En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Souvenirs

Lippi et Vieri, de la haine à l'amour

Modififié
« Allo Maman Bobo »

Des embrouilles naissent parfois les plus belles histoires d'amitié. Marcello Lippi s'est en effet confié dans une interview à la toute nouvelle Gazzetta TV. Le sélectionneur champion du monde 2006 a ainsi parlé du rapport spécial qui le lie avec un certain Christian Vieri : « C'est un très bon gars. Même si beaucoup pensent le contrait, il a toujours été un grand pro, le premier à arriver à l'entraînement et le dernier à partir, un maniaque des détails. Malgré tout, lors de ses débuts à la Juve, je n'étais pas content de lui et je lui disais sur le terrain. Lui s'est énervé une fois en marmonnant : "Mais il s'en prend toujours à moi celui-là." Je n'en pouvais plus, et je l'ai remplacé par Amoruso. Ensuite, dans le vestiaire, on s'est retrouvés nez et à nez à s'engueuler et quelqu'un nous a séparés. Ce n'est pas plus mal, parce que Bobo était costaud ! »

Puis le beau final : « Le soir au restaurant, je sens une espèce de patte d'éléphant derrière mon cou, mais une patte amicale : "Assieds-toi et parlons un peu" lui ai-je dis. On a discuté pendant deux heures, ce soir-là est né notre grande relation  » .


Pour rappel, si Vieri ne se blessait pas avec Monaco, il était de l'aventure du Mondial 2006 en lieu et place d'Inzaghi. VP
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
David Luiz, déjà humilé