Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Lovren : « Je sais ce que c'est d'être réfugié, donnez-leur une chance »

Modififié
Né en 1989, à Zenica (une ville de Bosnie), Dejan Lovren n'avait que deux ans lorsque la guerre de Yougoslavie a débuté, mais le Croate se souvient parfaitement des répercussions du conflit sur sa famille.

Dans un long reportage intitulé Lovren - Ma vie en tant que réfugié, diffusé sur Liverpool TV, le défenseur retrace son parcours de jeune migrant, tout en faisant le parallèle avec la situation contemporaine des réfugiés syriens. « Ce qu'il se passe aujourd'hui, me rappelle mon histoire et à quel point les gens ne veulent pas de vous dans leur pays. Je comprends que les gens veulent se protéger, mais les réfugiés n'ont pas de maison » , enfonce le joueur de Liverpool.


« Ce n'est pas leur faute ; ils se battent pour leur vie, pour leurs enfants. Ils désirent seulement de rejoindre un lieu sûr pour leurs enfants. Donnez-leur une chance » , clame l'ancien Lyonnais, avant de rembobiner le film de son histoire : « Nous avions tout, aucun problème, une relation paisible avec nos voisins, avec les musulmans, les Serbes. Et puis la guerre a commencé. Je me rappelle seulement des sirènes. J'avais peur, je croyais que c'étaient des bombes. Avec ma mère, on est restés très longtemps dans une cave. Finalement, on a tout laissé derrière nous, on a seulement pris un sac, puis mon oncle a pris une voiture et a conduit pendant 17 heures en direction de Munich. Ce n'était pas pour trouver un travail, ou quelque chose comme ça, c'était pour nous sauver la vie. Il faut se rendre compte de ce que c'est de tout laisser derrière soi. »


Le reportage est disponible gratuitement sur le site du club. CP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE