Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Quarts
  3. // France-Islande

Lloris sait-il bien relancer ?

Habitué aux relances à la main du côté de Tottenham, Hugo Lloris semble avoir plus de difficultés à trouver ses coéquipiers de ses dix doigts en équipe de France. Le gardien des Bleus doit alors se résoudre à botter loin devant au pied, pour un résultat pas toujours tip-top. Décryptage avec deux spécialistes du poste.

Modififié
Depuis le début de la compétition, Hugo Lloris, à l'inverse de pas mal de ses coéquipiers en équipe de France, n'a pas eu à souffrir de trop de critiques et c'est tant mieux. Deux buts encaissés en quatre rencontres (deux penaltys, qui plus est), quelques sauvetages de grande classe quand sa défense était au bistrot et des sorties aériennes soignées, cap'tain Hugo répond présent. Oui, mais il y a un mais. Contre l'Irlande, notamment en première période, et alors que son équipe semblait quelque peu paumée sur le terrain face à des rouquins décomplexés, le portier de Tottenham a, à plusieurs reprises, montré quelques signes d'agacement au moment de relancer le ballon à la main. Au point de devoir souvent se résoudre à botter loin au pied, et pas toujours très bien, pour le plus grand plaisir d'une défense adverse qui n'en demandait pas tant. Alors, Hugo aurait-il un souci avec sa relance ?

La faute des pelouses


« Un gardien n'est pas tout le temps tenu de relancer proprement, il faut aussi faire en fonction des conditions. » Lionel Letizi
Pour Lionel Letizi, actuel entraîneur des gardiens de l'OGC Nice, ce souci dans la relance s'explique d'abord par l'état pitoyable des pelouses rencontrées par les Français, à Marseille d'abord, à Lille ensuite : « On a pu voir qu'il ne prenait pas de risques sur les ballons difficiles avec des rebonds. Ça, c'est ce qu'il faut faire, c'est la bonne attitude, ça ne sert à rien de prendre des risques inutiles. Quand on est gardien de but, on n'est pas tout le temps tenu de relancer proprement, il faut aussi faire en fonction des conditions. » Sur les pelouses toute pétées, OK. Mais à Lyon ?


Difficile ici de critiquer le nouveau joujou de Jean-Michel Aulas et sa pelouse en parfait état. « Contre l'Irlande, c'est vrai qu'ils ont un peu abusé des longs ballons sur les défenseurs centraux, notamment en première mi-temps. Alors est-ce que c'était un choix tactique du coach ? On ne peut pas le savoir. » Bruno Valencony, ancien gardien mythique du Gym dans les années 90, qui a connu Hugo lors de ses débuts en pro dans le Sud, émet la même hypothèse. « Vu que chaque match est différent, il n'est pas à exclure que cela vienne d'une décision tactique de Didier Deschamps qui s'adapte en fonction de l'adversaire.  »

« Simplement une question de disponibilité »


Un choix tactique de DD, pourquoi pas. Mais le problème ne vient-il pas non plus d'un manque de disponibilité ou d'attention de la part des joueurs qui entourent le gendre idéal, les défenseurs notamment ? Letizi vient porter secours à la défense :
« Pour relancer rapidement à la main, il faut avoir au moins 2-3 solutions afin de choisir la meilleure. Mais pour ça, il faut des joueurs qui veulent le ballon. » Lionel Letizi
« Ce n'est pas qu'un problème de défenseurs. Cela vient aussi des milieux ou des attaquants. Quand un gardien récupère un ballon rapidement à la main, sur une interception en profondeur ou sur un ballon aérien, les défenseurs passent d'une phase de défense pure et ne vont pas systématiquement se projeter de suite vers l'attaque. Donc ils ne sont pas trop à mettre en cause. En revanche, ceux qui peuvent offrir des solutions au gardien, ce sont les milieux et les attaquants qui, eux, sont un peu moins concernés par les tâches défensives. Et pour relancer rapidement à la main, il faut avoir au moins 2-3 solutions afin de choisir la meilleure. Mais pour ça, il faut des joueurs qui veulent le ballon. Si les gars se cachent un peu, ça devient tout de suite très compliqué... On ne va pas forcer une relance si le joueur n'est pas forcément demandeur. »


Pour l'homme aux cheveux dans le vent, les soucis d'Hugo à la relance ne sont effectivement pas de son fait : « Pour effectuer ces relances rapides, il faut que, de suite, sa défense et son milieu bascule du mode défensif en mode offensif en un quart de seconde. Il faut que le défenseur, qui était au marquage, passe très vite à un mode offensif et c'est peut-être ça qui manque à ses partenaires. » Il n'empêche, certaines relances au pied de Saint Hugo ont parfois ressemblé à un retour à l'envoyeur avec une perte de balle à la clé pour les Bleus.

« Les années passant, avec l'expérience et la confiance qu'il a emmagasinées, il a maintenant une relance de volée très précise. » Bruno Valencony
Pour l'actuel et l'ancien Niçois, il ne faut pas en faire des caisses : Lloris a le pied beau et il l'a prouvé tout au long de sa carrière. « Déjà à Lyon, il avait fait d'énormes progrès et là, les années passant, avec l'expérience et la confiance qu'il a emmagasinées, il a maintenant une relance de volée très précise » , tempère Valencony. Même refrain du côté de l'ancien gardien du PSG : « Au pied, il a une très bonne relance. Elle est précise, longue, que ce soit en volée ou en demi-volée. Et à la main, c'est pareil, mais on le voit moins parce qu'il n'y a pas d'appels tranchants de la part de ses coéquipiers. À Tottenham, il y a beaucoup de mouvements autour d'Hugo, ce qui lui permet très souvent de repartir de derrière. Il peut aussi trouver des joueurs à 35-40 mètres le long de la touche, que ce soit au pied ou à la main. C'est simplement une question de disponibilité. »

Par Aymeric Le Gall Tous propos recueillis par ALG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


il y a 6 minutes Rooney à la Maison-Blanche 1
Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 87
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE