Ljuboja, la revanche d'une crête blonde

Deux ans après son départ de Nice, Danijel Ljuboja retrouve la France. Arrivé à Lens cet été, l’esthète serbe est la tête d’affiche et (déjà) la coqueluche du club nordiste, aux ambitions et aux finances nettement revues à la hausse. Un régal pour la Ligue 2, mais aussi pour les yeux.

Modififié
22 12
C’est l’histoire d’un mec qui a décidé ne pas grandir. De ne pas changer. Ni son jeu, ni son look. Une bande blonde sur le sommet du crâne, une autre sur la gauche, Danijel Ljuboja est toujours là. Toujours le même, mais cette fois avec le maillot du RC Lens sur le dos. Un maillot qu’il semble déjà avoir fait sien après seulement un seul match, face au CA Bastia (1-0). Des déviations et des crochets comme aux plus belles heures, une frappe du gauche toujours aussi puissante et le seul but du match, sur un penalty tiré en force. Largement suffisant pour devenir le nouveau chouchou de Bollaert.
Tout sauf une surprise puisque le Serbe est la tête de gondole du nouveau RC Lens. Adossé au milliardaire azéri Hafiz Mammadov, Gervais Martel a décidé de ne pas perdre de temps pour l’objectif remontée. En plus de Pablo Chavarria, Adamo Coulibaly ou encore Alphonse Areola, le président nordiste s’est fait un petit plaisir en ramenant Ljuboja sur le sol français. Après des expériences plus ou moins réussies à Sochaux, Strasbourg, Paris, Grenoble et Nice, « Ljubo » retrouve le championnat qui l’a révélé. « La France me manquait même si je me suis fait plaisir, avoue celui qui a remporté le championnat de Pologne l’an passé avec le Legia Varsovie. Je viens ici car c’est un très grand club et puis le coach, je le connaissais depuis longtemps. Il y a un bon projet. Le club veut faire quelque chose de très bien. »

Trop stylé pour la Ligue 2 ?

Si le coup lensois paraît excellent sportivement, il l’est aussi pour la Ligue 2. Privé de Monaco et Nantes, l’antichambre de l’élite se voit offrir une belle tête d’affiche, avec du style et du caractère. Un ancien cadre du PSG, donc forcément médiatique. C’est d’ailleurs un peu le thème de cette L2 2013-2014, qui compte dans ses rangs d’anciens historiques du club de la capitale, comme Jérôme Rothen (Caen), Jérôme Leroy (Istres) et Bernard Mendy (Brest). Sur le papier et après une première journée contre un CA Bastia très limité, le tableau est donc parfait pour Ljuboja. Reste à savoir s’il va rester aussi beau toute la saison.

Dans un championnat où le combat est rude, les attaquants « classieux » dans le style de Ljuboja ont parfois du mal à trouver leur place. Au contraire d’avants-centres purs comme Mustapha Yatabaré, Filip Djordjevic et Ibrahima Touré, les trois meilleurs buteurs de la saison passée. Avoir Ljuboja dans son équipe implique aussi une façon de jouer particulière, avec un neuf et demi et un attaquant prenant la profondeur. Associée face à Bastia, la paire Ljuboja-Touzghar s’est montrée prometteuse. « On a beaucoup discuté avant la rencontre. On a essayé de se trouver le plus possible, explique Touzghar. Les automatismes vont se créer au fur et à mesure des matchs. On va travailler ensemble pour que ça aille de mieux en mieux. » Mais arrivé eux aussi au mercato, Adamo Coulibaly et Edgar Salli ne compte pas regarder jouer le Serbe depuis le banc.

Kombouaré lui lance un défi

Capable, comme tous les joueurs avec un talent au-dessus de la moyenne, de briller sur quelques minutes ou sur un match précis, Ljuboja ne peut cependant pas cacher son âge. À bientôt 35 ans, les jambes ne répondent plus comme lors de ses plus belles années, et ses prestations pourraient en pâtir sur la durée. Pas sûr, mais possible. Montrer qu’il n’est pas cramé, c’est d’ailleurs le défi qu’Antoine Kombouaré a lancé à son joueur : « Cette année, Danijel Ljuboja va avoir 35 ans. Ça va être un défi pour lui de montrer qu’il a encore de la qualité. Il devra le prouver à chaque match car il sera attendu. Il faut qu’il continue à faire "du Ljuboja" : peser sur les défenses, garder le ballon, se procurer des occasions, obtenir des fautes et surtout être décisif. On va travailler dans ce sens-là. Mais je n’ai pas de doute là-dessus, il a forcément toute ma confiance. » Pour l’avoir déjà eu sous ses ordres à Strasbourg, Kombouaré sait comment tirer le meilleur de l’homme à la crête à plat. La clé est désormais dans les pieds de la nouvelle idole des Sang et Or.

par Alexandre Alain
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Alexandre alain. Thierry Henry. Guy Georges.
Ont un point commun.
On va les plier les Dijonnois.
Luyindula, Ljuboja,Niang,Pagis et Gameiro à la suite !!! RC Strasbourg fournisseur officiel d'avant centre !
Clairement techniquement au dessus du lot en ligue 2. Ca fait plaisir à voir.
Cela dit je partage les craintes d'un peu tout le monde. Il est titulaire et donne beaucoup, combien de temps tiendra-t-il comme ça ?
Je l'aurais plus vu dans un rôle de joker, entrant en fin de match pour faire la différence contre des défenses usées.
Mais pour le moment, c'est vrai que c'est une bonne pioche pour Lens.
toto_da_don Niveau : CFA
Note : 4
Jamais je ne pardonnerai Reinaldo d'avoir tirer le péno a Bordeaux a sa place,JAMAIS !

Moment nostalgique de la journée...
Tu vois les moments forts du match de la semaine dernière, il est sur toutes les actions. J'ai adoré son pénalty tiré comme un bourrin alors que c'est d'habitude un épisode du jeu que je trouve très "underwhelming", peu excitant si vous voulez.
Il a une vraie gueule de truand, et avec sa taille et sa silhouette longiligne, c'est impossible de le manquer sur le terrain; ça m'a surpris de le revoir, il dégage vraiment quelque chose de particulier.
@popeye

on dirait qu'il se passe quelque chose de fort entre toi et ljuboja.
L'année où Strasbourg avait lui et Mamadou Niang en attaque, ça envoyait du gros pâté.
@popeye Bon ca va c'est que lluboja, merde.
francis_kuntz Niveau : Loisir
Son look de punk à chien correspond tout à fait au style des supporteurs lensois et aux Ch'tis en général ; adeptes du bon goût comme en témoigne leur fine gastronomie (américains, fricadelles,...), leur tuning de R5 et leur accent.

Francis Kuntz, en direct de Sensas Frites
francis_kuntz Niveau : Loisir
Message posté par popeye
Tu vois les moments forts du match de la semaine dernière, il est sur toutes les actions. J'ai adoré son pénalty tiré comme un bourrin alors que c'est d'habitude un épisode du jeu que je trouve très "underwhelming", peu excitant si vous voulez.
Il a une vraie gueule de truand, et avec sa taille et sa silhouette longiligne, c'est impossible de le manquer sur le terrain; ça m'a surpris de le revoir, il dégage vraiment quelque chose de particulier.


On dirait que Popeye a plaqué Olive pour Danijel...
Message posté par francis_kuntz
Son look de punk à chien correspond tout à fait au style des supporteurs lensois et aux Ch'tis en général ; adeptes du bon goût comme en témoigne leur fine gastronomie (américains, fricadelles,...), leur tuning de R5 et leur accent.

Francis Kuntz, en direct de Sensas Frites


Ou comment généraliser les clichés à toute une civilisation ? Vous n'avez surement pas dut visiter le nord de la France.

Pour en revenir au sujet, outre son look, ce mec fait beaucoup de bien en Ligue 2. On lui demande de claquer des buts et de faire du "Ljuboja" comme le dit si bien Kombouaré, le reste on s'en fiche.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
22 12