1. //
  2. // Bordeaux/Lille

LOSC, la guerre de trois

C'est en leader que Lille se déplace à Bordeaux ce soir. Au-delà de la force collective des Nordistes, le LOSC s'appuie surtout sur trois tridents exceptionnels.

0 0
Même si les Girondins récupèrent Alou Diarra et auront la chance d'évoluer devant leur public, Lille espère repartir de Chaban-Delmas avec une victoire. Un exploit compte tenu de leur passé en Gironde (sept victoires en quarante-cinq déplacements). Mais une simple mise à niveau si on se penche sur leur triple pouvoir d'attraction.

Défense : l'icone gay, l'ancien et le tocard

Adil Rami est passé en quelques années d'un poste de jardinier varois à la bombe du mois du magazine Têtu. « Apparemment, je plais » disait-il en apprenant la nouvelle il y à un an. Depuis, Adil s'est installé dans le onze de Laurent Blanc en équipe de France et appartient à la caste très prisée des joyaux défensifs de Ligue 1. Dur sur l'homme et doté d'une belle relance, Rami possède également une frappe de balle millésimée. Le Lillois est l'homme de base du système défensif et un des relais de Garcia sur le pré. En défense, Rami peut compter sur Aurélien Chedjou, une armoire à glace qui a su faire face à certaines critiques plutôt incisives de son entraîneur. Après une grossière erreur en Ligue Europa, le boss des Dogues s'était lâché sur son joueur. « Rudi Garcia m'a traité de tocard » s'était expliqué le Camerounais. Quoi qu'il en soit, son abattage et sa lecture du jeu font de l'Africain un élément indispensable de la réussite lilloise. Un succès qu'il convient également de mettre au crédit de Mickaël Landreau. Depuis qu'il a abandonné son traitement parisien au Valium, l'ancien Nantais a retrouvé des couleurs. Expérimenté et incisif, Micka s'est refait une santé dans la bourgade de Martine Aubry. Rudi Garcia sait qu'il tient un gardien capable de faire gagner un match. Et ça, ça vous change une équipe.

Milieu : le marin, le rasé et le gars du coin

On ne présente plus la triplette de Villeneuve d'Ascq. Assurément le milieu de terrain le plus homogène de France. Quand on peut se permettre d'aligner un trident Mavuba-Balmont-Cabaye, on peut bomber le torse. Rudi Garcia le sait et a bâti son système de jeu sur la complémentarité de ses trois demi-portions (1m70 de moyenne). Alors que Mavuba, né sur un bateau, et Balmont s'occupent à gratter puis bonifier la sonde, Cabaye s'occupe de marquer. Une activité lucrative qui a permis au natif de Tourcoing d'intégrer l'équipe de France après une dernière saison exceptionnelle (13 caramels en championnat). Pour autant, le numéro 7 n'est pas reparti sur les mêmes bases cette année (un seul but) mais tend a rattraper son retard. Néanmoins, Cabaye a gagné en maturité et semble tout à fait capable de prendre les commandes de l'équipe dans les moments chauds quand auparavant il avait tendance à se cacher ou à s'épuiser inutilement. Il ne faut pas oublier que le lascar n'a que 24 ans...

Attaque : le bijou, le buteur et le fraudeur

Eden Hazard, 19 ans, est une météorite. Vif, technique, virevoltant, déroutant, impressionnant, bandant. Oui, le Belge est un bijou en Ligue 1. Sûrement la plus belle caution technique du championnat. Le seul qui justifie de cracher 20 euros pour se caler un soir d'hiver en quart de virage d'un stade du siècle dernier. Quand on sait que l'ailier n'est pas spécialement contre l'idée de s'inscrire dans la durée avec son club, ça laisse rêveur. La semaine dernière, le Diable rouge a tordu la défense monégasque à lui tout seul. Mais là où la peur devient triple, c'est quand on associe le protégé de Rudi Garcia aux deux gâchettes africaines. Moussa Sow, le néo-lillois, a déjà dégainé neuf fois contre six à son pote Ivoirien Gervinho. A eux d'eux, ils ont marqué trois buts de moins que l'ensemble de l'effectif bordelais. Moins flambant que l'an dernier – surement dû à ses déboires juridiques liées à une peine de prison avec sursis pour diverses conduites sans permis – Gervinho n'en demeure pas moins une valeur sûre en dépit d'un délit capillaire permanent. Dribbleur fou et buteur convaincu, l'ancien Manceau combine à merveille avec son compère Sow. Vraiment, le coach Garcia a de quoi se palucher. Et nous avec. En gagnant à Bordeaux, Lille donnerait plus de poids aux récents propos d'Eden Hazard. En effet, le Belge voyait bien son équipe «  aller au bout » . Chiche ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0