1. //
  2. // 8e finales
  3. // Lille/Bordeaux (1-1, 6 tab 5)

Lille l'emporte aux tirs au but !

Lillois et Girondins se sont départagés aux tirs au but, après une partie plutôt plaisante. Les Dogues sont sortis vainqueurs d'une longue séance à 18 tireurs (1-1, 6 tab 5).

Modififié
0 7
LilleBordeaux : 1-1 (6 tab 5)
Buts : M. Frey (30e) pour Lille ; Mariano (17e) pour Bordeaux.

C'est le match des surprises. Les deux entraîneurs choisissent de faire tourner leurs effectifs, avant de faire tourner les joueurs… aux postes. Si certains titulaires habituels sont au repos côté lillois (Nolan Roux, Divock Origi, Rio Mavuba, Florent Balmont, puis Steeve Elana et Simon Kjær, restés chez eux), d'autres le sont aussi chez les Girondins (Cheick Diabaté, Grégory Sertic, sans oublier Cédric Carrasso blessé, Wahbi Khazri en tribune et Diego Rolán, puni). Marko Baša, lui, pas prévu au coup d'envoi, remballe la chasuble pour finalement suppléer Bakary Soumaoro, touché à l'échauffement. Quand Willy Sagnol change au dernier moment son système de jeu, comme pour brouiller les pistes : avec Tiago Ilori aligné en défense centrale, Nicolas Pallois arrière gauche, et un Julien Faubert, en sus, positionné milieu droit quelques minutes, puis vite mué en arrière latéral, du même côté, à l'avantage de Mariano. Ceci expliquant cela sur le but bordelais…

Une mi-temps sympa et équilibrée


La première période commence bien dans l'intention, avec des Dogues plus mordants que leurs visiteurs du soir. Et ça aboie dans un stade couvert sonnant vide, mais résonnant quand même à chaque offensive. Parce que Ronny Rodelin (5e) et Ryan Mendes (8e) y vont de leur coup de savate, mais sans succès devant Azbe Jug. Henri Saivet (6e et 12e) les imite, mais Vincent Enyeama lui gâche vite la joie de refrapper dans le cuir, après de longs mois d'absence. De la résistance pour le Nigérian, jusqu'à la 17e minute, donc, et la volée de l'intérieur du pied de Mariano, suite à un centre de l'exter' de Thomas Touré. Les Marine et Blanc assurent, évoluent plus haut et maîtrisent la balle. Sauf que progressivement, c'est le LOSC qui reprend autant confiance que le jeu à son compte. Récompense ultime : dans une projection collective vers l'avant, et une inspiration géniale de Ronny Rodelin pour Djibril Sidibé, dans la surface adverse, Michael Frey termine au second poteau (30e). Sinon, par la suite, pas grand-chose à se mettre sous la dent pour les deux portiers, qui assistent malgré tout à un match ouvert et équilibré.

Tout sauf la prolongation


Au retour des vestiaires, il y a toujours des velléités offensives de part et d'autre, en dépit d'un certain déchet technique. Pourquoi ? Parce qu'il y a de la précipitation. Pourquoi ? Parce qu'aucun des deux coachs ne veut jouer une prolongation. Pourquoi ? Parce que les Lillois se déplacent à Marseille, et que les Bordelais reçoivent Lyon, dimanche, en championnat… C'est pour ça que Rodelin expédie deux frappes… Mais ses tentatives trouvent les gants de Jug (57e), puis ceux des stadiers placés derrière le but du Slovène (63e). Sertic, Balmont, Diabaté entrent en jeu, pour l'enjeu. Car il s'agit ici d'Europe, ou comme disent en masse les footeux, « le chemin le plus court » pour y accéder. Et Diabaté, lui, il veut claquer direct. Suite à un centre de la gauche de Thomas Touré, il en est doublement proche. Problème pour le Malien : sa tête croisée est stoppée par Enyeama (75e), tout comme sa volée en pivot (79e). Ce qui traduit une présence constante bordelaise dans le camp lillois. Ce qui agace aussi Girard, qui remplace Frey par Origi (82e) et Sébastien Corchia par Pape Souaré (87e). Mais sans résultat probant…

Crampes et tirs au but


Le camphre, la flotte, les crampes. Il faut un peu de tout pour faire une prolongation. Et pour Bordeaux, ça commence mal, avec la sortie d'Ilori (95e), touché à la cuisse (déjà meurtrie). Cédric Yambéré entre. Touré aussi, dans les trente mètres adverses, mais sa frappe instantanée est dévissée (95e). Mendes et Balmont pressent, Pallois et Sané restent solides. Rodelin place une tête piquée, Jug la capte (101e). Balmont, encore, délivre un missile plongeant excentré qui frôle la cage de Jug (103e). Fin du troisième acte. Moins d'intensité, plus de fatigue, les débats se réduisent quasi à néant, dans une quatrième période qui semble fatiguer tout le monde, et surtout les muscles. Mais David Rozehnal catapulte une tête judicieuse (111e), qui passe au-dessus. Sertic amorce une frappe à ras-de-terre qu'Enyeama repousse (112e). Origi, lui, croit marquer, mais son tir soudain au sol est éloigné par la main ferme de Jug (114e). Tirs au but et loterie. Une longue loterie puisqu'après 18 tentatives au total, et un tir dans les nuages de Mariono, Lille tire le gros lot. La qualif pour le tour suivant.


Par Laurent Brun
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
Tout le monde s'en fout de Lille-Bordeaux, c'est ça ?
Message posté par DarkPass'
Tout le monde s'en fout de Lille-Bordeaux, c'est ça ?


Oui.
Qui s'attendait à un autre score et un autre scénario en même temps ?

De l'envie et du rythme, mais de la croque. Comme d'hab.

Faich' quand même que ce soit Lille qui passe, hâte qu'ils se fassent dégager au prochain tour parce que Lille en Europe..
Note : 6
Hier soir selon France 3 il y avait sur le terrain :
Tony Rodelin, Marc Bachat, Tchèque Dabaté, Thomas Touré - compatriote de David Rozehnal-, Sebastien Frais, Ryan Mindesse....
À mon avis, comme Pes, ils avaient pas la licence pour les noms. Sauf pour "Djibril Cissé" qui a fait son match sur le couloir droit lillois.

Sinon, niveau commentaires, on a eu le droit à un "L'entrée de Balmont est venue apporter de la vitesse dans le jeu lillois" au moment où ça devenait du hourra football depuis....l'entrée de Balmont. on a aussi pu voir Diabaté tirer un corner lillois, Meité et Origi n'être qu'un seul et même joueur, Julien Faubert devenir David Rozehnal selon le réalisateur, et j'en passe.

Bon, mis à part ces commentateurs qui nous donnaient hâte de retrouver l'équipe de France sur TF1, match plaisant malgré peu de frappes cadrées.

Du côté lillois, Sidibé, Traoré et, dans une moindre mesure, Meité ont été très intéressants. À revoir sur le terrain très vite (Sidibé est bien plus intéressant offensivement que Souaré).

Du côtté bordelais, Thomas Touré est un putain de joueur en devenir, casse fouille comme il faut pour la défense lilloise.

Encore pas mal de grosses équipes dans cette coupe du cul, elle pourrait avoir un intérêt relatif finalement...
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : CFA2
18 tab, 11 réussis et 7 loupés ou arrêtés.
Soit pour Bordeaux 9 tab et 4 loupés. Je pense qu'ils vont bouffer des séances de tab à l'entrainement pour le(s) prochain(s) match de Coupe de France
Pourquoi? Parce que Laurent Brun.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'ennui récompense Monaco
0 7