Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-Lyon (1-0)

Lille repousse l'OL du podium

Cette fois encore, les Lyonnais étaient attendus. Trop nerveux, sans génie, l'OL s'est incliné ce soir à Lille (0-1) sur un coup franc de Sofiane Boufal. Le podium reste à deux points à une semaine d'un déplacement risqué au Parc, qui sera miné par les blessures et les suspensions. Lille, de son côté, enchaîne un sixième match sans défaite.

Modififié

Lille OSC 1-0 Olympique lyonnais

But : Boufal (28e)pour le LOSC

Tout le monde l'attendait, car tout le monde attend beaucoup de lui. Beaucoup de son talent brut, de sa capacité à faire lever des foules, à briser des reins et à faire la différence. Sauf que depuis plusieurs semaines, il n'était qu'un intermittent. Un artiste en manque de confiance et à qui son entraîneur, Frédéric Antonetti, demande plus, toujours plus, beaucoup plus. Reste que ce soir, sans forcément briller plus que les autres, sans vraiment retrouver ce talent qui l'a fait changer de dimension, Sofiane Boufal a fait la différence comme il sait le faire. Sur un coup franc, tapé à la demi-heure de jeu après l'avoir provoqué, que personne ne toucha. Comme un symbole d'un LOSC de retour face à des Lyonnais sans envie, alors qu'ils avaient l'occasion de grimper sur le podium. Comme le signe d'un gamin qui marche à la confiance, placé au cœur d'un système pensé pour lui, et qui sait la rendre. Au bout des crampes et au large d'un sourire retrouvé. Celui d'un stade Pierre-Mauroy qui respire, enfin.

La Grande Bouffe


C'était la caution de l'équilibre lyonnais depuis plusieurs semaines. Un milieu à trois, basé sur la relation technique entre un Corentin Tolisso retrouvé et un Maxime Gonalons de retour à son meilleur niveau. Problème, la semaine a été lapidaire du côté de Tola Vologe, laissant le premier à l'infirmerie, touché au genou, et le second en tribunes avec son mouchoir. Voilà Bruno Génésio condamné à repenser une organisation porteuse d'espoirs et obligé de repasser à un 4-2-3-1 incertain avec le duo Ferri-Grenier à la récupération. Le tout avec un Valbuena replacé dans l'axe face à un LOSC que l'OL n'a plus battu à domicile depuis presque huit ans. Lille, en face, débarque avec une confiance alternative portée par une invincibilité qui dure depuis un peu moins d'un mois et le retour de son ambianceur Sofiane Boufal, suspendu la semaine passée au Parc, aligné dans un 4-2-3-1 inédit depuis la prise de pouvoir de Frédéric Antonetti. La volonté est claire, le LOSC sent qu'il y a un coup à jouer et affiche ses intentions. D'entrée, les Lillois sortent les dents, et Benzia est tout proche de faire craquer Pierre-Mauroy sans une belle envolée de Lopes.


Comme une première mèche dans les pieds de Lyonnais sans idée et sans grande motivation. Grenier peine à trouver sa place à la récupération, Valbuena enchaîne les pertes de balle. De son côté, Lille tient davantage le ballon, mais reste incapable de trouver un décalage vers un Benzia trop timide. Boufal, lui, galère également à se montrer alors que ses potes tentent de loin, à l'image d'une frappe vrillée de Mavuba qui va cajoler la pub. Plus inquiétant encore, l'OL multiplie les erreurs techniques et laisse Lacazette dévorer son spleen en solo. Jusqu'à la demi-heure de jeu et une faute de Yanga-Mbiwa. Boufal est excentré et balance dans la boîte sans déviation. Personne ne touche le ballon qui laisse Lopes la gueule au sol : la mèche lilloise vient d'ouvrir le score (1-0, 28e). Lille vient de lancer son match, pousse et est même tout proche de doubler la mise sur une frappe puissante de Bauthéac d'abord, puis sur une tentative de Civelli. Lyon n'est pas dans son match, se contente de blablater avec le sifflet de Benoît Bastien et n'arrive pas à salir Enyeama si ce n'est sur une maigre occasion de Cornet ou un pétard timide de Ferri. Comme si, ce soir encore, le podium ne motivait pas encore l'OL.

Enyeama, centième béton


Une stat illustre parfaitement les difficultés de cet OL-là : en première période, Valbuena n'aura donné qu'un petit ballon à Lacazette. Maigre, trop maigre. Le mal de Lyonnais qui peinent à voyager et d'un Alexandre Lacazette qui galère à l'extérieur. Lyon attaque pourtant le deuxième acte avec de meilleures intentions, notamment dans l'impact. Reste que les hommes de Génésio sont incapables d'enchaîner trois passes au point que Benzia gratte des espaces et est tout près de donner de l'air aux siens dès le retour des vestiaires. L'OL continue de s'agacer, de parler, de s'énerver jusqu'à l'heure de jeu où Christophe Jallet se fait expulser pour un deuxième jaune. La soirée tourne au traquenard. D'autant que Génésio doit une nouvelle fois repenser son dispositif et fait glisser Ferri côté droit. Sur son côté, Antonetti commence à faire son show, gueule comme un dingue et joue avec les nerfs lyonnais. Car l'entraîneur lillois sent que son équipe, en supériorité numérique, laisse des espaces qu'elle ne devrait pas laisser. Pour sa centième en Ligue 1, Vincent Enyeama enfile son costume de Stormtrooper et sauve les siens devant Perrin, Morel et Lacazette. Les dernières gouttes d'un succès mérité pour le LOSC face à des Lyonnais réduits à neuf en fin de rencontre après un coup de coude de Grenier dans les dents du pitbull Flo Balmont. Lyon laisse une nouvelle fois filer le podium, alors que Lille recolle doucement à l'OM. Aux tripes.


Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 1 heure Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 13
    il y a 2 heures Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 4 il y a 3 heures La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 20 il y a 4 heures La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 18 il y a 4 heures Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 20 il y a 5 heures Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 172
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi