Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Athletic Bilbao-FC Séville

Llorente de retour à la messe

Parti dans la cacophonie de son Athletic en 2013, Fernando Llorente retrouve pour la première fois le club qui l’a couronné Rey Leon. Un come-back empreint de nostalgie qui ne devrait cacher quelques sifflets. Car plus que cette idylle de 17 ans, l’aficion basque se rappelle avant tout de son départ agité vers Turin.

Modififié
L’histoire prend fin un certain 11 mai 2013. D’abord pour San Mamés, cathédrale des Leones qui fait une croix sur son siècle d’histoire pour réapparaître, quelques mois plus tard, dans un apparat flambant neuf. L’atmosphère mêle déjà saudade et excitation, puis gagne en singularité lorsque Fernando Llorente trouve le chemin des filets pour ce qui reste le dernier but inscrit dans le San Mamés 1.0. Un pion qui, par là même, signifie la dernière banderille rojiblanca du longiligne attaquant originaire de Pampelune. Car après 17 ans d’un amour sincère et réciproque, il quitte sa compagne de toujours : l’Athletic de Bilbao.


Entré dès sa onzième bougie dans la cantera basque, il n’en part ainsi que dix-sept ans plus tard.
« Ce sera une nouvelle expérience dans ma carrière et, je l’espère, une nuit merveilleuse. » Fernando Llorente
Et par une grande porte qui se retrouve finalement si petite, la faute à un imbroglio de plusieurs mois avec sa direction et des bisbilles avec une frange des supporters. En ce jeudi de Ligue Europa, c’est avec le maillot du FC Séville qu’il retrouve l’antre qui l’a couronné comme le Rey Leon et mené vers la gloire de la Roja. « Ce sera une nouvelle expérience dans ma carrière et, je l’espère, une nuit merveilleuse » , a-t-il prévenu. Une nuit faite de sifflets, aussi.

Fernandito, Valverde et embrouilles à répétition


Quand il enfile la tunique blanc et rouge de l’équipe-fanion pour la première fois en janvier 2005, Fernando Llorente n’est encore qu’un minot.
« J’aurais vraiment aimé continuer avec Valverde, mais les circonstances ont fait que ce ne sera pas possible. » Fernando Llorente
Un gamin au presque double mètre, certes, dont le père footballistique répond au nom d’Ernesto Valverde. Ce même entraîneur basque qui, lors de son retour sous la guérite de San Mamés à l’été 2013, entraperçoit la grande carcasse de la pointe qu’il a lancée dans le bain professionnel se faire la malle. « J’ai un très bon souvenir d’Ernesto, évoque-t-il au micro de la Cadena Ser lors de sa dernière interview à Bilbao. J’aurais vraiment aimé continuer avec lui, mais les circonstances ont fait que ce ne sera pas possible. J’ai un futur qui s’écrit loin de l’Athletic et j’espère que tout va bien se passer à Turin. » Ce départ acté pour l’Italie lui fait délaisser dix-sept ans de sa vie, autrement dit un bilan de 333 matchs et 115 buts. Des statistiques d’un autre temps pour l’Athletic, qui renvoient ses fans vers les époques glorieuses de Telmo Zarra et Dani Ruiz Bazan. Pourtant, son départ se fait dans la confusion la plus totale.
Une triste fin à des années-lumière de ses débuts idylliques en 2005, quand Fernando Llorente se construit un statut d’inamovible à la pointe de l’attaque des Leones. D’abord lancé par Ernesto Valverde, il poursuit sa progression sous la houlette de Javier Clemente, puis de Joaquín Caparros.
« Avec moi, il n’a pas toujours réussi à être titulaire. Mais je crois que ce qui le gênait le plus, c’était que je l’appelle Fernandito. » Javier Clemente
L’ancien sélectionneur de la Roja, d’ailleurs, se veut l’un des points d’inflexion de la carrière de l’attaquant. Alors à la barre du navire de Bilbao, il connaît deux saisons apocalyptiques durant lesquelles le club frôle la descente. Idem, il choisit cette période pour faire de Llorente l’une de ses pointes, à coup d’humiliation publique et de jeu avec son moral : « Avec moi, il n’a pas toujours réussi à être titulaire. Mais je crois que ce qui le gênait le plus, c’était que je l’appelle Fernandito. » Un surnom qui passe mal chez l’intéressé, et qui le pousse à la révolte, déjà. À l’image de son entente paradoxale avec Clemente, son parcours à l’Athletic est ainsi jalonné de hauts et de bas, en attestent ses deux exercices passés sous les ordres de Marcelo Bielsa. Une période en clair-obscur.

D’étendard des Leones au statut de mercenaire


Homme fort de la métamorphose de l’Athletic, El Loco offre dès son arrivée un football joyeux et entraînant à San Mamés. Un changement radical qui déchaîne une nouvelle fois les passions chez ses aficionados, et un nouvel élan dans un effectif en plein renouvellement de générations. Fernando Llorente, lui, profite à fond des nouvelles aspirations offensives et plante comme un goret. Avec 28 pions toutes compétitions confondues, il s’offre sa meilleure saison et s’installe durablement avec la Selección. Un nouveau statut qui lui donne également des envies d’ailleurs : le début de la fin.

Car dans un club aussi marginal que l’Athletic, la direction s’attèle à faire du cash grâce à des clauses libératoires mirobolantes. Llorente refuse de prolonger dans ces conditions, et reçoit de la part du président Urrutia des qualificatifs tels que celui de « mercenaire » . Dans le même temps, sa relation avec Bielsa s’effrite jusqu’à atteindre un point de non-retour à l’automne 2012, confirmé par son départ libre en mai de l’année suivante. « Je suppose qu’on entendra des sifflets » , prophétise l’actuelle pointe remplaçante de Séville avant de tenter de se rassurer : « Cela ne veut pas dire que tout le monde me déteste. »

Vidéo


Par Robin Delorme
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:58 Euro Millions : 107 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Hier à 17:42 Une équipe amateur à Caen coachée par ses supporters 15 Hier à 15:43 Ronaldo, Salah et Modrić nommés pour le titre de joueur UEFA de l'année 59
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall
Hier à 12:12 Le maillot sans sponsor de River Plate bat des records 64 dimanche 19 août Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 25
À lire ensuite
La pomme d'Adam