Liverpool s'affirme, Tottenham déçoit.

En étrillant les pauvres seagulls de Brighton, Liverpool,déjà qualifié en finale de la Coupe de la Ligue, s'affirme comme le grand favori de cette Cup, car à l'image d'Arsenal éliminé ou de Chelsea, Tottenham a été infoutu de ramener la qualification de son déplacement à Stevenage, et devra jouer un replay dispensable.

Modififié
0 0
Pelouses grasses, éloge systématique du petit poucet qui défend les vraies valeurs du sport face aux bourgeois du football pro, la mythologie de la coupe est partout la même. Ainsi, cet après-midi l'Angleterre sentait le fish and chips et la bière éventée pour les huitièmes de finale de la Cup. Dans la plus vieille compétition de football au monde, Stoke City a assuré et Liverpool s'est fait plaisir. En revanche les Spurs d'Harry Redknapp, ont été incapables de se défaire de Stevenage. Etrange édition où après les éliminations de City et United aux tours précédents, les trois supposés favoris encore en lice ont galéré, Arsenal éliminé et Tottenham qui comme Chelsea aura le droit à un replay, décidément les londoniennes n'aiment pas les parties de campagne.

Stevenage, ville de naissance de Lewis Hamilton et d'Ashley Young,, ville nouvelle située à 50 bornes de Londres, sorte de Cergy Pontoise sauce roastbeef, banlieue lointaine ou province batarde que les londoniens méprisent. En tout cas, un endroit où Tottenham a été incapable de produire un football décent. Face à des joueurs évoluant en League One (équivalent du National), les ouailles d'Harry Redknapp n'ont jamais justifié leur statut d'équipe développant le meilleur football du Royaume, certes le mauvais état du terrain comme le remarquable état d'esprit des adversaires y sont pour quelque chose, mais à part un but, refusé à Louis Saha pour un hors-jeu ballot de Scott Parker les londoniens n'ont pas montré grand-chose et devront jouer un replay. Pas forcément une bonne nouvelle pour les potes de Gareth Bale qui ont un calendrier compliqué en championnat
Encouragés par leur public qui entonnaient les cantiques de circonstance, et pratiquant un kick and rush de bon aloi, les joueurs de Stevenage se sont eux offert le droit d'aller se faire étriller à White Hart Lane, parce que l'histoire de David contre Goliath c'est sympathique mais pas éternel. En attendant certains bookmakers peuvent remercier les hommes de Gary Smith, grâce à eux, ils vont pouvoir arroser leurs potes.

Liverpool, objectif Cup

A l'inverse de Tottenham, les joueurs de Kenny Dalglish ont eux déroulé face aux seagulls de Brighton (6-1). Les Reds qui avaient déjà éliminé l'équipe du sud de l'Angleterre en Coupe de la Ligue ont tranquillement récidivé profitant de l'aide involontaire des visiteurs qui ont inscrit la bagatelle de trois buts contre leur camp. Chapeau les mouettes. Car si le score est fleuve, il ne reflète pas la qualité de la première mi-temps des sudistes. Après que Liverpool a ouvert le score par Skrtel sur corner, les joueurs de Gustavo Poyet ne se sont en effet pas démobilisés égalisant sur un coup franc, puissant et rectiligne du très bon Lua-Lua.
Mais les joueurs de Kenny Dalglish déjà largués en Premier League veulent vraiment cette Cup et connaissent l'importance de marquer au moment opportun. Juste avant la mi-temps sur un cafouillage consécutif à un corner le malheureux Bridcutt marque contre son camp en contrant le renvoi d'un de ses partenaires. Un but LOL, qui ne sera pas le dernier de la soirée, puisque les mouettes ont décidé de régaler les Reds. Bridcutt toujours lui, marquera notamment un deuxième csc, devenant le second joueur après Jamie Carragher à réaliser cette performance sur la pelouse d'Anfield. Luis Suarez très en forme a clôturé le score pour se réconcilier avec le Kop. Liverpool donc se qualifie et affrontera Stoke City, un autre prétendant, en quarts.

Car les potters se sont bien sortis du traquenard de Crawley Town (0-2) dans le Sussex. Pourtant c'était mal parti avec l'expulsion prématurée du spécialiste des longues touches Rory Delap à la 18ème minute.
Mais la masse Jonathan Walters sur penalty et cette grande gigue de Peter Crouch de la tête ont permis aux hommes de Tony Pulis de partir vainqueurs de la ville où s'est formé The Cure. Mine de rien, Stoke finaliste l'an passé est encore engagé en Cup et en Europa League. Un bilan satisfaisant.

Par Arthur Jeanne
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0