Loïc Rémy facile

Auteur d’un excellent début de saison avec l’OM, Loïc Rémy a passé un cap. Plus décisif, plus serein et moins introverti, l’attaquant de 24 ans réalise le meilleur début de saison de sa carrière. Idéal à quelques mois d’un Euro auquel il compte bien se rendre.

Modififié
3 9
La linguistique est pleine de surprises. Les quelques 200 kilomètres qui séparent Marseille de Nice semblent toujours, deux jours après la victoire de l’OM sur le GYM (2-0), bouleverser les lois de la sémantique. Quand sur la promenade des Anglais, Panenka rime avec pied de nez, sur la Canebière, elle rime avec confiance. Au fond, une seule chose est sûre, c’est que le cinquantième but de Loïc Rémy en Ligue 1 n’a laissé personne indifférent. Et si Éric Roy n’a rien trouvé de mieux à faire que de parler du geste technique de son ancien joueur en zone mixte du Vélodrome, c’est peut-être parce que frapper dans l’ombre d’un joueur est moins douloureux que de taper dans la barre transversale. Sauf que l’entraîneur niçois a mal choisi son homme. L’attaquant de 24 ans, auteur de six buts cette saison, dont le plus rapide de l’exercice, après dix-neuf secondes de jeu, est l’homme fort de l’OM. Meilleur partout, sur, comme en dehors du terrain, Rémy justifie enfin les espérances que beaucoup ont placées en lui. De Didier Deschamps à Laurent Blanc.

Employé du mois

Sa ganache dans le cadre réservé à l’employé du mois, Loïc Rémy a mis du temps à l’installer. Recruté à l’arrache, le 24 août 2010, l’ancien Lyonnais, c’est 15,5 millions d’euros, une malformation cardiaque et une saga de fin d’été inespérée pour la presse locale. Quelques examens plus tard, Rémy balaye d’un revers de main les fantômes de Steve Savidan et Lilian Thuram. Bon parmi les bons la saison dernière, lors de laquelle, après une période d’adaptation logique, il fini par marquer 17 buts, l’ancien Niçois se retrouve aujourd’hui dans une drôle de situation. Depuis le début de saison, du côté de la Commanderie, Loïc est seul bon parmi les mauvais.

En confiance depuis les matches de préparation, où déjà, il semblait courir plus vite et plus longtemps que ses adversaires, Rémy est, pendant les deux premiers mois de l’année, le seul VRP potable que l’OM peut envoyer face aux journalistes, sans trop transformer la salle de presse en fosse aux lions. A défaut d’avoir une raie sur le côté, Loïc a viré ses saletés de tresses, et face à l’adversité, l’employé de l’année met ses performances individuelles de côté, et se la joue corporate. L’équipe va mal, mais Loïc pousse toujours dans le bon sens. Il préfère PES, mais l’OM est sous contrat avec EA Games, alors va pour Fifa.

Rémy dépendance ?

Sur le front médiatique comme sur le front de l’attaque, Rémy défend son club et mouille le maillot, en évitant toujours la polémique. Aujourd’hui, si l’étoile au-dessus du blason se redore journée après journée, c’est en grande partie grâce à lui. Ce rôle de communiquant, il a appris à l’apprécier. Aujourd’hui encore, alors que tout rentre dans l’ordre, petit à petit, c’est lui que l’on entend le plus avec Steve Mandanda. « Les visages sont détendus » par ci, « on reprend du plaisir » par là, Rémy se fait l’ambassadeur d’une équipe qui va mieux mais qui commence à être dépendante. Il y a un peu plus d’un mois, avant la rencontre face à Dortmund, le staff médical de l’OM se faisait des cheveux blancs. Légèrement blessé, Rémy est préservé toute la semaine et score quand même. Auteur de six buts en championnat cette saison, il commence à faire oublier Mamadou Niang à tous, sauf peut-être à Lucho.

En tout cas, s’il y en a un à qui le changement tactique, du 4-3-3 au 4-4-2 sied à merveille, c’est bien lui. « Depuis qu’on est en 4-4-2 les occasions sont là, on gagne des matches. Le coach qui décide. Nous sommes là pour appliquer les systèmes qu’il met en place. Ce système permet de mieux nous exprimer devant, que ce soit Jordan qui aime bien fixer les défenseurs et moi la profondeur. On reprend vraiment du plaisir à retrouver ce visage qu’on avait perdu ces derniers temps » avouait-il, dans une interview accordée au site officiel de l’OM. Depuis son arrivée à l’OM, Rémy, c’est 24 buts en 44 matches, et une influence grandissante, comme sa confiance. Une confiance qu’il arbore autant sous le maillot de l’OM que sous le maillot bleu.

Objectif Euro

Sa virginité en équipe nationale, Loïc Rémy l’a offerte à Raymond Domenech. Une première fois ratée, un mauvais coup, comme souvent, que Ray Strange a tiré un soir de juin 2009, face au Nigeria. Un peu plus d’un an plus tard, Loïc trouve l’amour, le vrai, comme beaucoup d’autres, avec Laurent Blanc. Le 9 octobre 2010, pour sa quatrième sélection, le Marseillais score son premier but en bleu, un but crucial qui permet à l’équipe de France de dominer la Roumanie 2-0. A nouveau buteur face à l’Albanie (3-0) et au Chili (1-1), cet attaquant au profil atypique dans l’Hexagone enchaîne les bonnes prestations en bleu, même quand Blanc ne lui offre que quelques minutes de plaisir. De quoi nourrir des ambitions logiques à quelques mois de l’Euro : « Je ne grille pas les étapes. En sélection, il y a des attaquants en pleine bourre actuellement. Je vais continuer à travailler pour me faire une place et je mettrai tout en œuvre pour être à l’Euro cet été » . Sur la signification du mot ambition, la sémantique est très claire. A Marseille comme à Nice. Sur l’idée de légitimité également.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un peu dithyrambique comme article je trouve! Et vous avez oublié André Ayew, non? Lui aussi c'est un taulier cette saison! Quant à Rémy, en bleu, il a alterné le bon et le moins bon, mais c'est vrai que son début de saison est plutôt encourageant, mais toujours pas de but en C1!
Pas de buts en C1 ? et contre Dortmund tu dormais mon ami ? :)
Tenez, quand vous le croiserez (Loïc), posez-lui, si ça vous plaît (ou pas), la question de l'attitude à avoir quand on évolue dans un club qu'on dit détester !

Ceci ira certainement droit au cœur des Marseillais.
ToreAndreFlo Niveau : District
On pouvait encore creer des profils Skyrock il y a trois ans?

Le lien est un beau cadeau en tous cas
il a une attitude nickel et il plante alors ton profil/fake on s'en branle.

on peut évoluer dans un club et le détester, demande à ta femme à qui elle pense quand tu te l'envoie.
@bakarocco : pourquoi ? La tienne ne pense pas à toi quand tu te l'envoies ?
D'un cas, une généralité.

ps : je suis céliba.
d'accord avec momobarca, on parle de Loic Rémy, probablement un bon attaquant français, mais certainement pas un crack, ni même un super joueur. Marlet power
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 9