1. // Top 100
  2. // Entraîneurs
  3. // 5e place
  4. // Valeri Lobanovski

Lobanovski acrobatique

Vendredi 2 mai 1986, Lyon. Une tornade blanche irradie littéralement le stade Gerland. Le Dynamo Kiev atomise l'Atlético Madrid 3-0 en finale de la Coupe des vainqueurs de coupes. Une démonstration hallucinante. Aux manettes : Valeri Lobanovski.

Modififié
28 46
Vu du ciel, le schéma tactique n'a rien d'extra. Un simple 4-4-2 avec milieu en losange : Yakovenko devant la défense, Yaremchouk à droite, Vasili Rats à gauche et Zavarov derrière Belanov et Blokhine... Luis Aragonés, alors entraîneur de l'Atlético, se souvient d'ailleurs qu'il les avait «  à peine supervisés, ils ne nous impressionnaient pas » . Sauf que le Dynamo est animé du mouvement perpétuel qui dépasse les lois de la physique. Un typhon centrifugeur qui passe l'adversaire à la moulinette. La « dynamique » s'enclenche surtout côté gauche avec les montées de la flèche Demyanenko, défenseur latéral qui pistonne attaque/défense avec Vasili super-Rats. Devant, Belanov et Blokhine prennent la profondeur en permutant comme Castor et Pollux. Le reste est de la même tuerie : les voltigeurs Baltacha et Yakovenko peuvent monter, créer le surnombre. En Guardiola avant l'heure, Yakovenko, détonateur de la dynamo, varie le jeu court ou long vers les fusées Rats, Belanov, Blokhine. En n°10, le surdoué Zavarov tisse les connections à sa fantaisie. Côté droit, Yaremchouk reste plus en soutien défensif avec, derrière, le latéral Bessonov et le stoppeur Kuznetsov.

Les bécanes tournent à cent à l'heure ! La preuve : le deuxième but d'anthologie marqué à la 85e à la suite d'un des plus beaux mouvements collectifs depuis Alexandre le Grand. Un chef-d'œuvre venu du côté gauche (comme pour le premier but à la suite d'un raid létal de Demyanenko). Rats enrhume deux Matelassiers sur 40 mètres le long de la touche. À 30 mètres des buts de Fillol, inspiration vers l'infini : il décale à droite pour Belanov, qui passe le relais dans l'axe pour Evtouchenko, qui transmet pour Blokhine, ailier droit en bout d'action qui lobe Fillol sorti aux 16 mètres… Accélération de particules, réaction en chaîne et explosion finale ! Gerland encore médusé zappe le 3-0 d'Evtouchenko à la 88e : trois buts (et dix occases !), c'est en moyenne le tarif infligé à chaque match de C2 cette saison par les « turbo dynamiques » .

Youtube

Youtube

Ancien attaquant du Dynamo lui-même puis son coach depuis 1973, Lobanovski est l'âme du club. Un génie et un chieur. Éternel dissident du système soviétique, entraîneur sans aucun diplôme sportif, mais ingénieur en thermotechnique. Sélectionneur de l'URSS en 1976, il n'est que médaille de bronze aux JO de Montréal. Un affront pour le PC russe qui le limoge illico avec interdiction à vie de coacher des sélections nationales... Finalement rappelé par la fédé en 1982 pour driver la sélection, le PC lui interdit encore en 1983 d'exercer les fonctions de sélectionneur, suite à l'élimination de l'Euro 84. Pas grave, il le sera à nouveau en 1986-90, en plus d'être coach du Dynamo ! Citant parfois Marx et Lénine comme sources d'inspiration de son organisation tactique, « Loba » n'en reste pas moins un pragmatique : « Il n'existe pas de conception socialiste pour marquer des buts. » Loba préférera plutôt développer une approche scientifique du football, avec des méthodes révolutionnaires. Dingue d'informatique, il commande un ordinateur dès les années 70. Dans l'URSS parano de la guerre froide, pareille initiative alerte aussitôt le KGB, mais grâce à ses potes de l'armée (Lobanovski a le grade de colonel), il obtiendra quand même la machine, très rudimentaire. Il crée alors ses programmes et suit par courbes graphiques l'évolution de ses joueurs, en plus des tests physiologiques et psychologiques destinés à maximiser leur potentiel… Match après match, une équipe de statisticiens collecte méticuleusement les données individuelles de chaque joueur dans les moindres détails : distances parcourues, parties du terrain couvertes, nombre de ballons perdus ! Lobanovski établit ainsi qu'une équipe qui ne commet qu'un ratio de 15 à 18 % d'erreurs ne peut pas perdre…

« Il n'existe pas de buteur, de milieu ou de défenseur »


Heureusement, « l'ingénieur » n'est pas qu'un savant fou adepte de football robotique. S'il conçoit des schémas de jeu hyper éprouvants sans cesse répétés à l'entraînement, il exige aussi technique et imagination pour atteindre son idéal : « L'improvisation est le niveau suprême de l'organisation  » , dit-il. Car au-delà du système, « c'est aussi l'individualité du joueur qui fait la différence  » . Inspiré lui aussi du football total, Lobanovski prône la polyvalence : « Je ne raisonne pas en termes de postes spécifiques, je n'apprécie pas ce genre de joueurs. Pour moi, il n'existe pas de buteur, de milieu ou de défenseur. Il n'y a que des footballeurs, qui doivent être capables de savoir tout faire sur un terrain. » À Gerland, la cohésion est télépathique. Les joueurs se trouvent les yeux fermés. Avant le match, déjà, l'échauffement particulier des Ukrainiens interpelle. Ils récitent l'un des exercices favoris du Maître : un 5 contre 5 sur une moitié de terrain, sans buts. Juste faire tourner la chique sans la perdre, à une touche de balle maxi et en se déplaçant rapidement sur toute la surface impartie, sous les yeux médusés des Madrilènes.

Car le vieux renard ukrainien use aussi de sa roublardise légendaire pour bluffer ses adversaires, comme en témoigne Pavel Yakovenko : « Nous étions en stage en Italie et Silvio Berlusconi était venu avec son équipe TV pour filmer notre entraînement. J'étais en convalescence après une blessure et je n'étais donc pas dans le groupe. Mais voilà Loba qui me demande de courir autour de la pelouse, sur une piste, à vitesse maxi. Je fonce comme un fou. Les Italiens filment. Une demi-heure plus tard, Berlusconi pose la question : « Alors, ce mec qui fait des tours à la vitesse d'un missile autour du terrain, c'est quoi ? » Réponse de Loba : « Oh! Ce n'est qu'un blessé  » » . Et Valeri, lui, est mort le 13 mai 2002 des conséquences d'un accident vasculaire cérébral. Mais pour beaucoup, il court encore.

Youtube

À lire : La suite du top 100 des entraîneurs

Par Chérif Ghemmour (extraits du So Foot numéro 57)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

MYSTIKALITO Niveau : CFA2
c'est pas un peu fort de mettre 5ème un mec qui n'a gagné "que" la coupe européenne en bois ? (certes deux fois mais en 75....) On ne parle même pas de ses trophées en championnat russe... ni même de sa troisième place aux JO de 76 (jouer contre l'iran, le canada et la corée du nord, ca te définit pas le niveau réel d'une équipe ou d'un entraineur lol)

je comprends pas bien pourquoi ce mec est devant herrera ou cruyff...
Tête de b*te prend tout son sens avec ce mec
Theanalyseur Niveau : Loisir
Vague de "C'est qui ?", "Pas à sa place", "So foot culés" et de "Mourinho devant wesh" dans 3-2-1... :
Dr Peter Venkman Niveau : CFA2
Je ne connaissais que très peu cet entraîneur.
Le classement se base sur le coté novateur avec des statistiques faites sur un PC de la taille d'un frigo et le parcours atypique du mec, le jeu du je t'aime moi non plus avec la sélection ( par exemple ).
Dr Peter Venkman Niveau : CFA2
Réponse à MYSTIKALITO, désolé
georgesleserpent Niveau : Loisir
Je trouve que ce qu'il a fait est quand même assez beau, il a reussi à faire d'une équipe de joueur moyens une grande équipe, c'est pas à la portée de tout le monde, ça en plus du coté novateur et en avance sur son temps, sa 5ème place peut être considérée comme justifiée, ça fait aussi partie des critères sofoot.
Je connaissais pas cet entraineur, à lire la description, je comprends pourquoi il est dans le top, mais la 5ème place me parait quand même exagéré.
Je dois confesser mon inculture totale concernant cet entraineur, par contre regardez le résumé du match kiev-madrid, ça tricote!
MYSTIKALITO Niveau : CFA2
Message posté par Dr Peter Venkman
Je ne connaissais que très peu cet entraîneur.
Le classement se base sur le coté novateur avec des statistiques faites sur un PC de la taille d'un frigo et le parcours atypique du mec, le jeu du je t'aime moi non plus avec la sélection ( par exemple ).


du coup le mec qui fait les classements chez sofoot a du adorer le film "le stratège"... :)

c'est hard devant cruyff et herrera quand meme :)
un des mes premiers souvenirs footbalistiques. j'avais 9 ans dans ce stade rempli de supporters de l'équipe espagnole. forcément par esprit de contradiction, j'étais pour le club adverse. mais ils jouaient vraiment à une vitesse incroyable et avec une implication collective formidable.
dans une autre époque au niveau politique, oleg blokhine aurait sans doute été un vrai monstre du football.
Peu de match m'ont fait aussi forte impression que la finale de 86 à Gerland.
C'était du football total.
Hallucinant.
Sacchi en a ensuite extrait la moelle pour y greffer la puissance et la rigueur.
Avec succès.
Sacchi premier ?
Il n'y a pas d'autres possibilités.
Travis Bickle Niveau : Ligue 1
Le père spirituel d'un Benitez, pour l'amour des chiffres, et lorsque celui-ci épatait encore la galerie [L'pool].
Le cousin de Michels pour la philosophie sur le terrain.
Un bonhomme qui aura coaché les mecs ci-dessus [deux BO, quand même] et la paire Chevtchenko-Rebrov mérite quand même les honneurs.

Et puis, la place d'un entraineur dans l'Histoire du Jeu doit-elle se mesurer exclusivement à l'aune d'un palmarès ?
Spartakist Niveau : CFA2
Immense entraîneur et je ne parle pas que de son volume. Premièrement dans sa jeunesse, c'était un ailier de folie, réellement sous coté. Ensuite comme entraîneur, il a gagné deux C2, il a emmené l'Union Soviétique en finale de l'Euro 88, et il a emmené le Dynamo Kiev en demi-finale de C1 en 98-99. Sans parler des titres nationaux qui malheureusement pour beaucoup ici ne valent rien.

Il faut savoir qu'en URSS, les équipes non-russes étaient fortement discriminées ce qui donne encore plus de saveur à tout son palmarès. Et pour finir, il fait partie des rares entraîneurs (Michels, Cruyff, Guardiola, etc..) à avoir transmis une philosophie de jeu à ses joueurs. Pour lui gagner ne suffisait pas, il fallait y mettre les formes. Ce mec était un précurseur. Il avait une approche scientifique du foot, très moderne. Il ne laissait absolument rien au hasard. Et niveau sévérité, à côté de lui Magath c'est un hippie.

Faut pas de méprendre, c'était un grand monsieur du foot...
Spartakist Niveau : CFA2
"Se" méprendre, bien-sûr...
benbecker
Finale de C2 à Lyon:
Pas tous les jours que "cette grande ville de foot" peut associer son nom à une finale Européenne.

Tu l'as eu Hole Ass ta finale de coupe d'Europe!!
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
Le gros débile* qui dévie sur Aulas..
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
mythique! le mec, 100 000 personnes a ses obsèques, l'ame de l'Ukraine. le dissident intérieur que tu peux jamais virer.dommage pour lui qu'il soit tombé sur un improbable trident van basten gullit rijkaard en 88.
georgesleserpent Niveau : Loisir
C'est vrai que ce qui est impressionnant avec ce mec c'est qu'il a traversé les époques, on a l'impression que tous les coups d'éclats du foot Salves des 20 dernières années sont liés à lui : le dinamo des années 85, l'urss de 88, le dinamo de 96... c'est quand même assez impressionnant je trouve et ça me dérange absolument pas de le voir aussi haut dans le classement
benbecker
Message posté par MYSTIKALITO
c'est pas un peu fort de mettre 5ème un mec qui n'a gagné "que" la coupe européenne en bois ? (certes deux fois mais en 75....) On ne parle même pas de ses trophées en championnat russe... ni même de sa troisième place aux JO de 76 (jouer contre l'iran, le canada et la corée du nord, ca te définit pas le niveau réel d'une équipe ou d'un entraineur lol)

je comprends pas bien pourquoi ce mec est devant herrera ou cruyff...


Comprends pas que CRUYFF ne soit pas N°1!!!!!
benbecker
Message posté par Sochaux Stern des Ostens
Le gros débile* qui dévie sur Aulas..


C'est débile , je reconnais. Mais ce con* me sort tellement par les trous de nez que dès que je pourrai lui en coller une, je le ferai.
Pas demain la veille que Lyon sera associé de près ou de loin à une finale européenne.

Oups! vraiment plus fort que moi
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
28 46