En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demi-finale aller
  3. // Liverpool/Chelsea (1-1)

Liverpool bute sur un grand Courtois

Grâce à un penalty provoqué et transformé par Eden Hazard en début de match, Chelsea pensait avoir fait le nécessaire pour ramener une victoire de cette demi-finale aller à Anfield. Mais une accélération de Sterling à l'heure de jeu aura finalement couronné le grand match de Liverpool (1-1). Insuffisant toutefois pour s'imposer une deuxième fois face à un énorme Courtois.

Modififié

Liverpool - Chelsea
(1-1)

R. Sterling (59') pour Liverpool , E. Hazard (18') pour Chelsea.


Parfois, le destin te fait croire à un équilibre, et le rompt aussitôt. Et ce soir à Liverpool, parfois veut dire deux fois. On joue la 16e minute, et alors qu'Anfield vient de vibrer sur un missile de Steven Gerrard en plein dans les poings de Courtois, tout Liverpool chante au rythme de l'excellent premier quart d'heure des siens. Mais Chelsea sort de son camp pour l'une des premières fois de la rencontre, Fàbregas se joue bien trop facilement d'Emre Can, qui fait ensuite tomber Eden Hazard en essayant de revenir. C'est dans la surface, c'est penalty et donc duel de Belges. Hazard bat Mignolet : 0-1. Une heure plus tard, on joue la 59e minute, et Chelsea pense avoir déjà fatigué le trio Coutinho-Gerrard-Sterling. Bien en place, les Blues se font surprendre par une accélération éclair de Sterling entre Matić, Mikel et Cahill. 1-1. Le reste, c'est une possession toute rouge, de grands arrêts de Courtois (un exploit sur Lallana) et un match nul qui nous envoie à Stamford Bridge pour le retour. Liverpool a tiré 19 fois, Chelsea seulement 2 fois.

Un petit penalty au milieu d'un bain rouge


La Coupe, c'est l'occasion de faire renaître l'atmosphère unique des matchs de nuit en Angleterre. Ainsi, les chants d'Anfield donnent une tout autre densité à la possession de Liverpool dans les premières minutes. Les Reds font tourner lentement, puis tentent de trouver la vitesse de son trident Coutinho-Gerrard-Sterling, mais la défense de Chelsea est compacte. Sous pression, Chelsea ne s'embête pas et dégage. Seul Courtois panique et tente de crocheter Gerrard dans sa surface. Petit à petit, Henderson, Sterling et Coutinho s'infiltrent dans la surface, mais Liverpool obtient au mieux une série de centres forts et des sueurs froides pour les away fans. Quelques secondes après un missile encourageant de Gerrard au quart d'heure de jeu, c'est Hazard qui ouvre le score sur penalty. 0-1.

Avec moins de confiance, mais toujours autant d'envie, Liverpool repart à l'assaut des cages de Courtois. Sterling et Coutinho enflamment Anfield par des enchaînements aériens impliquant ailes de pigeon et coups du sombrero, Gerrard talonne et démontre sa compréhension du jeu éternelle, mais le milieu Matić-Mikel, bien aidé par les retours de Willian, repousse tout. À la demi-heure de jeu, Gerrard teste à nouveau les poings de Courtois, et Sterling insiste sur Cahill, mais il y a toujours une jambe bleue pour repousser les nombreux centres rouges. Alors que Sakho est applaudi à de nombreuses occasions pour ses relances patientes, Chelsea n'arrive pas à se connecter avec Diego Costa, bien pris au milieu des trois défenseurs centraux de Rodgers.

La vitesse de Sterling, le mur Courtois


La deuxième période a commencé depuis quelques secondes, et une feinte no touch riquelmesque de Cesc Fàbregas envoie Diego Costa vers le but, jusqu'à la sortie rapide de Mignolet. Anfield tremble, puis se remet à pousser. Le schéma de la seconde période est calqué sur la première : Liverpool assiège les deux dernières lignes des Blues. Sans numéro 9, les Reds cherchent les ailes pour ensuite foncer à plusieurs dans la surface adverse, mais les centres sont tous facilement repoussés par Ivanović et Terry. Seuls un piqué de Coutinho et quelques accélérations de Marković créent de l'espace. Mais alors que Rodgers se met à penser à des changements, Henderson trouve Sterling entre Matić et Mikel à l'heure de jeu. L'accélération de l'Anglais laisse sur place les deux milieux défensifs. Arrivé devant Cahill, qui défend en reculant, Sterling se met sur son pied gauche et aligne Courtois comme un grand. 1-1, et ascendant psychologique pour les Reds.

Sur l'action suivante, Marković gagne même son duel contre Diego Costa. Cinq minutes plus tard, les hesitation moves de Coutinho fixent toute la défense bleue. Le Brésilien sert Gerrard, donc la frappe du gauche heurte le poteau. Sur l'action suivante, Courtois doit se coucher sur une frappe puissante du 10 brésilien des Reds. Le match s'emballe alors qu'il reste encore vingt minutes à jouer, plus un match retour. Gerrard laisse sa place à Lallana et son brassard à Henderson. D'un côté, Diego Costa ne se défait toujours pas du marquage de Škrtel et Sakho. De l'autre, Courtois s'impose brillamment devant Henderson, Coutinho et Lallana. Un grand mur pour une belle soirée de football anglais, malgré le match nul. À noter que Chelsea n'a tiré que deux fois au but. D'où des regrets : sur sa seule phase de possession, à la suite du but encaissé, Matić aura facilement lu l'alignement de la défense rouge pour trouver Diego Costa, finalement hors-jeu de quelques centimètres. Le match retour devrait être plus ouvert.

Par Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 9 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86