En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Arsenal-Liverpool (3-3)

Liverpool atteint l'absurde à l'Emirates

Mené 2-0 juste après la pause, Arsenal a renversé le match en l'espace de cinq minutes pour finalement se faire rejoindre à vingt minutes de la fin (3-3). Logique pour des Reds globalement supérieurs.

Modififié

Arsenal 3-3 Liverpool

Buts : Sánchez (53e), Xhaka (56e) et Özil (58e) pour les Gunners // Coutinho (26e), Salah (52e) et Firmino (71e) pour les Reds.

Arsenal avait presque fini d'assommer les Reds. Tout était parfait : longtemps débordés, menés 2-0 après 52 minutes de jeu à l'Emirates vendredi soir, les Gunners ont remonté le temps et sont mêmes devenus la meilleure équipe d'Europe pendant dix minutes, inscrivant trois buts en un battement de cils. Problème, pendant tout le reste de la rencontre, Arsenal est resté Arsenal et n'aura donc fait qu'ouvrir la porte de l'exploit (3-3). Fou, dingue, mais si absurde que ça en est redevenu réel.

Le couteau dans la plaie


Un vendredi soir comme une sortie de l'infirmerie, la revanche en tête : interrogé cette semaine au sujet de la défaite subie à Anfield fin août (0-4), Arsène Wenger ne s'est pas planqué et a évoqué l'une des « pires blessures » de sa carrière d'entraîneur. La réception de Liverpool à l'Emirates, coup d'envoi d'une période de Noël où chaque équipe de Premier League va disputer quatre matchs en moins de quinze jours et qu'Arsenal bouclera par la réception de Chelsea le 3 janvier, avait donc un goût particulier : celui de l'orgueil. Du moins, c'est ce qu'on nous avait vendu. Perdu : vendredi soir, les Gunners ont avant tout montré de la frilosité technique, laissant les hommes de Klopp dominer le milieu de terrain, l'envie et la maîtrise, malgré la sortie prématurée de Jordan Henderson sur blessure. Résultat, Arsenal a souffert d'entrée, Xhaka se noyant dans le cœur du jeu et Iwobi multipliant les choix pourlingues, alors que Liverpool a imposé sa patte, Firmino ratant d'abord deux têtes d'ouverture du score (22e, 24e) avant de laisser Coutinho s'en charger (0-1, 26e). Salah, lui, a d'abord peiné à se sortir de l'attention du jeune Maitland-Niles, de nouveau titularisé par Wenger vendredi soir, et a ensuite croqué une immense balle de 2-0 avant la pause devant Čech (44e), là où Firmino et Mané ont également manqué le cadre. Drôle de scénario, mais une mi-temps à sens unique.

Voyage en absurdie


Un script que Wenger refuse de modifier, laissant son onze en 4-2-3-1 au retour des vestiaires et se contentant de faire entrer Mustafi à la pause en remplacement de Monreal, blessé. Là, on voit Lacazette continuer à se battre en solitaire, Iwobi manquer de marquer contre son camp, mais surtout Mohamed Salah partir inscrire son quinzième but de la saison en championnat d'un enroulé délicieux, mais légèrement contré par le tibia de Mustafi (0-2, 52e). Victoire par K.O. ? Non, Arsenal se relève enfin, fait tomber le peignoir, et reprend en main le fil de son destin : quelques secondes après le deuxième but des Reds, Alexis Sánchez réduit la marque de la tête (1-2, 53e), Xhaka égalise d'une frappe flottante superbe (2-2, 56e) sur laquelle Mignolet se troue complètement, et Özil prend le volant de la rencontre dans la foulée d'un petit piqué sur une talonnade subtile d'Alexandre Lacazette à l'entrée de la surface (3-2, 58e). Que vient-il de se passer ? Difficile de l'expliquer alors que Mané décide de monter sur la table pour répondre à un nouveau crochet de Xhaka. Le match vient de vriller, le rapport de force de basculer, les duels avec, et Özil s'illumine sur la piste. On se relève, on en redemande, et Firmino égalise à vingt minutes de la fin sur faute de main de Petr Čech (3-3, 71e). Une dernière note, entre deux-trois dernières cartouches pour les Gunners, et une sacoche de Salah, mais finalement pas de vainqueur. Peu importe, c'était extraordinaire.


Arsenal (4-2-3-1) : Čech - Bellerín, Koscielny, Monreal (Mustafi, 45e), Maitland-Niles - Wilshere, Xhaka - Iwobi (Welbeck, 78e), Özil, Sánchez - Lacazette. Coach : Arsène Wenger.

Liverpool (4-3-3) : Mignolet - Gómez, Lovren, Klavan, Robertson - Can, Henderson (Milner, 13e), Coutinho (Oxlade-Chamberlain, 84e) - Salah, Firmino, Mané (Wijnaldum, 80e). Coach : Jürgen Klopp.


  • Résultats et classement de Premier League
    Retrouvez toute l'actualité de la Premier League



    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 13 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 21
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18