En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Espagne-Israël

Lopetegui, jamais sans ses jeunes

Depuis son arrivée à la tête de l'Espagne, Julen Lopetegui ne cesse de rajeunir la Roja en y incorporant, au compte-gouttes, les joueurs avec qui il a remporté l'Euro Espoirs en 2013, en Israël. Des jeunes qui profitent de la présence de leur ancien mentor pour découvrir ou retrouver la sélection espagnole.

Modififié
Dès son arrivée à la tête de la sélection espagnole le 21 juillet 2016, Julen Lopetegui donne le ton en offrant une réelle cure de jouvence à la Roja. Ciao Iker Casillas, Juanfran et Cesc Fàbregas. Bienvenido Paco Alcácer, Marco Asensio et Sergi Roberto. Si depuis, les trois derniers cités, en raison d’un temps de jeu devenu assez faible, ne sont plus vraiment dans les petits papiers du sélectionneur, cette première liste avait marqué la transition entamée et souhaitée par l’ancien coach du FC Porto. Une transition step by step qui semble être arrivée à son paroxysme avec la présence dans le groupe qui affrontera l’Israël de huit joueurs qu’il connaît par cœur : De Gea, Illarramendi, Nacho, Koke, Thiago Alcántara, Morata, Carvajal et Isco.

La colonie de vacances en Israël


Ironie de l'histoire, c’est justement en Israël que Julen Lopetegui et ses huit chicos ont débuté leur histoire. Alors sélectionneur des équipes U19 à U21, l’ancien gardien de but du Rayo Vallecano part en juin 2013 avec son équipe espoir à la conquête du Championnat d’Europe du côté de Jérusalem. Aux commandes d’une génération dorée qu’il pilote à la perfection, Lopetegui et sa bande roulent sur les qualifications qu’ils termineront avec un bilan de sept victoires et un nul. Arrivée en Israël, la Rojita déroule son jeu à la perfection. Redoutables, les espoirs espagnols accrochent à leur tableau de chasse la Russie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège, puis l’Italie d'Immobile, Insigne et Verratti en finale (4-2).


Autant d’équipes qui n’ont pas su résister à la puissance offensive espagnole et de son attaquant Álvaro Morata qui terminera la compétition meilleur buteur avec quatre réalisations. Triple buteur et capitaine lors de la finale face à l’Italie, Thiago Alcántara étalait son bonheur au micro de la RAC1 : « C’était une fabuleuse expérience. Partager ce vestiaire et être chaque jour avec mes coéquipiers. J’étais comme un enfant. » Patriarche de cette bande de gamins, Julen Lopetegui n’avait alors que des bons points à distribuer au coup de sifflet final de l’Euro : « Cela a été un grand tournoi. Nous devons continuer dans cette voie. Les joueurs ont compris que le talent sans un groupe soudé ne sert pas à grand-chose. Quand Del Bosque choisira ses joueurs, il saura qu’ici, il y en a qui peuvent l’aider. Il y a une génération magnifique. »

Les jeunes prennent le pouvoir


Pas vraiment décidé à dégager ses cadres qui dominent le monde depuis six ans, Vicente del Bosque n’écoutera qu’à moitié les recommandations de son compatriote en amenant au Brésil seulement deux joueurs vainqueurs de l’Euro Espoirs 2013 : David de Gea et Koke. Deux ans plus tard, en France, après l’échec du Mondial brésilien, Vincent du Bois ajoutera à sa sélection Marc Bartra, Thiago Alcántara et Álvaro Morata. Présents à cinq dans l’effectif, les anciens espoirs s’intègrent petit à petit au sein d’une équipe où seuls De Gea et Morata semblent avoir gagné leurs galons de titulaire. Mais ça, c’était avant Julen Lopetegui.


À la manière de José Mourinho qui a toujours un Ricardo Carvalho sous le coude, ou de Rudi Garcia qui ne reste jamais bien loin de son Gervinho, Lopetegui, lui, compte parmi ses fidèles ses anciens gamins dont il a eu la responsabilité. Meilleur exemple de cet attachement à cette génération dorée, l’arrivée dans le groupe d’un petit nouveau en sélection, Asier Illarramendi, dont Lopetegui apprécie la renaissance du côté de la Real Sociedad. Le baptême en équipe nationale n’a pas pour autant impressionné l’ancien milieu du Real Madrid, qui a avoué son bonheur de retrouver ses potes : « C’est une satisfaction pour moi d’être ici. J’ai retrouvé Julen Lopetegui et les anciens U21 avec qui j’ai vécu une très belle expérience. » Prochaine étape pour Lopetegui, ramener en sélection la génération 93, avec qui il remporta l’Euro U19 en 2012. Kepa Arrizabalaga et Gerard Deulofeu ne seront bientôt plus seuls.

Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15