En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 2 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 33e journée
  3. // Lille/Bordeaux (2-0)

Lille joue un mauvais tour à Bordeaux

La partie disputée entre Lille et Bordeaux, ce dimanche aprèm' au stade Pierre-Mauroy, a tourné en faveur des locaux. Malmenés, ces derniers on su laisser passer l'orage, pour l'emporter sur un adversaire direct (2-0). Les hommes de René Girard réalisent la bonne opération du week-end, dans la course à l'Europe. Bordeaux en est le grand perdant.

Modififié

Lille - Bordeaux
(2-0)

N. Roux (12'), A. Traoré (91') pour Lille


« Celui qui marquera en premier aura de fortes chances de gagner  » prédisait Nicolas Maurice-Belay, quelques minutes avant le début de la rencontre. La citation a pris tout son sens dès la 13e minute de jeu, quand le duo Boufal-Roux s'est mis en action. Régalade technique, habileté, finesse et précision ont fait la dif'. L'avant-centre lillois, qu'on a finalement peu vu dans la partie, ouvre ainsi la voie en trompant la défense bordelaise de manière astucieuse. Mais le principal artisan du succès des siens, c'est Sofiane Boufal. Passeur sur l'ouverture du score, il l'a également été dans les arrêts de jeu, Adama Traoré scellant le sort du match, suite à une lumineuse ouverture du Franco-Marocain. Tel l'homme providentiel, le créateur a fait triompher le réalisme et la technique pure.

Intox, occases et intensité


Quatre défenseurs centraux présents dans le onze bordelais, Grégory Sertic en tribunes (blessé à l'échauffement), pour un nouveau jeune de la CFA sur le banc – Robin Maulun – ; Willy Sagnol innove. René Girard, lui, continue d'annoncer que ça va être « compliqué » , que l'Europe, pas trop… Bref, un peu d'intox, et tous les ingrédients sont réunis pour se la mettre sévère sur fond de qualif' continentale. Sur la pelouse, cela ne tarde pas à allumer. Centre de Mariano côté droit, Diego Rolán, oublié par la défense lilloise dans la surface de réparation, pose une tête plongeante : Vincent Enyeama est sur le coup (3e). Première alerte. Boufal, une minute plus tard, centre en retrait côté droit, pour Rony Lopes qui reprend en première intention : Mariano, bien revenu, dégage devant sa ligne de but (4e). Deuxième alerte. Ça chauffe.

Il y a du rythme de part et d'autre et l'on veut se projeter vers l'avant, dans les deux camps. Marquer aussi, forcément. Justement, c'est Boufal qui se colle à la tâche. Sur l'aile gauche, il casse les reins de Tiago Ilori, plusieurs fois, avant de centrer vers les six mètres, pour Nolan Roux. Une tête déviée (petit filet) plus tard, et le LOSC ouvre la marque (13e). Les Girondins maîtrisent la possession de balle, mais ce sont les Nordistes qui mettent la pression. Plus techniques dans leurs enchaînements, les Dogues gèrent leur avance. Enyeama, sorti comme un TGV, gagne son duel avec Rolán (31e), et claque en corner une frappe puissante de l'Uruguayen (35e). Entretemps, coach Sagnol a renvoyé Cédric Yambéré sur le banc, au profit d'Henri Saivet (32e). Ça ne rigole pas, quand il s'agit de coaching. Et c'est au tour de Mickael Lesage de renvoyer tout le monde aux vestiaires. Preuve que le temps est passé vite. Normal, quand ça joue bien…

Saint-Vincent veille sur eux


Le nouveau système de jeu aquitain commence à porter ses fruits, dès l'entame de la seconde période. Jaroslav Plašil glisse en retrait de la tête pour Rolán, embusqué aux 5,50 m. La tentative du Sud-Américain est un peu molle, et Enyeama saisit le cuir (49e). Saivet remise sur André Poko, mais Simon Kjær repousse de la tête (face à sa cage), sur la ligne, le lob du Gabonais (50e). Les Chtis ont frôlé le CSC, et le corner direct consécutif de Wahbi Khazri oblige Enyeama à la parade (51e). Problème : les Girondins l'ont vu dedans. Mais la « goal line technologie » n'est pas encore installée... Khazri frappe un coup franc à rebond, qui manque de surprendre un Enyeama vigilant (62e). Le corner permet à Khazri, encore, de s'infiltrer dans un mouchoir de poche, mais Ilori voit sa reprise à bout portant passer au-dessus (62e). Lille subit la pression continue de son adversaire, perd rapidement le ballon, tandis qu'on est limite à se mettre sur la gueule, le long de la ligne de touche…

Cartons jaunes, intimidation et altercations plombent le rythme du match. Tant mieux pour les Rouges qui en profitent. Mais Saivet, du pointu, surprend tout le monde, sauf Enyeama, qui détourne sur le poteau, avant de bloquer la balle (75e). Saint-Vincent veille sur les siens. Cédric Carrasso aussi : d'un gant ferme, il empêche Djibril Sidibé de trouver les filets (79e). La frappe était puissante, et le latéral tout seul… Il n'y a quasiment plus qu'une équipe sur le terrain, mais c'est bien Lille qui enfonce le clou, grâce à Adama Traoré (entré à la 63e). Le Malien, lancé en profondeur par Boufal, ne tremble pas, et ajuste Carrasso à ras de terre (90+3e). Et le LOSC remporte son 14e succès de la saison. De quoi revenir à quatre points de sa victime du jour.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Laurent Brun
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 25
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 164