Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Disparition de Louis Nicollin

Loulou, oui, c’est lui

Il était succulent, grossier, unique, authentique, caustique, inoubliable, collectionneur, punchlineur, épicurien. Louis Nicollin, dit Loulou, s’est éteint le jour de son anniversaire lors d’un repas. Une mort à son image. Celle d’un président hors norme, amoureux de football et de son club, Montpellier, qu’il aura construit et amené au sommet du football français.

Modififié
Cette photo restera celle qui le caractérise le plus. Cette gouaille, ce nez, ce regard, cette crête, cette casquette à l’envers et cette teinture aux couleurs du club. 2012, Montpellier vient de devenir champion de France devant le PSG de QSI. Loulou Nicollin se lâche. Il est au sommet et se montre comme il est, en môme. Avec lui, pas de filtre, pas de tabou. Il est grossier, drôle, impertinent, parfois à la limite quand il traite Benoît Pedretti de petite tarlouze ou quand il embrasse Michel Mezy, son compagnon de toujours, dans une étreinte folle un soir de victoire.

Le foot français pleure Loulou

Nicollin a pris la présidence de Montpellier en 1974. Le MHSC était en DH. Autrement dit, personne. Il aura ramené sa Paillade en Europe, de quoi se « poignarder le cul  » comme il aimait le dire. Sous sa direction, le club du 34 aura vu jouer des bonhommes, mais aussi des artistes : Cantona, Paille, Valderrama, Milla, Di Nallo, Júlio César, Blanc, Rust, Giroud, Belhanda, Ziober. Le MHSC, c’était lui. Un club sorti de nulle part qui se permet le luxe de défier Manchester United en C2 quand les autres clubs français peinent à briller sur la scène européenne. Alors oui, dans un monde où plus personne ne dit rien par peur de choquer, Nicollin ne se gênait pas, il balançait. Parfois pour piquer au vif, parfois pour faire la une, mais souvent par amour de son club. Car c’était son club, son argent, son amour.

Verbe haut et voix rauque


Collectionneur de maillots hors pair, il avait toujours été proche des puissants. Parce que Loulou connaissait le football. Aimait le football. Vivait le football. Il aurait pu mourir sur la pelouse, c’est vrai, mais il a préféré partir autour d’une bonne assiette. Ça lui ressemblait. Il avait le verbe haut, la voix rauque, la gueule abîmée, mais il ne laissait personne indifférent. C’était un président atypique. Loin des standards d’élégance ou de bonne tenue. Sans doute un peu dépassé sur la fin, qui ne le serait pas à 74 ans après plus de 40 ans de service ? Mais jusqu’au bout, il aura maintenu son club à flot, rendu fier son centre de formation - une vraie réussite - et permis au football féminin de prendre son envol aussi.

Parce que Nicollin, derrière sa gueule cassée et son sens de la formule à la Audiard, était un visionnaire. Un précurseur. La Ligue 1 perd un grand monsieur. Elle perd des phrases drôles, un peu de folie, mais surtout beaucoup d’humanité. Car le football populaire, c’était lui. Lui, c’était Loulou. Adieu Loulou, tes saillies verbales vont nous manquer. Parce que Loulou, c’était ça : « Mes joueurs, je les paie plus cher que mes maîtresses. Et mes maîtresses au moins, elles me régalent la chique. » Loulou, tu nous as régalés. Sache-le.



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 18:05 Une nouvelle statue pour Iniesta 3 Hier à 17:59 Un but égalisateur dans le temps additionnel fait polémique en Argentine 9 Hier à 15:34 Infantino veut faire valoir ses projets de nouvelles compétitions 38 Hier à 13:14 Éric Besson : « Pour 50 millions d'euros, on peut s'offrir un bon club de L1 » 71
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Louis la punchline