En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10e journée

Lille sur sa lancée, Valenciennes miraculé

Dans le choc de la soirée, Lille a confirmé son état de forme en s'imposant au bout du suspense contre Montpellier (1-0), grâce à un Enyeama décisif. Mené 2-0 contre Rennes, Valenciennes, guidé par Ariel Jacobs, a su trouver les ressources pour égaliser (2-2), tandis que Guingamp s'est imposé au finish contre Évian (2-1). Longtemps imprécis, les Nantais se sont finalement imposés à Ajaccio (0-1).

Modififié
Montpellier / Lille : 0-1
Buts : Souaré (5e) pour Lille

Troisièmes du championnat, les Lillois voulaient confirmer leurs bonnes dispositions actuelles contre un MHSC toujours invaincu à la Mosson. Tout commence à la perfection pour les hommes de René Girard, qui ouvrent le score sur le premier corner du match, par l'intermédiaire de Pape Souaré (5e), esseulé dans la surface. Grâce à leur collectif bien rodé, les Lillois mettent rapidement sous pression des Montpelliérains trop dépendants des éclairs de Rémy Cabella. Sous l'impulsion d'un bon Stambouli, ils parviennent cependant à équilibrer les débats, via quelques initiatives personnelles dangereuses, comme cette frappe bien cadrée de Camara (25e). Au retour des vestiaires, Montpellier continue sur sa lancée, mais Enyeama est vigilant sur un tacle glissé de Djamel Bakar (51e). Poussé par son public, Montpellier hausse son intensité en fin de match et obtient un pénalty mérité, pour une faute de Balmont (85e). Courtisé par Manchester United, Rémy Cabella s'avance confiant, mais sa frappe est détournée par Enyeama, une nouvelle fois décisif. René Girard peut exulter : Lille inscrit son 20e point en dix matchs et confirme sa crédibilité en tant que prétendant à la Ligue des champions. Battus à domicile malgré une prestation honnête, les Montpelliérains restent coincés dans le ventre mou et pourront regretter les opportunités manquées.

Rennes / Valenciennes : 2-2
Buts : Kadir (7e et 50e) pour Rennes. Le Tallec (65e) et Da Silva (72e) pour VAFC

Pour une première en Ligue 1, c'est plutôt encourageant. Le technicien belge Ariel Jacobs, venu sauver VAFC en pompier, est reparti du stade de la route de Lorient avec un match nul mérité. Tout était pourtant allé de travers en début de match, sous le regard impassible de l'entraîneur belge, qui subit d'abord l'excellente forme de Foued Kadir, l'ancien de la maison. Par deux fois, le milieu algérien a été à la conclusion pour les Rennais, d'abord sur un tir puissant du droit (7e), puis sur une jolie volée (50e). Pour Valenciennes, l'addition est salée, d'autant plus que le premier but de Kadir est entaché d'un hors-jeu indéniable. Manque de chance toujours, le club du Hainaut perd son défenseur Lindsay Rose sur blessure juste avant la mi-temps. Durement punis par des faits de jeu, les Nordistes ont le mérite d'afficher une belle combativité, doublée d'un état d'esprit vaillant. Ils sont finalement récompensés de leurs efforts à la 65e minute par un but d'Anthony Le Tallec, à l'affût suite à une frappe déviée de Melikson. L'espoir renaît alors pour la lanterne rouge. Alors que Romain Alessandrini cafouille lamentablement la balle du 3-1, le très remuant Masuaku récupère le ballon, passe à Melikson, qui décale Da Silva, dont la frappe sublime lobe un Benoît Costil trop avancé. Valenciennes revient de nulle part. La fin de match sent le soufre, mais plus rien n'est marqué. De retour de blessure, Alessandrini est remplacé sous les huées du stade de la route de Lorient. Philippe Montanier peut pester : Rennes s'est compliqué sans raison une affaire pourtant bien engagée. Courageux, les Valenciennois savourent un deuxième match nul consécutif, et un point précieux.

Ajaccio / Nantes : 0-1
But : Bedoya (87e) pour Nantes

Auteurs de son meilleur départ en Ligue 1 depuis 10 ans, le FC Nantes est largement favori au coup d'envoi. L'AC Ajaccio, qui n'a remporté aucun de ses quatre derniers matchs, peine rapidement face au jeu offensif des Canaris. À la 17e minute, la lourde frappe de Touré au point de pénalty est déviée sur sa barre transversale par un Guillermo Ochoa toujours aussi inspiré. C'est ensuite au remuant Djordjevic de frôler le poteau vingt minutes après, suite à un joli déboulé de Gakpé. Largement dominateurs, les Nantais imposent leur jeu, et ne sont que brièvement inquiétés par une frappe de Mutu bien captée par Riou. Pour tout dire, les hommes de Ravanelli résistent à l'envie, en multipliant les contacts rugueux, et sont tout heureux de revenir aux vestiaires à égalité. Ils offrent cependant un visage plus convaincant au retour des vestiaires, grâce à davantage d'intensité. Malgré plusieurs tentatives du très jeune Camara, leurs bonnes intentions ne sont pas récompensées et c'est finalement Bedoya, profitant d'une sortie ratée d'Ochoa, qui crucifie les Corses sur son premier ballon touché. Le buteur providentiel permet à Nantes de rester au contact du podium, tandis qu'Ajaccio se rapproche toujours plus de la zone de relégation.

Évian TG / Guingamp : 1-1
Buts : Benezet (24e) pour Évian, Giresse (74e) et Douniama (76e) pour Guingamp

C'est un Évian TG en mal de points mais en configuration offensive qui affrontait ce soir le promu breton, aux résultats irréguliers. Privés de leur buteur Yatabaré, les hommes de Jocelyn Gourvennec entament la rencontre par le bon bout. Ils se montrent rapidement menaçants sur des frappes de Douniama (13e) et Beauvue (17e). Contre le cours du jeu, ils encaissent pourtant un but de Benezet à la 24e minute. L'ailier savoyard est à la conclusion d'un superbe une-deux avec Kévin Bérigaud, une nouvelle fois décisif. Trop imprécis en attaque, les Guingampais dominent, mais frisent la correctionnelle juste avant la mi-temps sur une main de Kerbrat non sifflée dans la surface. Visiblement effarouchés, les Bretons font preuve d'une étrange apathie en seconde période, mais cette période est mal exploitée par les Savoyards. Le match bascule finalement à la 72e avec le claquage de Kévin Bérigaud, obligé de céder sa place sur blessure. La sortie de l'attaquant semble apeurer ses coéquipiers, soudainement désorganisés. Elle libère au contraire des Bretons déjà revigorés par l'entrée de Langil. Coup sur coup, Guingamp égalise et prend l'avantage. C'est tout d'abord Thibaut Giresse qui crucifie Hansen du pied gauche, suite à un centre parfait de Lemaître au point de pénalty (74e). C'est ensuite Douniama qui s'envole pour dévier de son crâne une merveille d'extérieur du pied de Langil (76e). Brisé mentalement, l'ETG ne reviendra plus et enchaîne un alarmant cinquième match sans victoire.

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15