1. // Euro 2012
  2. // Groupe D
  3. // France/Angleterre

Lloris, Hugo boss

L’équipe de France s’avance au pied de l’Euro avec un capitaine nommé Hugo Lloris qui, de loin, ressemble trop à un choix par défaut pour être un vrai bon choix. Sauf qu’en s’équipant d’une loupe, l’idée est loin d’être aussi vide de sens que ça.

Modififié
182 15
Comme pour tout président, les intentions d’hier deviennent les reniements d’aujourd’hui. Laurent Blanc n’échappe pas à cette règle. Même si, en l’occurrence, personne n’aurait envie de lui faire le procès d’avoir finalement opté pour Hugo Lloris comme capitaine de l’équipe de France, après avoir expliqué dans tous les sens que, pour lui, le porteur du brassard devait davantage être un joueur de champ plutôt qu’un gardien coincé géographiquement dans ses propres cages. Non, personne ne songerait vraiment à dénoncer cette volte-face du sélectionneur, car, la vérité, c’est qu’aucun joueur ne s'est réellement imposé comme une évidence et, plus que le cas du portier lyonnais, c’est cet élément qui nous interpelle. Et, pourquoi ne pas le dire, nous inquiète même. Car ce capitanat donné à l’ancien Niçois dit surtout quelque chose du reste du groupe où l’absence de leadership figure une empreinte de faiblesse.

Le favori s’appelait bien Éric Abidal, mais quelques vilaines tâches sur son foie ont mis le Barcelonais sur le flanc, et il se murmure que, de toute façon, le latéral gauche blaugrana n’aurait pas été chaud-bouillant à l’idée d’être le fer de lance de la sélection, après avoir contribué à la planter, il y a deux ans, du côté de Knysna, où le brave « Abi » aurait eu un rôle essentiel dans la mutinerie. Il y avait bien une autre option nommée Philippe Mexès, mais, avec le recul, on se dit que Blanc, qui a gardé une sacrée vision du jeu, a bien fait de laisser le Milanais s’occuper de ses bourrelets sans lui donner, en plus, le leadership du navire. Et on passera pudiquement sur le cas Alou Diarra, tellement contestable sportivement que l’affaire aurait fait passer Blanc pour un animateur de colo qui récompense ses chouchous. En revanche, dans un avenir plus ou moins lointain, un Yohan Cabaye, encore trop « neuf » pour postuler, pourrait bien avoir l’allure d’un vrai chef. À suivre…

L’homme sans lèvres mais pas sans verbe

Ne restait donc dans l’immédiat que le choix Lloris. Un choix par défaut, mais un vrai choix quand même. Car on a tôt fait de conclure que l’homme sans lèvres serait un homme sans verbe. Or, ce n’est pas tout à fait exact. Au vrai, Lloris est sans doute devenu capitaine un soir d’avril 2011, quand, devant les caméras indiscrètes, il avait pété un câble et quelques portes après une cagade de Lyon face à Nice. Bien sûr, ses cris de rage volaient un peu trop haut dans les aigus, mais l’énergie était réelle et le message clair : ce soir-là, Hugo a fendu l’armure. Même si ceux qui le pratiquent depuis longtemps ont toujours connu la moelle de ce drôle d’oiseau, bien élevé, bien coiffé, bien né, même (papa banquier à Monaco), mais sacrément déterminé. « Tout le monde parle du mental de Mandanda, nous narrait en 2008 Franck Raviot, alors entraîneur des gardiens en sélection de jeunes. Mais on sous-estime le mental et le leadership d’un Lloris dans le contexte niçois qui est très compliqué, tant sur le terrain qu’en coulisses.  »

Et il faut bien admettre que le sage Hugo est devenu à Lyon celui qui dit les choses, notamment en interview, où il pointe régulièrement ce qui ne va pas, à sa manière bien à lui, tranquillement, sereinement, mais efficacement, et ils ne sont pas nombreux à pouvoir se permettre ça quand le patron s’appelle Jean-Michel Aulas. Aujourd’hui, que ce soit à l'OL (lui aussi privé de leaders) ou en Bleu, Lloris en impose, irréprochable sportivement et humainement. Une denrée pas si fréquente depuis six ans, en équipe de France. On a connu les leaders absolus (Platini), les leaders mentaux (Deschamps), les leaders techniques (Zidane). Peut-être est-il venu le temps du leader par l’exemple, une idée comme une réponse aux tourments vécus par le football français dernièrement. Et si Lloris était un capitaine de son temps ?

Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
A mon avis, le problème est aussi que les "leaders" potentiels ne sont pas nécessairement des titulaires en puissance.

Je pense que Malouda, par exemple, si il semble aujourd'hui titulaire dans un nouveau poste, il n'était pas un titulaire évident au moment de choisir le capitaine. Et de par son expérience, et son caractère, il aurait certainement fait un bon capitaine. Je suis d'ailleurs surpris que vous ne l'ayez pas mentionné.
J'étais pas fan de la nomination de Lloris comme capitaine mais comme le détaille bien le papier avec le recul qui pouvait l'être à sa place ?

En tout cas ça montre que la France manque clairement de tauliers, c'est ça qui risque de faire le plus défaut, parce que du talent il y en a suffisamment.
Malouda a jamais porté le brassard que ce soit à Lyon ou à Chelsea.

Les seuls autres capitaines potentiels étaient Evra et Diarra. Même Mexes n'avait pas le profil.

Mais c'est pas forcément une mauvaise chose, chez les Anglais y'a au moins 5-6 capitaines envisageables: Ferdinand, Terry, Gerrard, Lampard, Rooney, Parker. Ils s'en portent pas mieux...
De ce point de vue, je suis vraiment déçu de la baisse de forme actuelle de Mexès. Pour moi, il aurait fait un bon capitaine : représentant expérience (30 ans et quelques gros clubs à son actif) tout autant que symbole de nouveauté (blacklisté par Domenech). Et pour lui, plus de gueule que Lloris et une position dans le jeu dont ne dispose pas le gardien.
Maintenant c'est vrai que depuis sa blessure, sa légitimité dans le onze est vacillante. Dont acte.
Je suis le maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme.
Je me demande ce que Lloris peut bien échanger avec Ribéry, M'Vila, Menez ou Evra. Ouech gros ! il faut une sacrée dose de calme.
L'idéal aurait été Gourcuff.
Ou Toulalan.

(en même temps, chercher un capitaine-taulier et vouloir une équipe-renouveau de jeunes, c'est compliqué)
C'est tellement logique que de mettre Lloris en capitaine,
d'abord c'est un excellent footballeur, un excellent gardien, l'un des meilleurs d'Europe, il apporte beaucoup de sérénité, il ne se trompe jamais, et il est toujours là,

ensuite, c'est un professionnel hors-norme, le gars avec une excellente hygiène de vie et tout le trallala, c'est un exemple pour les jeunes et tout,

et il a une tête bien faite, et est très mature.

Bref, à l'image d'un Casillas et d'un Buffon (oui Lloris est bcp moins titré, mais que dire de ses équipiers français ?) il est amplement capitaine sans que ça n'ait besoin d'être discuté !
Mouais. Je suis toujours pas convaincu.
Un capitaine doit être respecté (il l'est), sportivement incontestable (il l'est), mais aussi d'avoir un leadership et de pousser des coups de gueule quand il le faut et ça je pense qu'il en est incapable.
CasimirCDF Niveau : DHR
Untel pense que... Machin pense que truc aurait été meilleur, etc...
Le meilleur pour choisir, ça reste Laurent Blanc. Et lui seul c'est comment est Lloris au quotidien. Rien ne nous dit que dans l'intimité du vestiaire comme il est coutume de dire, sur le terrain et en dehors, il n'en impose pas. Pas besoin de pousser des gueulantes d'avoir le charisme d'un Ribéry devant les médias ou l'expérience d'un Malouda pour être capitaine.

Pour faire un petit comparatif avec le rugby, Thierry Dusautoir est le leader incontesté de la sélection tricolore. Comme Lloris, il est le meilleur à son porte, reconnu sportivement et... c'est tout. Du moins en façade. Parce qu'en interne, les joueurs et ses partenaires le décrivent comme un monstre de charisme. Le genre de mec qui en un mot, un regard ou une attitude peut galvaniser son groupe. Mais ça, on le voit pas.
Et bien si ça se trouve, c'est le cas de Lloris. Un mec qui extériorise pas des masses, mais lorsqu'il doit s'adresser à ses coéquipiers, peut-être qu'on l'écoute.
Perso, j'en suis ravi, parce que c'est le seul qui semble avoir un truc dans le crâne avec Cabaye et Debuchy.
RahXephon Niveau : CFA
Note : 1
Toulalan aurait été l'idéal, oui (aaah Lolo, pourquoi s'être obstiné à ne jamais le prendre ?).
Mexès ? Pas indiscutable, et surtout, pas assez de self-control pour être capitaine.
C'est un atout de Lloris, aussi : son calme. Et malgré ce calme, cette capacité à gueuler de temps à autre (parce qu'il l'a cette capacité, en témoigne ses rugissements après le Nice-Lyon).

Franchement, je trouve ce choix satisfaisant. Il y a sûrement meilleur capitaine que lui, mais pas actuellement dans cette EdF-là.
RahXephon Niveau : CFA
*en témoignent
Looking_4_Eric Niveau : CFA2
Comment peut-on être crédible au poste de capitaine en étant blond avec des tresses africaines ???

Bref, sur ses derniers matchs le mec est pas serein...

Lloris le mérite amplement, depuis le temps qu'il sauve la baraque en bleu et à l'OL, il a une pure légitimité... Surtout qu'il faut pas faire la confusion entre grande gueule et meneur d'hommes.
Parce que si c'est pour dire des conneries dès qu'on ouvre la bouche, vaut mieux la fermer et laisser parler les mecs qui savent ce qu'ils disent !
DrAwkward Niveau : CFA2
Tous les footix qui ont mal parlé sur Alou Diarra doivent se sentir bien stupides après les quelques derniers matches et en particulier le match contre l'Angleterre.

Mais bon c'est bien de sélectionner des têtes de turcs, ça fait connaisseur.
personne ne parle de lui sur le but Anglais ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
182 15