Livre du jour : « Dictionnaire culturel du sport »

0 0
Le foot, est-ce encore du sport ? La question peut sembler comique, mais elle mérite malgré tout d'être posée, surtout au regard de l'importance presque secondaire qu'occupe désormais le “terrain” dans son impact social (en comparaison des séismes politiques et autres rebondissements people).

Le ballon rond s'est construit une telle hégémonie culturelle, médiatique et économique, qu'il a fini par se dégager au bulldozer une place à part au sein du monde sportif et du sport dans le monde. Il suffit pour s'en convaincre d'observer son insertion difficile, et pour tout dire sa résistance, face à l'Olympisme, l'autre grand paradigme concret de l'impérialisme sportif moderne. Sa stature autonome et arrogante dessine les contours de sa spécificité mais également de son incroyable autosuffisance par rapport aux autres disciplines. Le foot n'appartient quasiment plus au système sportif, il fait système à lui tout seul. Voici l'un des principaux intérêts à regarder la façon dont est traité son cas dans un ouvrage “généraliste” tel que ce “dictionnaire culturel”.


Au fil des rubriques et des notices, l'autarcie envahissante du foot se ressent d'autant mieux que les problématiques ordinaires du sport ne semblent plus le concerner que par la marge. La façon dont certains autres disciplines essaient de marcher dans ses pas, voire de le concurrencer (sans grande réussite, malgré d'indéniable succès compétitif, par exemple pour le hand), souligne encore davantage cette injuste distorsion.

On ne saurait ainsi, surtout en ce moment, que trop conseiller à la presse ou aux chroniqueurs des plateaux télés de “100% foot” (surtout ancien Marseillais) et autres Canal Football Club, mais également à nos amis députés (ex-judoka et futur ministre permanent), de se pencher avec un stabilo d'étudiant sur certains articles fort instructifs après l'échec des Bleus et les polémiques sur la gouvernance fédérale : l'amateurisme, ministère, fédérations, pratiquants, CNOSF ou encore citoyenneté. Ils y (ap)prendront une petite leçon de choses pas forcement inutile dans le grand bazar des idées reçues qui a enseveli le football national. La pire des politiques, c'est l'apolitisme !

« Dictionnaire culturel du sport » (Armand Colin)

Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0