En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Loïc Perrin : « Tant que l'offre n'est pas sur la table... »

À bientôt 30 ans, Loïc Perrin s'apprête à connaître sa 12e saison de Ligue 1 sous le maillot de l'AS Saint-Étienne. À l'aube d'une saison qui commencera le 30 juillet avec un match de Ligue Europa, le défenseur revient sur la préparation des Verts, l'approche hivernale d'Arsenal et ses envies d'équipe de France.

Modififié
Comment se passe la préparation pour le moment à Saint-Étienne ?
C'est toujours une période avec des entraînements intensifs, mais il faut passer par là. En plus, la chaleur s'est ajoutée à tout cela. Le rythme d'entraînement est variable. Là, avec des matchs amicaux assez rapprochés, on a une semaine assez dense avec trois rencontres. Mais on va commencer à faire de la récupération entre ces matchs.

L'an passé, le club a terminé à une bonne 5e place. Quels objectifs a fixés le coach pour cette saison ? La lutte pour le podium ?
Pour l'instant, rien n'a été défini, mais, forcément, on veut faire aussi bien, voire mieux que l'année dernière, en sachant que c'est de plus en plus compliqué. On aimerait aussi aller plus loin dans les coupes et notamment en Ligue Europa, ça c'est un objectif. Les trois places du podium donnent envie, depuis deux ou trois ans. On n'est pas loin mine de rien, même si on sait que c'est compliqué, car il y a de grosses écuries devant. Mais, à chaque fois, ce n'est pas passé loin, donc pourquoi pas.

Il y a la Ligue Europa qui arrive vite, le 30 juillet vous serez sur le pont pour le 3e tour de qualification. Cela complique un peu la préparation ?
La préparation est un peu plus courte - on a eu de longues vacances, mais elles étaient nécessaires -, mais on sera prêts. La préparation est faite par rapport à ce premier match de Ligue Europa. Cela va arriver vite, mais il vaut mieux jouer ce type de rencontres que des matchs amicaux, c'est plus sympa, avec un vrai objectif, celui de passer en poules. Ce sont des matchs à élimination directe, il faut rentrer rapidement dans la compétition.

Christophe Galtier a dit vouloir faire mieux sur la scène européenne. Pour toi, cela ressemble à quoi, un bon parcours européen des Verts ?
Il faut au moins passer les poules. L'année dernière, quand on voit le résultat, on est tombés contre le finaliste (Dniepropetrovsk, ndlr) et l'Inter Milan, qui n'est pas un club comme les autres. Ce n'est pas évident, car il y a de belles équipes dans cette compétition. Il y a deux ans, c'est sûr que ce n'était pas satisfaisant, car on n'avait même pas atteint les poules. L'année dernière, c'était un peu mieux. Cette saison, ce sera bien si on sort des poules.

Ces matchs européens font grandir le club plus vite ?
Bien sûr, c'est un autre niveau. Quand on joue contre des équipes habituées à ce niveau-là, cela compte. À force d'y participer, cela nous fait grandir. Mais Saint-Étienne a une culture européenne. Quand on regarde les matchs de Coupe d'Europe dans d'autres stades, c'est un peu vide et triste. Nous, à Saint-Étienne, si on joue un match de Coupe d'Europe en semaine, le stade est plein. La Coupe d'Europe ici a une saveur particulière.

En janvier dernier, on avait parlé d'un intérêt d'Arsenal. On imagine, sans faire injure à Saint-Étienne, que cela aurait été un aboutissement de signer là-bas ?

On ne peut pas comparer les deux clubs. Vouloir aller à Arsenal, ce n'est pas faire injure à Saint-Étienne. Au contraire, un club comme celui-là ne se refuse pas, toutes les conditions y sont réunies. Cela ne s'est pas fait pour diverses raisons, mais un club comme celui-là permet de franchir un palier. Ce n'est pas partir pour partir, mais découvrir un autre niveau, c'est valorisant pour Saint-Étienne.

Cet été, tu es ouvert à une opportunité de départ ?
(Il réfléchit) Il ne faut jamais dire jamais, mais pour le moment, il n'y a eu aucune approche, donc je ne me pose pas la question. Il faut se la poser si quelqu'un s'intéresse à vous. Tant que l'offre n'est pas sur la table...

Il y a un an, vous étiez dans la liste des réservistes pour le Mondial 2014. L'équipe de France reste un objectif avec l'Euro en fin de saison ?

Je suis là au cas où. Je sais que je ne fais pas partie du groupe, mais si, malheureusement pour certains, il y a des blessés, je suis disponible. Je pense que le staff de l'équipe de France continue de suivre mes performances. Je suis là, mais je n'en fais pas une obsession parce qu'au départ, ce n'était pas forcément un objectif. Mais si cela arrivait, ce serait une belle surprise. Le fait d'être dans les réservistes, cela m'a fait prendre conscience que ce n'était pas si loin même s'il y a d'autres joueurs devant moi. C'est un peu toujours la même chose : il faut que je figure bien avec Saint-Étienne en championnat et en Ligue Europa, ça peut aider. Cela ne fera pas tout, mais si on est en haut du classement avec Saint-Étienne et qu'on va loin en Ligue Europa, le sélectionneur fera un petit peu plus attention aux joueurs de Saint-Étienne. Quand on regarde les joueurs sélectionnés, la plupart sont dans de grands clubs qui jouent régulièrement la Ligue des champions.


Propos recueillis Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 41 minutes Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 1
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom