Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2
  3. // Liverpool-Stoke (0-1 / 6 tab 5)

Liverpool tient sa finale

Les Reds sont sortis des griffes d'un Stoke éliminé malgré la victoire (0-1), et finalement battu aux tirs au but (6-5). Liverpool offre à Klopp sa première opportunité de titre et un voyage à Wembley.

Modififié

Liverpool 0–1 Stoke

Buteur : Arnautović (45e) pour les Potters

Et Anfield Road a baissé la tête. D'un coup, comme un seul homme. Les supporters de Stoke, si bruyants lors de cette soirée sans folie, se sont tus face à la joie expressive de Simon Mignolet. Le gardien de Liverpool vient alors de stopper la tentative de Muniesa, de retour ce soir après de longs mois d'absence. C'est le jeu de la mort subite, la dure loi du football. Stoke, peut-être plus méritant ce soir, s'est incliné à Anfield en demi-finale retour de la League Cup, et ce, malgré la victoire.

Marko Prince


Battu à l'aller (0-1), Stoke n'avait pas le choix. Il fallait prendre des risques pour avoir une chance de voir Wembley le mois prochain. Un objectif affiché que Mark Hughes traduit dès la feuille de match avec un onze offensif emmené par le trio Walters-Bojan-Arnautović, aligné en soutien de Peter Crouch, préféré ce soir à Joselu. De son côté, Jürgen Klopp a largement évoqué son rêve de retrouver Wembley, trois ans après son échec en finale de la Ligue des champions avec le Borussia Dortmund. L'Allemand relance donc le groupe vainqueur à Norwich samedi (5-4) à l'exception de Lallana, titulaire à la place d'Ibe, et de Flanagan, de retour après 626 jours d'absence pour suppléer Clyne, blessé. D'entrée, Liverpool impose ses choix et laisse le ballon aux Potters. Les hommes de Klopp jouent leur jeu, basé sur un pressing très haut, et attendent tranquillement les joueurs de Stoke.

Le match est fermé et les espaces sont réduits. La troupe de Hughes doit attaquer, mais est obligée de se contenter des frappes lointaines de Walters ou d'un pétard dévissé d'Afellay à la demi-heure de jeu. On sent pourtant que la défense de Liverpool est à la limite, à l'image d'un Sakho souvent pris dans son dos par Jonathan Walters. De leur côté, les Reds sont timides, gèrent leur avantage d'un but et n'inquiètent Butland que sur une mèche de Can ou une volée sans conviction d'Henderson. On s'ennuie carrément, Mark Hughes a la gueule des mauvais jours, enfoncé dans son fauteuil, alors que ses hommes peinent à bousculer leur destin. Jusqu'à un coup de génie collectif : il ne reste que quelques secondes à jouer avant de rentrer aux vestiaires, Bojan prend le ballon, cherche un une-deux avec Walters avant que l'Espagnol ne trouve Arnautović seul au point de penalty – et légèrement hors-jeu (0-1, 45e). Stoke vient alors de revenir dans cette demi-finale sur le seul tir cadré du match. 1-1. Tout est à refaire. Marko a une nouvelle fois frappé.

Les mains du roi Simon


L'ingénieur Klopp ajuste donc ses nouvelles lunettes et remotive son groupe. Dès le retour des vestiaires, Liverpool revient avec des intentions. Au point que Roberto Firmino est tout proche d'égaliser, mais sa frappe heurte le poteau. Reste que les Reds retombent rapidement dans leur ennui. La défense rouge prend l'eau, le pressing a changé de camp, et Mignolet est contraint au sauvetage devant Walters. Sakho aussi, à deux reprises en cinq minutes, alors qu'Anfield commence à scander son nom. Car la rencontre a basculé dans une autre dimension, dans une sorte de n'importe quoi où chaque passe retombe dans les pieds adverses, où l'on ne réfléchit plus et où on balance vers les phares Crouch d'un côté et Benteke de l'autre, entré à la place d'Henderson.


La dernière demi-heure ressemble donc à tout sauf à du beau football. L'important est ailleurs, dans un billet pour Londres et la finale. Sakho est alors tout proche d'égaliser de la tête, alors que Hughes pose ses dernières cartes. Arnautović est remplacé par Shaqiri alors qu'Adam entre à la place de Bojan. Pour la première fois depuis de nombreuses semaines, Stoke a décidé de ne pas jouer, mais de tout donner à la rage. Klopp, lui, veut absolument éviter la prolongation après avoir joué 15 matchs lors des 57 derniers jours. Joe Allen fait donc tomber la veste pour remplacer papy Kolo. On pousse, de partout, en vain. Prolongation. Pas la meilleure nouvelle de la soirée.

À un poteau près...


Car le niveau de jeu est faible, très faible, marqué par un déchet technique invraisemblable. Preuve en est : dès la première minute du rab', Firmino cadre – enfin – pour la première fois une frappe de Liverpool. Le match entre alors dans de l'observation où personne ne s'attaque et où tout le monde attend la séance de tirs au but pour se départager. La rencontre est alors tout près de basculer, mais Mignolet est sauvé par son poteau sur une frappe de Marco van Ginkel. Sakho passe alors en mode chauffeur de stade et harangue le peuple d'Anfield. Derrière sa ligne, Jürgen Klopp tourne, attend. On le sent préparer doucement l'étape d'après, alors que Mignolet s'impose une nouvelle fois devant Van Ginkel. De quoi se chauffer avant de passer au statut de héros. Car ce sera bien le gardien belge qui sera le grand bonhomme de la séance, sauvant la tentative de Muniesa. Liverpool verra Wembley dans un mois. Et Klopp de vivre son rêve de premier trophée.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures Mediapro ne revendra pas ses droits 33 il y a 4 heures Rivelino dézingue le jeu de l'équipe de France 131 il y a 5 heures Football Leaks : pour Agnelli et Čeferin, c'est une « fiction » 15

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:51 Le double raté d'un joueur du Lesotho 7
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 14:35 Alessandro Nesta va prolonger l'aventure à Pérouse 25 Hier à 14:27 Un match de D4 argentine retardé à cause d'une grenade 1
À lire ensuite
Lille corrige Bordeaux