J’ai eu mon bac scientifique, sans mention, hein. Mais j’aurais bien aimé faire ostéopathe.

Ostéopathe, vraiment ?
Quand je suis arrivé dans le monde du football professionnel, j’ai eu une pubalgie de huit mois. Je suis donc allé voir le docteur Philippe Boixel (ancien ostéopathe de l’équipe de France et de Zinedine Zidane, entre autres, ndlr), qui est assez connu dans le métier, et en deux/trois mouvements, une semaine après, je rejouais au foot ! Là je me suis dit : « Le mec, il est trop fort » . Alors pourquoi ne pas faire ça. Donc durant mes deux premières années pros, j’ai continué à aller en fac de sport, car trois ans de STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives, ndlr) équivalent à une année de médecine. Et ça me permettait donc de rentrer en école de Kinésithérapie. Tout simplement.

« Un jour, un mec m’avait envoyé un message sur Facebook car il voulait mes chaussettes d’après-match. Pour les sniffer ! »

Avec le football de haut niveau, c’est à contrecœur que tu as arrêté les études ?
De toute façon, je vais certainement reprendre. J’ai vu avec notre syndicat, l’UNFP, et je vais essayer de faire un truc dans les nouvelles énergies par correspondance, dans l’hydraulique ou l’électrique. Pourquoi cette branche ? Pour déjà voir si ça me plaît. Ce sont des métiers d’avenir, sachant qu’il y a de moins en moins de pétrole sur la planète. Si ça me plaît, j’approfondirai encore plus dans cette discipline, histoire de me spécialiser. Et pourquoi pas avoir une Licence. Ou plus.

Cette démarche, c’est juste pour le plaisir d’étudier ou tu penses déjà à ta reconversion ?
Les deux. Après ma carrière, je ne me vois pas dans le football. La mentalité ne me plaît pas. Être footballeur, c’est cool. J’apprécie, c’est fabuleux, il n’y a pas de problème. Mais les gens qui gravitent autour, ceux qui bouffent à tous les râteliers, pour résumer, ce n’est pas ma tasse de thé. Je sais que je suis obligé de composer avec eux au quotidien. Ceux à qui ça ne me plaît pas de parler, je le fais par courtoisie. Cela fait partie du métier…

Aujourd’hui à Nantes, tu as l’image du chambreur, du boute-en-train de l’effectif. Michel Der Zakarian dit même que tu es « jobard » . C’était déjà le cas durant ta jeunesse ?
C’est simple, à l’école, j’étais celui qui travaillait mais qui foutait le bordel. Puis je bavardais tout le temps. Tout le temps, tout le temps, tout le temps… Je me souviens, c’était l’époque des sarbacanes avec les stylos et les effaceurs. Un jour, j’en avais envoyé une sur le prof qui a ensuite suspendu le cours pendant deux heures. Il pensait que c’était quelqu’un d’autre, alors avant qu’il le punisse, je me suis dénoncé. En gros, j’étais celui qui faisait les conneries, mais qui était assez malin pour ne jamais se faire choper.

C’était de plus de l’insolence que des grosses conneries finalement ?
Ouais, j’aime toujours pousser les gens à bout, mais sans jamais dépasser la limite. Ma copine, plusieurs fois je l’ennuie, je l’emmerde même, juste pour… Ça me procure du plaisir de faire chier les gens, en fait. Ils font un peu la gueule, mais après ça repart.

C’est cette forme d’humour et d’authenticité que les supporters nantais apprécient chez toi. Etre aimer par l’extérieur, c’est important pout toi ?
(Il hésite) Ouais c’est important. Le mec qui te dit : « Je m’en fous des autres » , c’est un menteur. Je l’ai déjà dit moi plusieurs fois, surtout quand les mecs commençaient à me tailler, mais finalement on est obligé de prendre la mouche. Il ne faut pas mettre tout le monde dans le mec sac, mais en plus le mec ne viendra jamais te voir et te dire en face : « T’es un enculé » . Il se cache toujours derrière un truc : la foule, des potes ou les réseaux sociaux. Moi à l’époque sur les réseaux sociaux, quand j’étais à Reims, il y en avait des tas. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai arrêté Facebook…

Par contre Twitter, tu aimes bien ça ?
Twitter, ce n’est même pas une raison personnelle. On en parlait tout à l’heure dans le vestiaire, je pense que les supporters ont besoin d’avoir une certaine proximité avec les joueurs, c’est important pour eux. Et c’est important pour nous d’avoir des supporters. Au début de l’été d’ailleurs, on a mal interprété mes propos dans une interview où je disais : « Avec la Ligue 1, on ne va plus se taper Istres ou Laval » . En fin de compte, je ne manque de respect à personne. Tous les joueurs le pensent ! Aller jouer à Istres devant 100 spectateurs, bah moi ça me fait chier quoi. Aller jouer à Laval devant 5 000 spectateurs dans un stade en ferraille, c’est pas excitant. Mais moi je l’ai fait, hein. J’ai été joué à Moulin, à Luzenac, à Plabennec, mais pour aucun joueur c’est excitant. C’est d’ailleurs le charme de la coupe de France. Parce que les mecs se transcendent. Parfois il y a 30 000 spectateurs, c’est incroyable ! C’est pour ça que l’on a envie de jouer. C’est l’essence même du truc.

Quelle est la rencontre de fan la plus bizarre que tu aies déjà vécue ?
Un message. Quand je débutais en pro avec Reims, un mec m’avait envoyé un mail sur Facebook car il voulait mes chaussettes d’après-match. Pour les sniffer ! Il me l’a dit textuellement. Je lui ai répondu : « Ça va arrête des blagues » . Je prenais à la rigolade au début. Bah non, il m’a dit : « Je suis sérieux mec, c’est mon kiff » . J’étais jeune, cela m’avait fait un peu peur.

Peur ?
En fait je n’ai jamais bien compris ce culte de la personnalité. Etre fan, presque à genou devant quelqu’un… Surtout à notre petit niveau, j’en vois parfois qui tremblent en prenant une photo. J’en ai déjà vus pleurer. Ça me met plus mal à l’aise qu’autre chose. Je trouve ça disproportionné mais je respecte, hein. Alors en échange, pour qu’il y ait une forme de retour, j’essaie de créer une proximité avec les supporters. Je ne joue pas un rôle pour qu’ils m’apprécient. J’essaie d’être naturel.

« Julien Féret et Cédric Fauré ? Je les cisaillais à chaque entraînement  »

Tu sais qu’il tourne sur internet une vidéo d’une de tes conférences de presse, avec Reims, lors de la deuxième journée de National, en août 2009. Images sur lesquelles justement tu flingues à vue certains supporters insultants, mais aussi tes dirigeants, les joueurs cadres du groupe… C’est rare de voir un tel lâcher prise. Que s’était-il passé ?
Tous mes potes m’en parlent en rigolant. Tu sais dans ma vie, cette descente en National avec Reims, ce fut mon premier échec. Je ne dis pas que je suis un génie, loin de là, mais tout ce que j’avais entrepris, je l’avais réussi : j’ai eu mon bac, mon permis de conduire du premier coup. Mes études, j’ai réussi. Le foot ? J’ai été professionnel à 17 ans. J’avais eu beaucoup de chance jusqu’ici. Alors là, en plus, on se fait taper deux fois lors des deux premières journées. Il fallait que je le dise. J’assume. Au final, après on n’a plus perdu et on est monté. Je n’ai pas fait ça pour me faire remarquer. On peut penser que c’est l’inverse, mais c’était plus pour me protéger.

Sinon maintenant Nantes, la ville, tu t’y plais bien ?
Trop de ronds-points. Moi au volant, je suis un peu nerveux et ici, les gens sont mous, mais mous je n’avais jamais vu ça. Il y a trop de circulation. Et trop de travaux. Enlève tout ça, et la ville serait magnifique !

Côté terrain, assumes-tu que le FC Nantes soit aujourd’hui une équipe très défensive, de contre, loin du « jeu à la nantaise » d’antan ?
Ouais. (Il marque un silence) L’important c’est de gagner, non ? Comme le coach l’a dit : « Si je suis étiqueté pour être un entraîneur défensif, j’en ai rien à foutre » . On joue sur nos qualités. Le jeu à la nantaise ? Oui, on nous en parle, on nous en parle… Mais il faut savoir évoluer. Il faut faire la distinction entre les époques. Sinon, donnez nous les joueurs du Barça et on le refera, hein.

Comment trouves-tu les jeunes du centre de formation qui ont intégré le groupe professionnel cet été ?
Il y a de très bons joueurs, vraiment. Après le problème de la génération actuelle, c’est qu’il y a un environnement autour – celui que je n’aime pas – qui fait que ces jeunes se montent la tête pour rien. Avant, c’était une récompense, un sésame de passer pro. Maintenant, c’est limite un dû. C’est normal, voilà. Je ne parle pas forcément pour les jeunes d’ici, mais en général, ils ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont. Moi quand je suis arrivé en pro, j’avais la dalle. Je jouais avec Julien Féret et Cédric Fauré, une bonne doublette, et le coach devait me calmer à l’entraînement.

Pourquoi ?
Je les cisaillais à chaque opposition. Jusqu’à ce que le coach vienne me voir et me dise : « Faut que tu te calmes Lucas, ce sont des joueurs que j’utilise le week-end » .

Enfin, quel regard portes-tu sur le bilan, souvent décrié, de la famille Kita au club ?
Deux choses. On peut leur en vouloir, mais comment leur en vouloir ? Ils sont arrivés dans le monde du football, ils ne connaissaient pas bien. Ils ont appris. Je veux dire, le mec (Waldemar Kita, ndlr) a le droit de faire des erreurs à partir du moment où il met je ne sais pas combien de sa fortune personnelle pour les réparer, hein. Après ça ne plaît pas aux supporters, à plein de gens, mais de là à l’insulter. C’est facile. C’est facile de lâcher un « Kita enculé » , surtout quand on n’est pas à la place de ceux qui prennent les décisions. C’est une lutte de pouvoir. Puis à partir du moment où il est question d’argent, il y a toujours des problèmes.

Ces « problèmes et ces luttes de pouvoir » ne t’ont-elles pas effrayées avant de signer ici ?
Non pas du tout, je m’en foutais. Quand j’ai vu qu’un club de prestige comme le FC Nantes me voulait, j’ai même pas chercher à discuter, à parler chiffres ou quoi. Je me suis assis autour de la table, et j’ai dit : « Je signe où ? » .

Propos recueillis par Victor Le Grand, à la Jonelière
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:56 126 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 Hier à 09:49 375€ à gagner avec Rennes-OM et Newcastle-Everton 1
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:17 Le gros manqué d'Origi face à Leipzig 15 mardi 12 décembre Michel Mézy offre ses maillots pour sauver un club amateur 30 mardi 12 décembre Le joli loupé de Kokorin en Russie 16 mardi 12 décembre L'étrange statue indienne de Maradona 21 lundi 11 décembre 115 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! lundi 11 décembre Heinze retrouve un banc en Argentine 11 lundi 11 décembre Le lob du milieu de terrain de Ronaldinho lors d'un match de charité 6 lundi 11 décembre Un supporter mexicain détruit sa télé après un penalty manqué 7 lundi 11 décembre Les Tigres sacrés pour la troisième fois de suite 4 samedi 9 décembre CR7 présente son Ballon d'or au Bernabéu 7 samedi 9 décembre Denílson fait le show dans un match de gala au Brésil 5 samedi 9 décembre 427€ à gagner avec OM & Manchester United - Manchester City samedi 9 décembre Jean-Marc Furlan debriefe son match en chanson 2 samedi 9 décembre Mavinga : « Les choix d'argent pour aller dans une ville de merde, ça ne m'intéresse pas » 21 vendredi 8 décembre Le maire de New York a proclamé « Andrea Pirlo Day » le 6 décembre 2017 14 vendredi 8 décembre Les supporters du MK Dons aident Hyde United à réparer sa pelouse 7 vendredi 8 décembre Changement d'horaire pour la Premier League en 2019 16 vendredi 8 décembre Rai nouveau directeur sportif de São Paulo 3 jeudi 7 décembre Le vrai Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 2e du Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 3e du Ballon d’or est... jeudi 7 décembre 380€ à gagner avec Rennes & Real Madrid - FC Séville jeudi 7 décembre Un hommage à Johnny dans les stades de France 19 jeudi 7 décembre François Ruffin en maillot de foot à l'Assemblée nationale 30 jeudi 7 décembre Leonardo quitte Antalyaspor 25 jeudi 7 décembre Independiente prend une petite option sur la Sudamericana 9 mercredi 6 décembre Rami chante du Johnny en conférence de presse 11 mercredi 6 décembre 106 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 6 décembre Drogba intègre la direction d'un club ivoirien 6 mercredi 6 décembre DERNIER JOUR : Un pari gratuit de 10€ + 100€ de CASH offerts chez Winamax mardi 5 décembre Un député propose de rencontrer ses électeurs autour d'un FIFA 23 mardi 5 décembre Un joueur paraguayen visé par un mandat d'arrêt international 26 mardi 5 décembre La FFF fait un don de 10 000 euros pour les Rohingyas 29 mardi 5 décembre Combien ça coûte de supporter les Bleus en Russie ? (via Brut Sport) mardi 5 décembre 619€ à gagner avec Liverpool, Séville, Porto & Shakhtar - Man City 1 lundi 4 décembre La technique infaillible de Ryan Bertrand pour gratter du temps 14 lundi 4 décembre Chapecoense retrouve la Copa Libertadores 8 dimanche 3 décembre Momo Sissoko signe au Mexique 6 dimanche 3 décembre Les Tigres encore en finale samedi 2 décembre Pascal Nouma en roue libre à la télé avant le derby d'Istanbul 9 samedi 2 décembre Un club de 8e division en 32e de Coupe de France 13 samedi 2 décembre Raquel Garrido taille la « Ligue 1 Castorama » 72 vendredi 1er décembre Tirage au sort censuré en Iran ? 35 vendredi 1er décembre Yann Lachuer nouveau coach de Créteil 7 vendredi 1er décembre Flamengo rejoint Independiente en finale de la Copa Sudamericana 3 vendredi 1er décembre Shandong Luneng : c'est fini pour Felix Magath 3 vendredi 1er décembre Seattle rejoint Toronto en finale de MLS 1 jeudi 30 novembre Bayal Sall a été forcé d'aller à l'Antwerp 19 jeudi 30 novembre 962€ à gagner avec Valence, Fiorentina & Istanbul BB 1 jeudi 30 novembre "Les synthétiques ont causé 200 cancers aux USA" (via Brut Sport) jeudi 30 novembre Hitler sur un tifo dans un derby soudanais 58 jeudi 30 novembre Un défenseur de Lanus envisage la retraite à 24 ans 34 jeudi 30 novembre Toronto est en finale de MLS 2 jeudi 30 novembre Messi et Cristiano Ronaldo dans Olive et Tom ? 42 jeudi 30 novembre Renato Sanches fait la passe à un sponsor 15 jeudi 30 novembre Jaap Stam inscrit les supporters de Reading sur la feuille de match 12 mercredi 29 novembre Un ramasseur de balle sauve un joueur en DH espagnole 13 mercredi 29 novembre Alexander Čeferin va donner 1% de son salaire à Common Goal 8 mercredi 29 novembre Villas-Boas va participer au Dakar 2018 15 mercredi 29 novembre Les horaires de la Ligue des champions changeront dès la saison prochaine 36 mercredi 29 novembre LE RÉCAP "CHAMPIONS LEAGUE" DE LA #SOFOOTLIGUE 15 mercredi 29 novembre Un guide de précaution pour les gays présents au Mondial 2018 36 mercredi 29 novembre Ce coup franc d’Ashley Young va vous rendre maboul 45 mercredi 29 novembre André Villas-Boas quitte Shanghai 29 mardi 28 novembre Un youtubeur devient sponsor maillot de Botafogo 19 mardi 28 novembre Roberto Carlos avoue que son coup franc improbable était dû au vent 58 mardi 28 novembre Mondial 2022 : Le Qatar présente le premier stade démontable 52 lundi 27 novembre Des T-shirts à l’effigie de Ratko Mladić en Serbie 62 lundi 27 novembre Géorgie : le Torpedo Koutaïssi arrache le titre au Dinamo Tbilissi 25 lundi 27 novembre 533€ à gagner avec Manchester City, Chelsea, Lyon & l'OM 1 lundi 27 novembre Le FK Željezničar peint ses ballons pour jouer dans la neige 7 lundi 27 novembre Énorme tifo lors du derby Bari-Foggia 20 lundi 27 novembre Les violences du Clásico tunisien laissent des traces 19 lundi 27 novembre Les supporters du Ponte Preta, relégué, envahissent le terrain 1 lundi 27 novembre Infantino « extrêmement ferme » contre le racisme au mondial 18 dimanche 26 novembre Quang Nam sacré champion du Viêt Nam 26 dimanche 26 novembre Un supporter file sa casquette au gardien 5 samedi 25 novembre Urawa Red Diamonds remporte la Ligue des champions asiatique 9 vendredi 24 novembre 390€ à gagner avec l'OM & la Real Sociedad vendredi 24 novembre Le tacle ridicule de Bonucci 50 vendredi 24 novembre Cantona déclare à nouveau son amour pour Pastore 67 jeudi 23 novembre OFFRE SPÉCIALE : 500€ de bonus offerts aux gros parieurs ! jeudi 23 novembre Mario Balotelli parodie Mario Kart 6 jeudi 23 novembre Le numéro 2 des ultras de Boca Juniors tué par balles 24 jeudi 23 novembre Craig Bellamy : « Le foot anglais est prêt à accepter l'homosexualité » 69 jeudi 23 novembre Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 37 mercredi 22 novembre Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 9 mercredi 22 novembre Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 21 mercredi 22 novembre 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 35 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 33 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24