1. //
  2. // Tous championnats
  3. // Supporters

Loi pour les supporters signée par 22 parlementaires

Modififié
16 2
Si la question des supporters n'avance pas du tout auprès des instances du football qui refusent de discuter avec les associations de supporters, elle pourrait en revanche faire un bond en avant grâce à la voie législative, et au soutien de plusieurs députés et sénateurs soucieux d'un retour du dialogue.

22 parlementaires de diverses sensibilités politiques (du PS à l'UMP, en passant par le PCF, EELV, l'UDI ou encore Debout la France) se sont en effet engagés à soutenir une proposition de loi visant à assurer la représentativité des associations de supporters au sein des instances nationale du football et des clubs. « Le football n'est pas l'affaire de quelques-uns, mais l'affaire de tous, déclarent-ils dans une tribune commune rendue publique ce lundi. Sport populaire, le football ne peut en aucun cas être considéré comme un élément hors-sol, mais doit au contraire rester connecté aux réalités économiques et sociales des territoires. Il doit donc entretenir le lien avec ceux qui l'aiment. »

Cette proposition de loi, élaborée sous l'impulsion du CNSF et présentée dans un premier temps lors des assises du supporterisme organisées au Sénat en février dernier, devrait imposer par la loi ce que les instances refusent de mettre en place et qui est, pourtant, déjà à l'œuvre dans la plupart des pays européens. « Cette proposition vise à imposer une représentation des supporters dans les instances nationales du football qui, rappelons-le, agissent dans le cadre d'une délégation de service public. Par ailleurs, nous souhaitons qu'un conseil des supporters, composé de membres élus et engagés contre toute forme de violence et de discrimination, soit constitué au sein de chaque club professionnel afin de garantir à la fois l'intérêt des supporters et l'intérêt général des clubs. »

Pour s'assurer d'un soutien le plus large possible, François de Rugy, député EELV, et Florian le Teuff, président du CNSF, avaient déjà rencontré Thierry Braillard, le 10 avril dernier, afin de sonder le secrétaire d'État aux sports sur leur initiative. Celui-ci s'était déclaré « favorable à la prévention et au dialogue » laissant au ministère de l'Intérieur le soin de faire respecter l'ordre public.

Dans leur tribune, les parlementaires rejoignent cette position et vont même plus loin : « La nécessaire politique de fermeté et de répression contre chaque comportement répréhensible ne peut s'avérer efficace que si elle est associée à une non moins nécessaire politique de médiation » . Dont acte.

AC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
16 2