1. //
  2. // Lega Pro
  3. // Messine

Lucarelli : « L’Italie est traditionnellement de droite »

Buteur redoutable et communiste convaincu, l’ancien attaquant italien s’est lancé dans une carrière d’entraîneur depuis quelques années. Il vient de maintenir Messina en Lega Pro dans des conditions difficiles.

Modififié
Le 17 février dernier, vous et vos joueurs êtes allés protester auprès de vos anciens propriétaires, pour quelle raison ?
Ils ne comprennent que les manières fortes. On n’avait pas de terrains sur lesquels s’entraîner, on n’avait pas d’eau chaude dans les douches, on n’avait pas d’argent pour organiser les déplacements, les joueurs ne touchaient pas leur salaire depuis des mois. Il manquait de tout alors que des négociations pour vendre le club traînaient. Le 17 février, c’était la date limite pour verser les salaires de novembre/décembre, sinon on écopait encore de points de pénalité, nos sacrifices n’étaient même pas récompensés. Du coup, on est allé protester et quelques jours plus tard, le club a été vendu.

Ça vous a rappelé ce qu’a connu votre frère Alessandro il y a deux ans à Parme ?
Oui, mais Parme était en Serie A et percevait quand même l’argent des droits TV afin de pouvoir conclure le championnat. En Serie C, il n’y a rien de tout ça. Avec quatre points de pénalité et les meilleurs joueurs qui sont partis en janvier, notre maintien a été miraculeux.

Votre situation rappelait celle de Gattuso à Pise l’année passée.
C’était la même chose, heureusement, le fait d’avoir une grande carrière de joueur derrière nous permet de donner de la visibilité à ces situations, c’est au moins ça de pris.


Le foot de Lega Pro n’est-il finalement pas le vrai football ?
Clairement, en Italie les gens se trompent souvent quand ils pensent aux footballeurs roulant en Ferrari et sortant avec des mannequins, car la majorité touche un salaire normal, 1300/1400 € par mois, et encore ils ne sont pas toujours payés à l’heure. On a fait des déplacements où on s’arrêtait à des aires de repos et les joueurs ne pouvaient même pas descendre du bus boire un café...

Dans ce contexte-là, vous n’étiez pas seulement qu’un entraîneur ?
Vous devez tout incarner, la figure du père, du frère, du psychologue, du président. Les joueurs n’ont probablement confiance qu’en vous, car ils voient que vous êtes la seule personne sérieuse. Ils s’accrochent à vous, exécuter sa fonction d’entraîneur est alors le dernier de vos soucis.


En vous connaissant, vous étiez tout de même comme un poisson dans l’eau ?
Ah ça, la confusion, les problématiques de ce genre, c’est mon habitat naturel !

Vous aimez être associé à l’idée d’un football ouvrier, fait de bric et de broc ?
L’humilité est à la base de ma façon d’être et de vivre, ça ne me dérange pas. Néanmoins, il ne faut pas non plus que ce soit trop réducteur, car avoir trouvé l’envie de les entraîner, de croire au maintien, de les maintenir unis, montre que j’ai été très professionnel.


Quel type de coach êtes-vous ?
J’ai eu la chance d’avoir eu beaucoup de bons entraîneurs, mais je m’inspire surtout de Walter Mazzarri. Je veux une équipe avec un comportement offensif, mais organisée, je n’aime pas encaisser trop de buts. Je suis méticuleux tactiquement et je transmets ma hargne.

Pensez-vous que vos idéaux communistes peuvent vous fermer des portes dans votre nouvelle carrière ?
C’est certain que ce n’est pas un avantage, mais bon, je suis comme ça. Et puis, je ne suis pas activiste politique, j’ai mes idées et c’est tout. Maintenant, dans le foot, savoir qu’il y a quelqu’un qui s’intéresse à ce qui se passe hors du terrain, c’est anormal. En fait, essayer d’être normal dans le foot est anormal.

Outre Riccardo Zampagna, avez-vous croisé d’autres joueurs ouvertement communistes dans votre carrière ?
Il y en a, mais les gens n’ont pas le courage de s’exposer, car l’Italie n’a pas évolué mentalement pour affronter ces thèmes dans le football. Du coup, ces joueurs s’occupent de leurs oignons par peur d’être pénalisés durant leur carrière.

Vous n’avez jamais été pris à partie par le « camp adverse » quand vous étiez joueur ?
Non, tout s’est toujours passé au stade, et pas seulement avec la Lazio, puisque la majorité des curve sont de droite, mais ça se terminait à chaque fois à la fin de la rencontre.

Vous avez-récemment déclaré que les Livournais sont ingrats, pourquoi ?
Une partie des Livournais ! Je pense avoir fait beaucoup sur et hors du terrain pour ma ville, mais lors de mes initiatives dans le monde du travail, j’ai été boycotté. Je ne demandais pas à être aidé seulement parce que je m’appelle Lucarelli, mais parce qu’il y avait des emplois en jeu. La politique m’a instrumentalisé quand je jouais, et quand j’en ai eu besoin, elle m’a tourné le dos. Il y a beaucoup d’ingratitude.


En Italie, le jour de la fête de la Libération du 25 avril, il y a des parades néofascistes qui défilent un peu partout, triste non ?
Je crois que chacun doit agir selon sa conscience. Je dis toujours qu’il doit y avoir la liberté de manifester tant que vous n’offensez pas la conscience et le souvenir des autres. L’Italie est un pays traditionnellement de droite, même s’il y a une histoire importante de la Résistance, la tendance est d’être nationaliste et il peut y avoir des gars qui attendent certaines commémorations pour faire parler d’eux. C’est triste, mais il est juste que chacun vive selon ses idéaux, sans offenser la sensibilité des personnes.


Quand vous êtes allé au Shakthar Donetsk en 2007, vous avez pu vous intéresser à l’histoire communiste de l’ex-URSS ?
J’aurais aimé, mais je ne suis malheureusement resté que trop peu de temps, six mois à peine.

À force de parler de vos convictions politiques, on en oublie le joueur que vous avez été.
J’étais un attaquant à l’ancienne, un peu à l’anglaise, mais j’étais bon avec les pieds, je marquais sur coup franc, du droit, du gauche, hors de la surface, et des jolis buts. Il n’y avait pas que la prestance physique ou la hargne et le leadership. Je n’excellais en rien, mais je réussissais à être bon en tout.

Avec un petit bémol, six petites sélections avec l’Italie pour trois buts, vous méritiez mieux ?
La concurrence était très forte, mais mes idées ne m’ont pas toujours aidé. À qualités égales, un sélectionneur choisissait X ou Y plutôt que Cristiano, car il savait qu’en prenant X ou Y, il ne risquait pas l’incident diplomatique, les questions sur la politique en conférence de presse et les problèmes extra footballistiques.

Propos recueillis par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

J'ai du mal à saisir ce qu'il veut dire quand il dit que l'Italie "est de droite". C'est pas parce que la droite a été plus longtemps au pouvoir que la gauche n'existe pas. Il faut pas oublier que l'Italie a eu le PC le plus puissant d'Europe de l'ouest pendant toute la guerre froide. Après il y a aussi de grandes différences régionales et l'Italie est l'exemple parfait du pays fracturé, entre sud catholique pauvre et conservateur, nord-est bourgeois et conservateur voire sécessionniste, centre et nord ouest de gauche...

Je pense aujourd'hui que les italiens ne votent pas à gauche tout simplement parce qu'il n'y a aucune offre politique. Il n'y a pas de parti style Podemos, Front de gauche, Syriza etc...
D'ailleurs est ce que quelqu'un qui connaît mieux la situation que moi serait capable de m'expliquer pourquoi la gauche anticapitaliste n'a jamais su se relever de l'effondrement du PCI ? À part Rifondazione communista ça me paraît bien terne...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  14:45  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 6
Ma théorie (qui vaut ce qu'elle vaut) s'applique à l'Italie comme à l'Allemagne. Dans ces deux pays, l'extrême gauche a connu dans les années 70 la tentation de la lutte armée ou au moins de l'affrontement direct avec le pouvoir et l'extrême droite : la RAF en Allemagne et les "années de plomb" en Italie avec les Brigades Rouges, Prima Linea, Lotta Continua, Potere Operaio...
Et à la fin des années de plomb et plus encore après la chute du PCI, toute la mouvance située à gauche du PCI (pour simplifier) a continué à se développer mais dans le champ extra-parlementaire, en-dehors des partis politiques traditionnels et du calendrier électoral - un constat qu'on peut appliquer également à l'Allemagne. Hormis Rifondazione Comunista (seul exemple de parti politique organisé à ma connaissance), la gauche anticapitaliste existe bel et bien en Italie mais elle s'est retrouvée dans la mouvance autonome, dans les squats et centres sociaux autogérés, chez les groupes libertaires et No Border, dans la scène punk antifa, au sein des collectifs de soutien aux migrants, etc... Toute une mouvance désignée plus communément sous le vocable d'ultra-gauche (en tout cas dans les mass medias), qui a connu l'essor le plus marqué en Allemagne et en Italie : pour avoir participé à pas mal de grands contre-sommets "altermondialistes" au début des années 2000, je confirme qu'une large part des totos/black blocs venaient de ces deux pays (malgré le revival français né du mouvement contre la loi Travail)...

Bref, comme je le disais au début, c'est juste ma théorie et peut-être que de vrais spécialistes de la politique italienne auront un avis différent ou plus précis et pointu. ;)
Ton point de vue est très intéressant. C'est clairement vrai pour l'Italie. D'ailleurs pour être à Turin en ce moment je confirme que "l'ultra-gauche" s'est trouvé un combat particulièrement important dans les dernières années avec le mouvement NO TAV. Ce qui est intéressant de constater, c'est que étant à la base de Lyon, je n'ai jamais vu aucun intérêt pour ce sujet, même à gauche là bas. Quand on en parle aux gens c'est tout juste s'ils sont au courant qu'une ligne TGV va être construite entre Lyon et Turin.

Enfin bref pour revenir au sujet de la gauche, j'ai été justement étonné de voir qu'il y a aussi peu d'offre politique alors que justement il y a une culture contestataire aussi forte. En Grèce, (mais là je parle sans vraiment connaître), il me semble qu'il a existé historiquement un très fort courant de gauche "radicale" voire violent, et des anarchistes, qui ont été très présents dans les contestations des dernières années, et ça n'a pas empêché l'émergence d'un fort parti de gauche qui est même arrivé au pouvoir. Donc je suis pas sur que la faiblesse d'une gauche anticapitaliste institutionnelle soit liée à l'existence de forts mouvements extra-parlementaires.

À une époque il y avait un mouvement style Front de Gauche qui avait été lancé dans les Pouilles (Sinistra Ecologia e Liberta) mais qui n'a jamais pris d'ampleur nationale.

Cette absence est peut-être tout simplement liée à l'absence de leader charismatique dans la sphère institutionnelle de gauche ? Pour chaque famille politique, on arrive bien à identifier une figure, que ce soit Salvini à l'extrême droite, Berlusconi à droite même s'il ne fait plus rien, Grillo, Raggi au M5S, Renzi au PD, mais je ne vois personne plus à gauche même si je ne connais pas encore assez bien la politique italienne.
Je pense qu'il ne faut pas négliger l'importance des "personnalités" pour animer un courant politique au niveau métiatico-institutionnel (désolé pour le barbarisme)... typiquement en France, la gauche anti-capitaliste a bien galéré dans les élections pendant 30 ans entre le retrait de Marchais et l'apparition de Mélenchon (qui, au passage, n'est pas communiste).

Donc au contraire, une forte culture de gauche pourrait favoriser l'émergence de partis et de personnalités. Je ne vois pas comment expliquer ce vide en Italie.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  14:51  //  Aficionado de l'Argentine
Putain je comprends pas, je t'ai posté une réponse mais je la vois plus, c'est quoi ce bordel ??!
La flemme de tout retaper tout de suite, je vais d'abord voir si elle finit par réapparaître...

EDIT : Désolé pour le post inutile du coup, c'est bon je vois mon com. ;)
mara donna des frissons Niveau : CFA
Le Part Démocrate ( centre gauche bien bien libéral) au pouvoir c'est la fusion il y a 10 ans des démocrates chrétiens et des démocrates de gauche qui se disaient post-communistes.
Et pendant 10 ans D'Alema, l'ancien président du conseil, a tout fait pour marginaliser Rifondazione comunista.
@Alain, je suis pas un spécialiste, c'est une amie italienne :) qui m'avait résumé ça, et qu'une grande partie de la jeunesse italienne contestataire, voulant par dessus tout se débarrasser des années Berlusconi avait accueilli le centre gauche malgré tout.
Scrutin proportionnel qui favorise l'émergence de petits partis et leur éclatement en fraction, professionnels de la politique qui naviguent dans le marigot depuis des dizaines d'années, clientélisme au sud et ligue du nord qui chacun dans leur zone géographique draient les voix des anciens partis traditionnels (DC, PCI, PSI), chômage très important des jeunes qui les détourne de la politique qui n'a pas su se montrer efficace, 20 ans de berlusconisme qui ont tiré vers la médiocrité le débat public et occulté le sens du bien commun.
Et ce n'est pas avec Renzi, Grillo ou Salvini que ça va changer.

Pour ce qui est des défilés fascistoïdes, ils sont la conséquence la plus visible d'une volonté de réconciliation après la guerre qui a permis à nombre de chemises noires de mener une vie normale, un peu comme en France quand De Gaulle a recyclé partie de l'administration de Vichy. (Cf Papon ou bousquet pour les exemples les plus connus).
Oui et il faut pas oublier l'importance du M5S, qui draîne une partie très importante des voix contestataires et de l'électorat populaire. En passe de devenir le premier parti d'Italie, notamment dans les régions traditionnellement à gauche.
6 réponses à ce commentaire.
Allah Babar Niveau : Loisir
D'un autre coté vous connaissez un pays d'europe de l'ouest qui est traditionnellement de gauche vous??

Moi pas
mara donna des frissons Niveau : CFA
La Bretagne .
Allah Babar Niveau : Loisir
Mouais.....

Et encore ça se discute, on peut dire aussi qu'ils sont traditionnellement monarchistes ( les chouans, tout ça!)
ludwig von 88 Niveau : Loisir
Mdr
Il est vrai que les bonnets rouges sont un ramassis de gauchistes...
ludwig von 88 Niveau : Loisir
C'est clair!!!
Europe de l'ouest ou Europe de l'est voir dans le monde car mis à part certains états de l amsud et je ne suis pas sûr que l'on puisse parler de tradition...
Et puis qu'est ce que c'est être de gauche? En France déjà et après le comparer à être de gauche dans d'autres nations...
Et puis comme à chaque fois le peuple se fait baiser, je garderai cette riche conversation pour le barbecue de samedi soir...
Allah Babar Niveau : Loisir
Putain Ludwig von 88 ça me rajeunit pas!

Tu sais qu'ils se sont reformés il y a qulques temps pour un concert??
Plutôt merguez ou chipo ?
ludwig von 88 Niveau : Loisir
Oui j'ai eu vent de ça malheureusement je ne les ai pas revus... je me suis permis de récupérer leur nom comme ils avaient une certaine culture foot!!! Bon après sur sofoot je pensais quand même plus rencontrer de monde qui connaissait!!! Tout au moins ne pas me faire assimiler à un faf lol j'imagine même pas si je m'étais appelé la souris déglinguée, seuls les lyonnais m'auraient parlé!!
Allébress' allégresse Niveau : District
Si, la Bretagne est un exemple assez saisissant.

Terre catho historiquement c'est clair, mais qui montre depuis plusieurs décennies un profil politique résolument progressiste. Il est surtout question d'une gauche modérée (à la Le Drian) même si les gauches plus incisives ont eu le vent en poupe - et l'ont toujours (Mélenchon placé au second tour en Bzh) - dans les territoires où la pêche et ses activités connexes pèsent pas mal et dans les territoires ruraux où le métayage était courant (surtout dans le 22).

Pour les Chouans, au-delà de l'ancienneté de leur lutte (dont l'esprit peut effectivement faire penser aux bonnets rouges du XXIème siècle), ça n'a concerné principalement qu'une partie orientale de la Bretagne.

J'ajouterai aussi que la Bretagne est singulière car elle est une région qui possède une identité forte sans faire la connerie de rester crispée sur elle. Elle sait véritablement s'ouvrir. D'ailleurs, MLP à 15% chez nous, peu de régions font aussi bien (ou mal pour certains cependant).
sequane77 Niveau : DHR
D'ailleurs les souris déglinguées j ai entendu dire qu ils avaient fricoter avec des assos qui travaillent avec des mairies FN et que leur leader avait déja tenu des discours vraiment limites sur le métissage.
ludwig von 88 Niveau : Loisir
J'aime beaucoup ce groupe mais il est moins marqué antifa que beaucoup d'autres à l'époque... Et oui tu as raison mais je ne suis pas sûr que ce soit avec des mairies FN, j'ai cru comprendre qu'ils étaient allés dans une fête d'identitaires. Ce n'est pas terrible non plus je te l'accorde!
Note : 1
Je ne connais pas tous les pays d'Europe et du monde mais la France est bien un pays traditionnellement plutôt de Gauche.

Notre UMP serait à peine au centre dans de nombreux autres pays. Notre extrême-droite n'est même pas plus à droite que le Parti Républicain américain.

Egalement, je ne sais pas pour leur historique mais certains pays scandinaves doivent l'être également aujourd'hui.
Le Baldé Vampire Niveau : Ligue 2
Je pense au contraire que notre droite est très très à droite, mais cependant tu as raison la France est un pays culturellement à gauche. Il y a éventuellement la Suède, l'Islande, et quelques pays d'Amérique Latine.
ludwig von 88 Niveau : Loisir
bah voilà je pense que finalement si tu prends les résultats historiques des élections en France, les résultats sont nettement a droite...
après à définir ce que c'est réellement gauche et droite car c'est clair que lorsque tu entends des discours conservateurs aux USA tu flippes!!! Mais a contrario, je pense que le programme démocrate ne peut pas spécialement être appelé de "gauche"...
même chez nous, le glissement progressif vers la droite du centre de gravité de la politique française fait également flipper...
13 réponses à ce commentaire.
Moi à mon futur bilan de compétences:

"-Pensez-vous que vos idéaux communistes peuvent vous fermer des portes dans votre nouvelle carrière?
-C’est certain que ce n’est pas un avantage, mais bon, je suis comme ça."




Chatperché Niveau : CFA2
Ok il a passé 6 mois en Ukraine... Mais tous ceux qui se réclament communistes sont ils allés dans les pays ouvertement communistes: Vietnam, Cuba, Chine...

La Russie a tourné la page... et intéresse toi a leurs histoires, au nombre de morts, en Chine... Mais quelle absurdité! Quelle connerie pour des idéaux qui ne sont que de la manipulation de masse...
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Jeune quille Niveau : CFA
 //  19:31  //  Socio de la Suisse
Note : -1
Attention à toi, le communisme c'est hype par ici.

On va cependant probablement t'expliquer que Jean-Luc n'est pas communiste, qu'il compte juste tout prendre aux trop riches et que pour toi les impôts diminueront, et qu'on pourra emprunter grâce aux allemands qui nous feront des cadeaux sous la menace de notre contribution militaire, ce qui est une bonne idée dans une Europe ou les idéaux national-populistes font leur retour en force.

Bien sûr, certains s'apercevront trop tard que la nouvelle constitution rédigée par des tirés au sort bien choisis ou manipulés, taillera la part du lion aux petits chefs du mouvement, que le contrôle des changes et des frontières, le rejet de l'UE étaient soit-disant inévitables pour résister à la pression de l'anti-France de l'extérieur et de l'intérieur, mais ça sera trop tard pour ceux-là.
D'autres resteront sous l'influence de gourous qui vanterons les résultats du gouvernement dans la préservation de l'environnement, vu la baisse de la consommation d'énergies fossiles qui sera la conséquence de la récession économique massive, et l'arrêt des investissements (privés puisque plus de capitaux en raison des dévaluations, publics étant donné l'explosion du coût des importations).

Avec un peu de malchance, vers la fin la stratégie de l'accusation publique des ingérences des force capitalistes étrangères nous entraînera dans la guerre, bien rassurante pour un penseur du 20e siècle, pour qui la prospérité est la paix sont au fond de toute manière des valeurs bourgeoises qui ne permettront jamais l'avènement du pouvoir des gens, des vrais.

On me répondra à moi que les gens comme moi, les riches, les dominants, les puissants (je viens de déclarer mes impôts, s'ils savaient !) ont peur d'eux et que je promet les pluies de grenouilles et le changement de la Seine en sang, et que c'est ridicule, excessif ou insignifiant. Alors que c'est faux, l'engrenage ci-dessus est plausible, même s'il l'est autant qu'une capitulation en rase campagne, à la Tsipras, du conducator, terrifié devant sa potentielle responsabilité devant l'histoire (mais attention, Jean-Luc est vieux et égocentré, sa vie est derrière lui, et lui n'a vraiment pas grand-chose à perdre).


Pour répondre à ceux qui dissertent plus haut :
L'extrême gauche se détourne des urnes car, sauf chaos économique majeur (la Grèce en est un exemple), elle ne peut gouverner seule un pays développé par le biais d'élections démocratiques. Elle cherche donc à faire advenir le chaos. Point.
 //  20:47  //  Amoureux de la Bolivie
Note : 2
Christophe Barbier on t'as reconnu, salaud !
Ca te rassure d'imaginer des ennemis qui n'existent pas encore, dont tu crée toi-même l'existence?

Non, parce que là, tout ton laïus n'est que peur de la perte supposé de ton statut social, statut par lequel tu prends bien soin d'exister...

En fait c'est ça le problème du matérialisme: la peur de perdre...
Et la peur, c'est pas très évoluée comme pensée sociale ;)
Ce commentaire a été modifié.
sequane77 Niveau : DHR
Ils sont bons les deux, des trolls magnifiques. Mention spéciale au deuxième avec le ton définitif de circonstance. Mais cela fait un peu Figaro comme discours.

Sinon Mélenchon n'est effectivement pas plus communiste que ne l' était Staline ou que ne le sont les dirigeants Chinois actuels. Lui c'est un opportuniste au mieux socialiste, autrement dit réformiste et pour l' avènement d' une société socialiste dans le cadre de l' état. Les cocos les vrais sont pour le grand soir, la révolution comme moyen d' établir la société socialiste.

Un des seuls pays dont on peut penser qu il a avancé vers une société socialiste par la révolution, c'est le nicaragua. Mais vous n' en parlez pas quel dommage . On peut aussi parler du Rojava mais ils sont à la fois dans le pétrin Syrien et le pétrin Turc et on sent bien venir le vent nationaliste Kurde, qui ressemble beaucoup à celui qui a soufflé au Viet nam ou en corée du Nord qui ne faisaient pas vraiment des révolutions communistes mais s' émancipaient plutot de la tutelle coloniale avec le soutien de la Russie soviétique qui n ' avait de soviétique que le nom.
sequane77 Niveau : DHR
Sinon, merci sofoot. Même si l' article reprend globalement les mêmes questions que la dernière ITW de lui que j' ai pu lire en Français.
L'extrême gauche estime que les élections ne sont qu'un voile de fumée de la bourgeoisie pour maintenir un système d'oppression. Un mirage qui semble donner la voix au peuple mais qui permet finalement de garder un statut quo où les riches restent riches et où les pauvres restent pauvres.
En attendant, les plus riches s'en mettent plein les fouilles, la classe moyenne se contente en sachant qu'il y a pire, et les plus pauvres triment.

PS: Le pauvre de droite, c'est le produit fini du capitalisme.
La Chine, un pays communiste, HAHAHAHA !
7 réponses à ce commentaire.
Oui. L'Italie est de droite. Comme tout le reste de l'Europe. Peuples de paysans enracinés qui voient d'un très mauvais œil tout changement.

Qui se méfient du baratin des politiciens surtout ceux de gauche, ceux-ci flattant surtout les idéalistes.

Mais bon, soixante ans de télévision ont transformé ces peuples en masses crétines. Y'a plus de gauche et de droite. Plus de pays, plus de nation, plus de terre, plus de boulot, plus rien.
cul-terreux Niveau : CFA2
Et ben.. y a des trucs qui valent le coup de vivre quand même ?
Franchement, je me le demande.

Y'a bien ce qui tu portes en avatar.

Mais même ça, ça lasse.
Oh toi, tu dois être supporter de Rennes, pour être aussi pessimiste, non ?
cul-terreux Niveau : CFA2
Bon si tu te le demandes encore, c'est que ça va. Tu n'as plus tes gouttes de miel peut-être...
La conscience de l'absurde n'altère pas nécessairement l'appétit de vivre, au contraire elle peut même être la boussole.

Je te conseille de lire Pascal, Tolstoi, et Camus puis Patocka et Rosset. Bien à toi.
sequane77 Niveau : DHR
Magnifique phrase.
Y'a plus rien si tu attends qu'on te le donne, va le chercher, cueille ta vie, et crée le monde que tu souhaite, personne ne le feras à ta place ;)
6 réponses à ce commentaire.
il y a 3 heures Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 130 il y a 4 heures Droit de réponse "Mistral Gagnant" 24 il y a 6 heures La praline de Castillo au Mexique 1
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 16:33 Reading présente ses maillots en réalité virtuelle Hier à 14:59 Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 52
Hier à 14:36 Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 Hier à 13:52 Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 Hier à 11:08 Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 Hier à 09:53 Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 32 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43
À lire ensuite
Les Insoumis