Lille ou la tentation du Lopez Football Group

Le rachat du LOSC va être officialisé dans la semaine. Mais ce pourrait n'être que le premier pas d'une ambition plus large, quelque part entre Red Bull et l'empire Pozzo de l'Udinese.

Modififié
729 27
LOSC Lille SA, Lille, France ; Victory Soccer Limited, Londres, Angleterre ; Chimera Consulting, Hong-Kong, Chine : la future chaîne de propriété du LOSC, officiellement patronnée par « Gerardo Lopez Fojaca » , fleure bon la mondialisation. Elle laisse planer un doute, aussi : le football victorieux, une chimère ? Peut-être. Mais ce n'est probablement pas dans cette lecture du mythe que Gérard Lopez a plongé son imagination au moment de nommer ses sociétés. Non, ce serait plutôt l'image du monstre à trois têtes – buste de lion, ventre de chèvre et queue de serpent – qui a pu lui inspirer la métaphore. Car, à l'heure de racheter les Dogues, la rumeur se fait insistante : Gérard Lopez ne veut pas seulement conquérir une ville ou un pays, il vise un empire dont les frontières iraient de l'Angleterre au Portugal, avec pour capitale Lille.

L'Interrail de Gérard Lopez


Souviens-toi l'été 2012. Encore patron de l'écurie Lotus F1 Team, Gérard Lopez annonce au Financial Times ses futures ambitions dans le ballon : 500 millions d'euros pour « investir dans des entreprises qui soutiennent et proposent des services aux clubs et acheter des clubs pour les rendre profitables. » Quatre ans et demi plus tard, Marc Ingla, son probable futur directeur général à Lille, complète sur RMC : « On a fait des choses ensemble dans le monde des technologies. On parlait tous les jours de foot, on avait toujours l’idée de faire des investissements différents dans le monde du foot, car on croit qu’il y a beaucoup de choses à faire. » Et de préciser sur le projet lillois en cours : « On veut investir, mais aussi dans d’autres actifs et des clubs associés, pour que le LOSC puisse en bénéficier. (...) On a eu des discussions avec Gil Vicente. C’est un club sympa. (...) On a parlé avec ce club, mais aussi avec d’autres, du Portugal, de l’Espagne, de la France, de la Belgique. C’est une stratégie possible. Il faut voir quel type de club. On va essayer. »

C'était le 17 décembre. La veille, le journal A Bola annonçait la reprise de Gil Vicente par Gérard Lopez, information démentie le lendemain par le président António Fiúza. Depuis, les discussions restent d'actualité avec l'actuel 17e de Liga 2 Cabovisão, entraîné en 2000-2001 et 2003-2004 par Luis Campos, conseiller de Gérard Lopez dans ses dossiers foot. Depuis, aussi, a surgi une nouvelle rumeur : celle menant à Hull City, la lanterne rouge de Premier League qui vient de nommer Marco Silva, un proche de Campos, au poste d'entraîneur. Sans oublier le Luxembourgeois CS Fola Esch, club de cœur de Lopez dont il est le boss depuis 2007. À terme, ce sont ainsi quatre pays qui pourraient être traversés par les ambitions du golden boy de la finance.

«  C'est devenu un métier que de posséder des joueurs, de les gérer, les vendre, les revendre  »


L'idée n'est pas nouvelle. Dans les années 90, ENIC, société d'investissement britannique, tente le coup avec Tottenham, le Slavia Prague, l'AEK Athènes ou encore les Glasgow Rangers. De l'inquiétude d'un conflit d'intérêts au niveau européen naît, en 1998, la règle de l'UEFA interdisant à deux clubs d'un propriétaire commun de disputer la même compétition européenne. Ce qui posera peut-être un dilemme aux Red Bull Salzbourg et Leipzig l'année prochaine. En attendant, le principe d'intégration de plusieurs clubs dans une seule famille reste autorisé, ainsi Red Bull donc, mais aussi le très international City Football Group ou encore l'exemple Pozzo, un temps propriétaire de l'Udinese, Watford et Grenade (ce dernier revendu en juin 2016 à un fonds d'investissement chinois).


Luc Dayan, passé par les présidences de Lille, Nantes, Strasbourg et Lens, a son idée sur l'origine du projet actuel. Pour lui, si l'arrêt Bosman « a donné une valeur à une structure de contrats à durée déterminée – et c'est devenu un métier que de posséder des joueurs, de les gérer, les vendre, les revendre » , c'est plutôt à l'interdiction de la tierce propriété que se situe le point de départ de l'histoire. « Les gens qui ont investi ou voulu investir dans des structures qui possèdent des joueurs, maintenant qu'elles sont interdites, se mettent dans l'achat de clubs, devine-t-il. Ensuite ils essaient de verrouiller deux ou trois clubs pour que les trajectoires des joueurs soient gérés par eux, avec une progressivité à la fois sportive et de rémunération. »

Alors, quand en décembre 2014, Gérard Lopez déclarait à L'Essentiel « notre engagement dans le football poursuit sa route avec Mangrove (Mangrove Capital Partners, fonds d'investissement lié à Lopez, ndlr). Nous avons pas mal de contrats d'agents et une douzaine de joueurs, dont le jeune milieu brésilien Gérson, courtisé par les plus grands clubs européens » , l'interdiction de la TPO un an plus tard par la FIFA est ce qui a conduit à une nouvelle stratégie de multi-acquisitions de clubs, à en croire celui qui a mené la privatisation du LOSC il y a dix-huit ans.

Incubateurs de joueurs 2.0


Voilà pour le timing. Et les motivations ? Elles sont économiques, évidemment. Dayan embraye : «  À partir du moment où vous investissez de l'argent, vous êtes en risque. Après, c'est comme des fonds d'investissement avec des start-up. Si on investit dans dix start-up et qu'il n'y en a que deux qui gagnent, les deux dernières rattrapent l'argent que vous avez mis dans les autres, parce que c'est des coefficients multiplicateurs très, très importants. C'est pareil avec les joueurs. » Un calcul maîtrisé par Lopez, qui a multiplié son investissement initial dans Skype par plus de cent en deux ans, entre 2003 et 2005, année de la revente du logiciel à eBay pour 3,2 milliards de dollars.

Ici, plus de clubs signifie plus de joueurs en incubation, ainsi qu'un meilleur suivi. Dayan détaille : « J'ai eu l'exemple Kondogbia à Lens. Il est revendu à Séville pour quatre millions, puis quinze ou vingt millions à Monaco, puis quarante millions à l'Inter. Si Lens avait maîtrisé la séquence postérieure, ils auraient fait une magnifique plus-value ! Mais il faut vraiment avoir une maîtrise totale de la propriété juridique du joueur pour que ça soit gérable et que vous en tiriez tous les bénéfices. » Autrement dit, faire progresser ses joueurs par palier, dans ses propres clubs.

« Économiquement, c'est cohérent, continue Dayan. Maintenant, est-ce que c'est l'esprit du foot, ça... » Et qui est-il, cet esprit du foot ? « Le foot reste un sport collectif. Quand on y a joué, on sait que plus on reste longtemps avec ses coéquipiers et son entraîneur, mieux on joue, en général. Là où ça reste stable, c'est au très, très haut niveau. Messi, Ronaldo, ça ne bouge plus, parce qu'il n'y a rien au-dessus. Regardez l'effectif du Real Madrid, il est très stable. » Pour les autres, il reste les mutations de joueurs pour espérer grandir jusqu'à, un jour, ne plus être dépendant de ces rentrées d'argent. Le LOSC n'en est pas encore là. Demain, peut-être. À moins d'être racheté par le Real.



Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

modrobily Niveau : DHR
Ca ressemble beaucoup a la fonction "ajouter un entraineur" dans Football Manager.
Audenchiasse Niveau : DHR
En espérant que Lolo ne parte pas à la retraite précipitamment sans avoir lu ses mails...
1 réponse à ce commentaire.
Je viens juste de réaliser que le mec s'appelle Gérard Lopez .. Gérard Lopez ..
Ça me fait penser à la chronique de Cazarre avec Robert Pires et ça me fait sourire.
"Gérard sert moi une suze"
2 réponses à ce commentaire.
Testeur de toboggan Niveau : District
Et béh ça fait flipper ces conneries! Je sais que le football à la papa est mort depuis belle lurette et que l"esprit foot n"existe plus que dans le foot amateur mais la sans déconner quand cela parle plus d"optimisation fiscale, de plus valus, de "clubs rendu profitable" etc... que de passion et de ballon et ben perso ça m"a fait recracher mon déjeuner!

Supporters Lillois entre être tarauder par les millions qui arrivent (et donc potentiellement des joueurs bandant) et ce foot-business qui peut être dangereux pour votre club, lequel des sentiments prends le dessus? Hésitez pas à développer hein...
Club sans ambition, club rentable ou club danseuse. Le choix n'est pas vraiment un choix.
Testeur de toboggan Niveau : District
Pas compris...
Quelqu"un d"autre?
J'suis complètement dépassé, j'ai le vertige, je flippe.
One Night Stand Niveau : DHR
Je te rassure, même dans le football amateur, l'esprit football à la papa a du plomb dans l'aile.

Aujourd'hui, même des clubs de districts paient des joueurs...
Testeur de toboggan Niveau : District
Pas sur que cela me rassure pour le coup...
Dani de Melo Niveau : CFA
Disons que nous allions un peu dans le mur. Seydoux n'était plus motivé et, malgré le nouveau stade, un emplacement géographique intéressant, les profits de transfert, ..., le projet losciste semblait toujours englué dans une mélasse économique.

Là, on a un gars qui vient clairement pour être rentable, qui joue ses tunes et sa crédibilité et qui doit avoir quelques idées en tête.

De plus, il s'est magnifiquement entouré.

Je me demande quelle tête aura le losc dans un an ou 2 et ça c'est chouette!!

Après, c'est clair que je n'aurai pas aimé voir un drapeau comme celui du Qatar, par exemple, au dessus du LOSC mais que Lopez est un symbole d'un système sur lequel je vomis.

Ta question m'embête.
Testeur de toboggan Niveau : District
Jte cache pas que c"était un peu le but! Non pas motivé par un vieux sadisme déplacé et dégueulasse, mais cet question me taraudait depuis longtemps et dans ce cas précis du Losc prenait tout son sens. Cela créer une ambivalence assez spéciale.

En tout cas merci tu es le seul qui est développé sa pensée.

Je commençais à croire que les dogues Lillois étaient aussi rare sur So Foot qu"une huître qui pousse en haut d"un arbre!
7 réponses à ce commentaire.
Note : 1
https://www.youtube.com/watch?v=CF7wU0LtDEM

Le Lopez football Group, avec à droite sa première recrue: Jean-Pierre Gignac.
sylvester.stalin Niveau : District
Bon Article.
Le systeme me parait intéressant financièrement a partir du moment ou l'offre ne depasse pas la demande. Et vu les fous qui investissent dans le reste du monde, il y a sans doute encore un peu de marge pour faire du bénéfices sur base de la croissance de la demande.
Par contre comme pour la CM a 48, j'avoue que c'est une des nombreuses choses qui me donne encore moins envie d'aller au stade et de mater le sport a la TV pour enrichir ces mecs. C'est cool d'aller voir le club de ton quartier mais dur de pas mater les matchs de champions league.
Article intéressant. A signaler que ce modèle économique se base sur une utilisation massive de l'"optimisation fiscale" via des paradis fiscaux. Pour moi la conséquence c'est plus un euro de ma poche dans ce système, vive le streaming !
Testeur de toboggan Niveau : District
D"ailleurs ta des sites sympa à partager avec les copains?
lev_yachine Niveau : DHR
foot-news point com, mais chuut
2 réponses à ce commentaire.
GLOBULES ROUGES ET BLANCS Niveau : Loisir
C'est pas terrible mais en même temps le LOSC à l'heure actuelle c'est combien de titre depuis 5 ans ?

Monaco fait la même chose sur la revente de joueur.
Je déteste ça mais en attendant mon club joue l’Europe tous les ans le titre cette année et a fait 2 huitième de LDC en 3 ans

Avant c'était le ventre mou de la ligue 1 pour finir en ligue 2

A l'heure actuelle pour les clubs français ( hors Paris et Lyon avec son stade) vendre ses meilleurs éléments et faire du trading sur les joueurs est la seule façon d'être rentable et intéressant sportivement
Testeur de toboggan Niveau : District
Et la formation bordel! La formation...
On ne peut pas reprocher à Monaco de mettre de côté sa formation.
Le club s'est régulièrement appuyé sur son excellent centre de formation.

Les clubs français sont enfin en train de comprendre qu'avec des droits TV déjà surévalués, un environnement fiscal assez "lourd", des revenus merchandising et ticketing limités, des revenus externes cannibalisés par l'ogre parisien, le "trading" de joueurs était la seule porte de sortie pour exister.
Testeur de toboggan Niveau : District
Effectivement. C"est un constat qui a été fait et appliqué depuis déjà quelques années.
C"est malheureux mais c"est l"appât du gain et une nécessité par défaut qui ont poussé de nombreux clubs à investir dans la formation.
On va pas se plaindre (domaine ou le français excelle) puisque cela nous permet d"avoir l"une des meilleures formation du monde avec aujourd"hui un réservoir de talents pour l"équipe nationale tout bonnement incroyable!
3 réponses à ce commentaire.
Nietzsche1844 Niveau : Loisir
On verra dans quelques mois. Il parle quand même de Luchin comme gros atout qui aurait fait pencher la balance.
Qu'il envoie des joueurs se développer dans des clubs qu'il possède, pour qu'ils maturent et atteignent une valeur commerciale optimale, avant des super vente auprès de gros, ça ne me choque pas plus que ça.

Là où il faudra être vigilant à mon sens, c'est sur les montages fiscaux qu'il mettra en place. Se faire du fric sur la vente de joueurs, ok c'est le foot pro aujourd'hui (je ne dit pas que c'est bien). Par contre s'en faire en + sur l'évasion fiscale, là non.
Testeur de toboggan Niveau : District
Le gars est luxembourgeois hein... Vaut mieux ne pas se bercer d"illusions.
1 réponse à ce commentaire.
Ca me fait penser au marché de l'art, ou des types s'achètent eux-mêmes pour faire monter les prix etc... bref c'est crade, peut-être encore plus que le qatar...et j'espère que ca va complètement se casser la gueule(du genre on surpaye des joueurs qui arrivent de deuxième division anglaise en ligue 1 francaise et qui ont pas le niveau du coup on les renvoie en ligue 2 portugaise et on perd de la thune)...bref j'espère qu'il va se manger des grosses lois comme celle qui dit que deux clubs d'un même groupe ne peuvent pas jouer l'europe ensemble, comme ça on verra rapidement l'importance des clubs qu'il posssède pour lui (une hiérarchie va vite s'installer), et que les supporters des clubs de seconde zone qu'il aura se laisseront pas faire...encu**
leg_human Niveau : DHR
C'est fini le foot à Papa version Seydoux. Aujourd'hui tu t'adaptes ou tu meurs. Je préfère l'adaptation que d'être relégué sportivement ou administrativement dans 2/3 ans. Mon losc me déprime depuis 3/4 ans. On n'est même plus capable de produire du jeu et on enchaine des coachs rincés du football français (et quand on tente une nouveauté, faut qu'on prenne un mec qui a un énorme boulard et une communication de kamikaze).


Vous parlez d'évasion fiscale ? Le proprio est luxembourgeois, il a un action replay à la place du portefeuille. Grand bien lui fasse, tant qu'il respecte les lois économiques de notre pays, ça me va. Il a l'air en tout cas d'être un passionné de sport, de savoir s'entourer de gens très compétents (Ingla, Admar Lopes, Campos). Ce qui me fait vraiment peur c'est ce projet de galaxies de clubs : si tu es la tête de gondole, tout va bien pour toi. Si tu deviens un club affiliés parmi d'autres, c'est la mort sportive (cf l'affiliation de Mouscron au losc qui ne leur a rien apporté). On ne sera jamais City donc ça ne sert à rien de comparer. L'empire RedBull c'est encore autre chose avec obligation de changer le nom du club, ses couleurs etc. Ce qui se rapproche le plus c'est l'épopée Pozzo et malheureusement on voit ajd qu'Udinese qui était le club phare de ce projet végète dans le ventre mou de la Serie A. Si Lopez veut racheter un club de PL, pourquoi ferait-il de Lille sa tête de gondole ? Certes ça sera toujours plus facile de gagner des trophées avec un club français qu'un promu anglais mais la cash machine se trouve de l'autre côté de la manche. C'est ça qui me fait peur. Et le fait que Campos ne soit pas un salarié du Losc mais de Lopez. Après, la formation, la post-formation et l'achat/revente c'est ce qu'on fait depuis des années donc si le nouveau propriétaire peut nous permettre de mettre un peu plus d'argent sur de meilleurs jeunes et de les garder plus longtemps, c'est tout bon pour nous. Cela associé a un bon coach comme Bielsa ou Dury, on va pouvoir sortir la tête de l'eau et montrer qu'on sait encore jouer au foot dans le Nord.
UnFrancaisChezLesRosbeefs Niveau : Loisir
Lopez avait un business plan hyper "original" pour son équipe de Formule 1 Lotus.

Au final, il a pas réussi à rendre l'équipe rentable, il s'est faché avec les autres propriétaire/actionnaires, il a arrêté de payer les sous traitants, puis une partie des salariés, puis les pilotes et il a revendu à Renault pour moins cher que ce qu'il avait payé à ... Renault pour l'acquérir. Enfin, il a liquidé la société de gestion de droits d'image des pilotes de l'équipe car elle était criblée de dettes.

C'est un mec qui a fait sa fortune sur du capital risque et aussi sur des activités opaques. Il ne m'inspire pas confiance

On s'est moqué de McCourt mais Lopez c'est aussi un champion dans son genre.
il y a 5 heures Pronostic PSG Toulouse : jusqu'à 390€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 ce week-end ! il y a 1 heure Ribéry rend visite à Théo il y a 1 heure Favre en colère contre Letizi
il y a 4 heures Chamakh va rebondir en Serie B il y a 5 heures Thibaut Courtois chanté par Shay Hier à 20:52 La virgule petit pont de CR7 Hier à 19:38 Le but somptueux de Thauvin
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 16:27 Ronaldo explique son départ du Barça Hier à 15:27 Dwight Yorke refoulé des États-Unis Hier à 15:21 Suspendu six matchs pour avoir bousculé un ramasseur de balle Hier à 13:36 Cyril Hanouna veut racheter Guingamp Hier à 12:57 Un club norvégien signe un défenseur grâce au crowdfunding Hier à 10:14 Momo Sissoko de retour en Europe, en Serie B Hier à 09:37 CR7 à la télé turque avec Angelina Jolie
Hier à 09:15 André-Pierre Gignac marque enfin Hier à 08:54 Suspendu 47 matchs pour avoir frappé l'arbitre vendredi 17 février Le coup franc soyeux de Dybala vendredi 17 février Des Iraniens copient Messi et Suárez vendredi 17 février Ronaldinho publie son deuxième clip vendredi 17 février But contre son camp... du milieu de terrain vendredi 17 février Les Ultramarines à l'honneur sur le maillot girondin vendredi 17 février Chabal avec les Chamois niortais vendredi 17 février Lutz Pfannenstiel et les pingouins vendredi 17 février La banderole provocatrice des fans de Thessalonique vendredi 17 février SO FOOT & Mon Petit Gazon vendredi 17 février Les clubs de Championship donnent leur accord pour la goal-line technology vendredi 17 février Les hooligans du Legia se déchaînent contre l'Ajax vendredi 17 février Les Pogba à Manchester jeudi 16 février La merveille de Bernardeschi jeudi 16 février 203€ à gagner avec Chelsea, Atalanta Bergame & Burnley jeudi 16 février Mark Clattenburg file en Arabie saoudite jeudi 16 février Dégoûtés, les fans d'Arsenal revendent leurs tickets jeudi 16 février La coupe de cheveux fraternelle de Florentin Pogba jeudi 16 février Quand Darmstadt invite Barack Obama jeudi 16 février Infantino n'a pas peur des hooligans jeudi 16 février Un bar ouvre en hommage à Chapecoense jeudi 16 février Baston pendant un entraînement à Boca Juniors jeudi 16 février La boulette du gardien de Newcastle jeudi 16 février Les hooligans russes sont déjà prêts pour « leur » Mondial jeudi 16 février Lemina, lui aussi de retour à l'OM ? jeudi 16 février La compagne de Maradona ne fait pas de dépositions jeudi 16 février Le Bayern enterre Arsenal sur Twitter jeudi 16 février En Suisse, des ultras deviennent sponsor maillot de leur club
Article suivant
Cabañas : Brest in peace
729 27