En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Tottenham

Lloris bientôt au sommet ?

Après un Euro presque parfait avec l’équipe de France, Hugo Lloris réalise une superbe saison avec Tottenham. Parce que le portier a su conserver toutes ses qualités de base et progresser dans d’autres domaines. Les chiffres et les experts le disent.

Modififié
Hugo Lloris et la goal-line technology, c’est une petite histoire de cœur. Les deux amoureux se sont rencontrés un soir de juin 2014, à Rio. C’est Karim Benzema qui fait les présentations. Lors du premier match de l’équipe de France au Mondial brésilien, l’attaquant invite pour la première fois la goal-line, jusque-là inconnue de tous, à la 47e minute de jeu. Tout le monde en avait dit du bien. Et comme d’autres Français, Lloris tombe sous le charme de celle qui lui fera passer une très bonne soirée.

Le 18 octobre dernier, le portier est encore sorti publiquement en compagnie de sa demoiselle à Leverkusen. Si elle n’avait pas été là, Hugo n’aurait certainement pas réussi à achever son boulot à la perfection. Juste après la mi-temps, c’est lui qui va au charbon en réalisant un geste incroyable, mais c’est sa bien-aimée qui valide l’arrêt exceptionnel, permettant à son petit ami de s’offrir son clean sheet de Ligue des champions.


Reste que Lloris n’a pas attendu la technologie pour devenir un grand gardien de but. Et qu’il n’a pas forcément besoin d'elle pour le montrer. Parfois critiqué pour son manque de leadership et sa difficulté à être décisif – surtout dans l’Hexagone où la concurrence avec Steve Mandanda a un temps été source de débat –, le capitaine de l’équipe de France a mis tout le monde d’accord en sortant un Euro de patron. En quarts de finale, face à l’Allemagne, sa performance frise l’excellence. Et si le but fatal d’Eder aurait sans doute pu être évité par une anticipation plus inspirée, cela montre l’importance du gardien de Tottenham dans les cages de la sélection. Un coup de moins bien de son dernier rempart et l’équipe le paye cash.


À White Hart Lane, cela fait bien longtemps qu’on a compris le rôle essentiel que tient Lloris, qui porte également le brassard dans son club. Depuis 2012, date de son arrivée en Angleterre, en fait. « Il est selon moi l'un des piliers du groupe et le meilleur gardien dans l'histoire du club, devant Pat Jennings, Ray Clemence, Bill Brown ou encore Ted Ditchburn » , a carrément indiqué Teddy Sheringham il y a peu dans les colonnes du Evening Standard. Si Sheringham, pas habitué à voir des gardiens briller de la sorte dans le Royaume, exagère peut-être un poil la chose, il n’est pas le seul à être impressionné par les progrès du bonhomme. Car petit à petit, sans faire de bruit, Lloris étoffe son jeu.

Lloris 2.0


Toujours énorme niveau réflexe, le Niçois a visiblement bossé comme un chien ses qualités au pied. Son pourcentage de passes réussies en Premier League le prouve : 50 % en 2012-2013, seulement 45 % en 2013-2014, environ 60 % en 2014-2015 et 2015-2016 pour arriver à 73 % aujourd’hui. Certes, le jeu des Spurs s’est quelque peu transformé en quatre ans, surtout depuis 2014 et la venue de Mauricio Pochettino qui exige la possession, une balle au sol et davantage de balles courtes. Mais cela n’enlève rien à l’évolution incontestable de l’ancien Lyonnais. En 2012-2013 et 2013-2014, Lloris tentait d’ailleurs moins de longs ballons qu’actuellement (cinq à six par match contre sept). Sans oublier qu’il ne commet quasiment jamais de boulettes comme Claudio Bravo, Marc-André ter Stegen ou Manuel Neuer ont pu en proposer ces derniers temps.


Il convient d’ajouter à tout ça le comportement du monsieur sur sa ligne. Là aussi, Hugo fait les choses bien et s’améliore au fur et à mesure du temps. Lloris n’a en effet jamais été aussi décisif qu’en ce moment. L’homme de confiance de Didier Deschamps réalise en moyenne 4,25 arrêts avant d’aller chercher le ballon au fond de ses filets. La saison dernière, ce chiffre chutait à 2,13, à moins de 2 en 2013-2014 et 2014-2015, et même à 1,29 en 2012-2013. Un autre signe qu’Hugo Lloris n’a pas volé sa présence dans la liste des trente sélectionnés pour le Ballon d’or. En compagnie de Neuer, Gianluigi Buffon et Rui Patrício. Ne manque donc que des titres pour faire réellement partie des meilleurs. Il va peut-être falloir songer à revenir à Nice pour aller les chercher.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 29
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165