Lotito, le parrain

Le président de la Lazio est le nouvel homme fort du football italien. Il a pratiquement toutes les institutions à sa botte, et les conflits d'intérêt ne manquent pas.

Modififié
36 17
« On ne dérangera plus personne, mais vous verrez les bandits qui arriveront après nous » , déclara Antonio Giraudo lorsque l'affaire Calciopoli éclata en 2006. L'ancien dirigeant de la Juventus avait vu juste, même si les termes ne sont pas forcément les plus appropriés. Il y a bientôt dix ans, le football italien aurait dû être nettoyé de ses luttes internes de pouvoir et de ses trafics d'influence, seuls les plus naïfs y ont cru. À vrai dire, la situation a probablement empiré avec un seul et même homme capable de prendre la tête des différentes institutions du football italien. Pas de cheveux gominés et peignés à l'arrière, ni de petite moustache bien taillée, mais un petit Romain bedonnant et très bavard. À première vue, personne n'en ferait le marionnettiste du Calcio, au contraire, puisqu'il est souvent tourné en dérision. Mais cela fait belle lurette que le président de la Lazio ne se limite plus à gérer son club. « Baciamo le mani » à Don Claudio.

Le parrain 1 et 2


« Je l'avais dit que conférer trop de pouvoir à une seule et même personne était dangereux. Le scénario est inquiétant, il n'y a pas de respect, on se croirait au Moyen-Âge, au temps du féodalisme » , a analysé Marotta avant le match contre Cesena. L'administrateur délégué de la Juventus est un des seuls à élever la voix contre l'omnipotence et l'hyperactivité de son collègue, aussi parce que son club est dans l'opposition politiquement parlant, le seul avec la Roma, soit les actuelles locomotives du football italien, ce qui n'est pas un hasard. 2 contre 18 (ou 3 contre 17 selon l'humeur de la Fiorentina) au sein d'une ligue commandée par Maurizio Beretta, « qui compte pour du beurre » selon Lotito dans la désormais célèbre conversation enregistrée par un dirigeant adverse afin de démontrer l'étendue de son pouvoir. Beretta, un pantin réélu et dirigé par Adriano Galliani et Claudio Lotito, c'était il y a deux ans. Deuxième étape, l'été dernier, un autre pantin, Carlo Tavecchio, mis à la tête de la Fédération par Lotito et sa bande, ce dernier s'octroyant ainsi un poste de conseiller fédéral délégué aux réformes. La Lega et la Figc, l'assemblée et le Sénat, il ne manque plus que le CIO italien, voire le ministère des Sports pour compléter le grand chelem. Qui sait.

Le parrain 3


Cela ne s'arrête pas là, deux crans en dessous, la Lega Pro, soit la Ligue de la troisième division italienne. C'est oublier que Lotito est également actionnaire majoritaire de la Salernitana, autre situation qui pourrait devenir conflictuelle si le club se retrouve rapidement dans la même division que la Lazio. Grâce à ce poste, il dirige un autre pantin, Mario Macalli, 77 ans, président de cette Ligue et que Don Claudio a réussi à maintenir lundi dernier en convaincant un nombre suffisant de collègues. Seule la Serie B lui échappe, cette division d'où il ne voudrait pas voir arriver en Serie A les petits clubs de Carpi et Frosinone : « Personne ne les connaît, qui va acheter les droits TV ? » Lotito préférerait peut-être Bari, sauvé de la faillite il y a un an et dont on ne connaît pas encore le nouveau propriétaire, peut-être parce que les rumeurs disent qu'il est justement dans le coup… Même l'équipe d'Italie n'y échappe pas, une photo de lui endossant un manteau de la Nazionale a fait le tour de l'Italie l'été dernier. À chaque rencontre de la Squadra Azzurra, Conte doit supporter sa présence encombrante en coulisses.

La Lazio en tire-t-elle profit ?


Lotito est partout, la presse italienne s'indigne, ainsi que de nombreux passionnés. Les conflits d'intérêts sont évidents. Et les avantages personnels ? Le Romain se défend justement sur ce point « Qu'avons-nous obtenu, la Lazio et moi, grâce à cette situation ? » La culture de suspicion à l'italienne pointe du doigt le capitaine Stefano Mauri, son implication dans le Calcioscommesse et son probable renvoi en jugement pour association de malfaiteurs par la justice ordinaire d'ici quelques mois. D'aucuns se demandent comment peut-il fouler les pelouses, même si la justice sportive lui avait infligé une suspension de quelques mois en son temps. Toutefois, c'est bien là le seul truc louche. Les résultats de la Lazio ne souffrent d'aucune contestation, pas d'avantages ni de polémiques arbitrales en sa faveur. Au contraire, un penalty sifflé et lors de la première journée, le second le week-end dernier, soit 22 matchs d'abstinence. L'association des arbitres est même ouvertement en opposition avec la politique de Lotito. Pouvoir ne rime pas forcément avec titres, un raccourci trop simpliste. Enfin, son implantation ramifiée dans le monde du football pourrait être écornée par le président de la fédé, pourtant élu grâce à lui, prêt à le démettre de sa fonction de « ministre des réformes » . Trahi par son meilleur ami, comme dans les plus grandes sagas...

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quoi de la corruption des conflits d'intérêt un système mafieux organisés a grande échelle par les plus haute instances du football italien... Non c'est impossible ça n'existe pas, c'est du troll de mauvaise facture Monsieur Valentin Pauluzzi honte a vous espèce de raciste...
Quelqu'un a osé parler de déclin?
Tu spams F5 toute la journée pour être aussi réactif? Chapeau.
Deux points.
L'Inter aussi fait partie de "l'opposition" avec la Juventus, la Roma et la Fiorentina.

Lotito pendant des années n'a été que l'homme de paille de Galliani qui aujourd'hui est toujours son plus fidèle soutien.
Les autres soutiens déclarés de Lotito en Serie A sont Presiozi, l'homme qui a été arrêté avec 250.000€ dans une valise, devant le stade où son équipe jouait son accession en A et Zamparini.

Pas besoin d'en ajouter plus.
M'ouais ...

So Foot (par l'intermédiaire de Valentin Pauluzzi alias Tintin en Amérique) va nous dévoiler tous les détails des dessous du Calcio... Le Who's Who...

Avec Marlon Brando dans le rôle de Lotito et Al pacino dans celui de Galliani.

Ah! Ces ritals! En plus du racisme, ils ont la Mafia! Russell Westbrick a raison! Quelqu'un a osé parler de génie?
Valentin Pauluzzi Niveau : District
Message posté par Trap
Deux points.
L'Inter aussi fait partie de "l'opposition" avec la Juventus, la Roma et la Fiorentina.

Lotito pendant des années n'a été que l'homme de paille de Galliani qui aujourd'hui est toujours son plus fidèle soutien.
Les autres soutiens déclarés de Lotito en Serie A sont Presiozi, l'homme qui a été arrêté avec 250.000€ dans une valise, devant le stade où son équipe jouait son accession en A et Zamparini.

Pas besoin d'en ajouter plus.


Bonjour, non non l'Inter a longtemps hésité mais elle a bien soutenu la candidature de Beretta/Galliani/Lotito, et elle ne les a pas encore lâchés.
Balaise Matuidi Niveau : Loisir
C'est dingue cette histoire, on croirait entendre le récit du président d'une fédération africaine.

Un mec accusé d'association de malfaiteurs, qui contrôle tous les organes du football.
Seulement 2 clubs sur 18 qui osent dénoncer le système.

Le football italien est plus dans la merde que je ne le pensais
MacchiaGobbo Niveau : CFA2
Message posté par russell westbrick
Quoi de la corruption des conflits d'intérêt un système mafieux organisés a grande échelle par les plus haute instances du football italien... Non c'est impossible ça n'existe pas, c'est du troll de mauvaise facture Monsieur Valentin Pauluzzi honte a vous espèce de raciste...
Quelqu'un a osé parler de déclin?



Mais pourquoi tu continue a lire et commenter les articles sans meme les avoirs compris ?
Va chier
Message posté par russell westbrick
Quoi de la corruption des conflits d'intérêt un système mafieux organisés a grande échelle par les plus haute instances du football italien... Non c'est impossible ça n'existe pas, c'est du troll de mauvaise facture Monsieur Valentin Pauluzzi honte a vous espèce de raciste...
Quelqu'un a osé parler de déclin?


Et toi niveau déclin tu te situe ou ?
Message posté par russell westbrick
Quoi de la corruption des conflits d'intérêt un système mafieux organisés a grande échelle par les plus haute instances du football italien... Non c'est impossible ça n'existe pas, c'est du troll de mauvaise facture Monsieur Valentin Pauluzzi honte a vous espèce de raciste...
Quelqu'un a osé parler de déclin?


Et toi niveau déclin tu te situe ou ?
Message posté par russell westbrick
Quoi de la corruption des conflits d'intérêt un système mafieux organisés a grande échelle par les plus haute instances du football italien... Non c'est impossible ça n'existe pas, c'est du troll de mauvaise facture Monsieur Valentin Pauluzzi honte a vous espèce de raciste...
Quelqu'un a osé parler de déclin?


Et toi niveau déclin tu te situe ou ?
DocteurHappy Niveau : CFA
Superbe article VP , la branche série À de so Foot fait un très bon boulot je trouve !
Une analyse en profondeur du système; une tellement grande profondeur que "le meilleur ami du calcio" a plongé le premier, une fois de plus, sans réfléchir!
Un volontaire pour l'empêcher de se noyer? Il nous manquerait trop.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
C'est là tout le problème du foot italien, ses instances dirigeantes sont moyenâgeuses et refusent toute modernisation.

Quand Tavecchio a été élu, on savait tous que le meilleur choix était Albertini, mais non il a fallu que les vieilles branches placent leur homme de main à la tête du foot italien...

Tous ces hommes appartiennent à un football dépassé depuis plus de 10 ans, ils ne comprennent pas l'intérêt du marketing, l'intérêt d'avoir une bonne image à l'international, ils se recluent sur l'Italie et ne comprennent pas pourquoi le foot italien périclite.

Heureusement qu'il existe quelques hommes "modernes" en Italie, les Agnelli(juve), Tohir(Inter) et Palotta(Roma). Même au Milan Ac il y a des luttes internes entre Galliani et Barbara Berlusconi qui essaie de faire passer le Milan dans l'ère moderne. Elle est sur le point d'y parvenir, c'est bon signe.

Concernant Lotito et sa gestion de la Lazio, on peut quand même le féliciter, puisque lorsqu'il a repris le club, la Lazio allait faire faillite sous le poids d'une dette faramineuse. Aujourd'hui cette dette n'est plus qu'un mauvais souvenir et il a réussi à maintenir la Lazio à un bon niveau.
Message posté par Valentin Pauluzzi


Bonjour, non non l'Inter a longtemps hésité mais elle a bien soutenu la candidature de Beretta/Galliani/Lotito, et elle ne les a pas encore lâchés.


Autant pour moi, j'en étais resté à la composition du conseil de 2013 où ni la Juventus, ni la Roma, ni l'Inter ni la Fiorentina n'étaient représentées. Effectivement, le rejeton Moratti fait parti de la cuvée Tavecchio. Mea culpa.
« Qu'avons-nous obtenu, la Lazio et moi, grâce à cette situation ? »

Je me souviens, pour la Supercoupe en 2013 il me semble qu'il y avait eu un grand débat concernant le lieu du match car la Juve ne pouvait pas se déplacer en Chine en période de préparation. Le match c'était alors déroulé au Stadio Olimpico de Rome et la Lazio avait reçu un beau pactole contrairement à la Juve qui avait pourtant remporté le titre. Je pense que le rôle de Lotito a eu un impact important dans la répartition des droits tv et de la billetterie.
Note : 1
« On ne dérangera plus personne, mais vous verrez les bandits qui arriveront après nous »

"Nous sommes les guépards, les lions ; après nous viendront les chacals, les hyènes"
@Lothaire, tu tends le bâton pour te faire battre là. Lampedusa pour qualifier Moratti, c'est trop d'honneur.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
36 17