Lucas Biglia déçoit le président d'Anderlecht

3 3
Pion essentiel d'Anderlecht entre 2006 et 2013, Lucas Biglia s'éclate désormais sous les couleurs de la Lazio de Rome.

Dans les colonnes du quotidien belge Het laatste nieuws, l'Argentin vide son sac sur ses années belges. Et il en veut au manager du club, Herman Van Holsbeeck : « Je me suis comporté durant sept ans comme un vrai pro. J'arrivais une heure avant, je repartais une heure après. Je n'ai jamais discrédité le club et je n'ai jamais été vu dans une discothèque... Mais Anderlecht a-t-il jamais remercié Biglia ? Jamais. Le foot est fait désormais de gens ingrats. Herman Van Holsbeeck en est un. Moi, je peux dormir sur mes deux oreilles. »

Ce qui n'a pas manqué de faire réagir le président des Mauves, Roger Vanden Stock : « Quand on sait tout ce qu'on a fait pour lui, c'est gonflé d'oser dire ça, déclare-t-il à Sudpresse. Il a été lamentable. On lui a permis de partir à la Lazio dans un transfert où on ne sera payé que dans trois ans, juste pour lui faire plaisir. Et ensuite il dit ça ? Sa fille s'amusait avec ma petite fille, mais je crois que ça ne se fera plus. »

Roger Vanden Stock, un président qui prend des décisions fortes. AS
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
C'est minable de sa part. C'est grâce à ces "ingrats" qu'il en est là où il est maintenant.
superslash Niveau : CFA2
A la fois si on doit remercier tous les joueurs juste parce qu'ils sont pro et qu'ils ont une hygiène de vie compatible avec le sport de haut niveau, on a pas fini d'ériger des statues mon cher Lucas ...
"Sa fille s'amusait avec ma petite fille et moi avec les deux"

Bon ok, c'était facile.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
André Ayew l'a mauvaise
3 3